Obama brillamment réélu

Malgré les sondages évoquant un coude-à-coude, la réélection de Barack Obama semble avoir été facile, en dépit d’un bilan politique plutôt mitigé.

Malgré les sondages évoquant un coude-à-coude, la réélection de Barack Obama semble avoir été facile, en dépit d’un bilan politique plutôt mitigé.

Par Stéphane Montabert.

Depuis cette nuit, nous connaissons enfin le locataire de la Maison Blanche pour les quatre prochaines années. Malgré les sondages évoquant un coude-à-coude, la réélection de Barack Obama semble avoir été facile, en dépit d’un bilan politique plutôt mitigé.

Face à lui, Mitt Romney n’a pas dépareillé ; mais le candidat républicain modéré n’a pas réussi à mobiliser autour d’un projet politique qu’il n’a d’ailleurs jamais vraiment formulé. Malgré toute son expérience dans le secteur privé, Mitt Romney, présenté par les Républicains comme le « meilleur candidat possible » parce qu’il le fallait bien, manquait de charisme et de combativité. Gagner de façon marquante un des trois débats présidentiels a été son fait d’armes le plus marquant ; cela n’a évidemment pas suffit.

Médiatiquement, la population américaine a suivi le script prévu. Le quatrième pouvoir a adoubé Obama depuis 2008 et n’a jamais remis ce soutien en question. L’Obamania a déferlé jusqu’en Europe avec des résultats durables. Aujourd’hui encore, quatre Français sur cinq « voteraient » pour Obama. En Suisse, un sondage en ligne du Matin, montré ci-contre, donne une proportion identique.

Que va-t-il se passer aux États-Unis entre 2013 et 2016 ? Eh bien, on peut s’attendre à une continuation de la marche en avant de l’État Fédéral américain vers la social-démocratie à l’Européenne (avec la réussite que l’on connaît sur le Vieux Continent) avec plus de régulations, de centralisation, de taxes, de subventions, de dirigisme, de socialisme.

« Obamacare » sera mis en place en 2014, créant pour de bon une machine à déficit dont les Américains ne verront jamais le bout.

Le dollar-papier continuera à s’éroder jusqu’à sa valeur intrinsèquement nulle. Bonne nouvelle pour ceux qui possèdent de l’or…

La reprise finira bien par se produire, mais la croissance restera molle et le taux de chômage élevé. Suivant son jeu partisan, Barack Obama se fera un plaisir d’attribuer ces piètres performances économiques aux minorités de blocage dont disposent encore les Républicains.

Barack Obama pourra probablement nommer entre 1 et 4 juges de la Cour Suprême américaine, influant de manière décisive sur l’équilibre de cette institution.

Sur le plan de la politique étrangère, il n’y aura probablement pas de gros changements ; l’administration Obama continuera de garder ses distances avec les alliés traditionnels de l’Amérique tout en étant bien accommodante avec les régimes hostiles. La conséquence la plus inquiétante de cette posture touche évidemment au dossier nucléaire iranien. En l’absence d’une Amérique frappant fermement du poing sur la table, il est plus que probable qu’une nouvelle guerre éclate à court terme au Moyen-Orient.

Les Républicains gardent le contrôle de la Chambre des Représentants, les Démocrates celui du Sénat : les équilibres politiques établis depuis les élections de mi-mandat de 2010 continueront à prévaloir. C’est la seule chose, peut-être, qui pourra encore retenir Obama. N’ayant plus aucun souci à se faire sur le plan de la popularité, le président réélu aura les coudées franches pour tenter désormais d’appliquer les mesures les plus radicales de sa pensée.

Depuis des années, on annonce le « point de bascule » – le moment où la somme des intérêts particuliers, du vote communautaire (90% des Noirs et 80% des Latinos soutiennent Obama) et des clientèles électorales cultivées à coup de subventions réussira enfin à l’emporter sur la simple démocratie représentative. Le second mandat de Barack Obama pourrait marquer le franchissement de ce point de non-retour.

Les Républicains, enfin, devront se livrer à une remise en question en profondeur – de la qualité de leurs candidats à leur relation aux médias – s’ils veulent espérer retrouver le chemin de la présidence un jour.

—-
Sur le web.