Journée mondiale du refus de la misère : ce qui marche

Aujourd’hui est la journée mondiale du refus de la misère. Quelles solutions marche pour y mettre fin durablement?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
pauvreté

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Journée mondiale du refus de la misère : ce qui marche

Publié le 17 octobre 2012
- A +

Aujourd’hui est la journée mondiale du refus de la misère. Quelles solutions marchent pour y mettre fin durablement ?

Par Emmanuel Martin.

Article publié en collaboration avec Unmondelibre.

Le 17 octobre célèbre la journée mondiale du refus de la misère. Se battre pour cette noble cause ne doit cependant pas se résumer à demander, par exemple, davantage d’aide internationale vers les pays dits « pauvres ». Car la misère, notamment en Afrique, est d’abord le résultat de politiques publiques malavisées empêchant la création de richesses pour l’immense majorité de la population. Refuser la misère devrait donc revenir à « refuser le refus de la création de richesses », c’est à dire l’exclusion économique plus ou moins délibérée.

Le recul de la misère passe immanquablement par le développement économique fondé sur l’entrepreneuriat dans le système formel. Ce n’est en effet que par un système de division du travail et de spécialisation de plus en plus fine entre entreprises que les pays riches ont connu la croissance de la productivité et des revenus. Et donc le recul de la misère. Essentiellement en permettant ainsi l’accroissement de l’emploi, mais aussi la capacité de solidarité interne de ces pays.

Malheureusement lorsque le climat des affaires se traduit par une série d’obstacles administratifs extrêmement coûteux (en matière  d’autorisations ou de permis de construire par exemple) pour la quasi totalité des candidats entrepreneurs, il n’y a évidemment pas de création suffisante d’entreprises formelles, donc très peu d’emplois formels. La conséquence logique de ce manque d’entreprises, c’est la misère assurée pour un grande partie de la population (à côté de quelques rares multinationales qui, elles, peuvent payer).

Une partie importante du cadre dit « institutionnel » concerne la définition et la sécurisation des droits de propriété. Sans cette reconnaissance avec des titres formels (du fait d’inefficacité de l’administration) le capital des individus et des familles reste « mort » : il ne peut être échangé, gagé, investi pour fructifier. En matière de foncier agricole, cette question des droits de propriété est évidemment cruciale : c’est le cœur de la problématique de l’alimentation. Mais c’est aussi le fonctionnement de la justice, et plus généralement « l’état de droit », qui est fondamental pour que les anticipations des acteurs économiques soient stables : sans une justice fonctionnelle, comment passer des contrats de manière sereine ?

En Afrique subsaharienne, les États donnent bien souvent l’impression d’empêcher leurs populations de créer des richesses en rendant la constitution d’entreprises une tâche quasi impossible (sauf pour ceux qui sont « connectés » politiquement). Alors que les Africains sont pleins d’énergie, que l’Afrique grouille d’entrepreneurs, que ses villes et ses routes regorgent de « marchés », l’entreprise formelle s’y fait rare. La « plaie de l’informel » est en réalité due au coût rédhibitoire de l’activité formelle, du fait même d’États dysfonctionnels.

La république Démocratique du Congo, qui a accueilli le sommet de la francophonie le weekend dernier est classée 178ème sur 183 pays en matière de climat des affaires par le rapport Doing Business de la Banque Mondiale. Au Congo Brazzaville voisin, le coût pour importer un container est sept fois plus élevé que la moyenne des pays de l’OCDE. Faut-il s’étonner de la misère qui règne dans ces pays, assis paradoxalement sur des richesses naturelles immenses ?

Ceux qui luttent pour le refus de la misère devraient se préoccuper impérativement des réformes institutionnelles en faveur l’entrepreneuriat formel, afin de faire reculer la pauvreté. Sans cela, prêcher le refus de la misère ne se réduira qu’à un vœu pieu.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Excellent article ! En effet peu de gens savent que les aides au developpement « accordees » aux gouvernements de nombreux pays africains ne sont qu’un cadeau empoisonné.
    De plus les institutions de ces pays sont completement depassees par l’explosion de la population urbaine : elles n’ont pas evolué assez vite pour assimiler tous ces arrivants au systeme.
    Voir Le Mystere du capital d’Hernando de Soto, qui montre que ce probleme a deja ete rencontré par les USA dans leur jeunesse et le Japon.
    D’autre part en plus de ces obstacles interieurs, l’hypocrisie des pays developpes, avec l’etablissement de tarifs sur les importations de certains produits (surtout agricoles) venant des pays africains est revoltante.
    Voir le livre Plaidoyer pour la mondialisation capitaliste de Johan Norberg (notamment sur la politique agricole commune).
    On interdit aux pays pauvres de commercer avec les pays riches et on leur distribue une aide (soigneusement detournee par les gouvernants pourris pour beaucoup) qui endort la creation de richesses.
    A croire que les elites de nombreux pays africains freinent le developpement de leur pays, essaye de faire stagner la population, instruite d’une maniere deplorable (parfois un seul livre pour toute la scolarite).
    Voila je schematise un peu mais ca montre que plus d’aides au developpement ne rime pas avec bonne idee.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Samuel Gregg.

Si l’on veut être cohérent dans notre lutte contre la pauvreté, nos préoccupations ne peuvent pas être enracinées dans des récits émotionnels ou relativistes sur ce que sont les êtres humains. Elles doivent être fondées sur la reconnaissance de la liberté, de la rationalité et de la dignité de chaque personne.

En 2012, le financier George Soros et Fazle Hasan Abed, qui est à la tête de l’une des plus importantes ONG anti-pauvreté, remarquaient dans le Financial Times que malgré la Grande Récession, le nombre de... Poursuivre la lecture

Chères lectrices, chers lecteurs, à la suite de mes quelques lectures des livres de l'économiste Thomas Sowell, m'est venue l'envie de vous faire un petit résumé de ces quelques clichés de gauche que nous avons l'habitude d'entendre un peu partout dans nos médias, et que Sowell aborde abondamment dans ces différents ouvrages.

 

Il faut se dépêcher d’agir

C’est probablement un slogan très à la mode depuis deux ans, souvent associé avec celui consistant à ajouter « si cela peut sauver ne serait-ce qu'une seule vie. »

L... Poursuivre la lecture

Par Christopher Paige. Un article du Mises Institute

Un cliché typique dans les milieux socialistes est que les pauvres et les opprimés refusent de voter pour leurs intérêts économiques. Voir, par exemple, l'ouvrage de Thomas Frank What's the Matter with Kansas ? How Conservatives Won the Heart of America.

Cette théorie est utilisée pour justifier divers stratagèmes antidémocratiques visant à "protéger" les personnes vulnérables contre elles-mêmes. Si, après tout, les pauvres ne votent pas dans leurs intérêts, alors pour... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles