Un périple autour du monde. Terroristes biologiques

À l’aéroport de Cairns, en Australie, on ne contrôle pas les touristes pour savoir s’ils détecter les terroristes, mais pour savoir si leurs chaussures sont bien propres et leurs aisselles parfumées.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints900 Australie

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un périple autour du monde. Terroristes biologiques

Publié le 15 octobre 2012
- A +

Parce qu’un con qui marche va toujours plus loin qu’un intellectuel assis, deux frères sont partis sur les routes depuis de longs mois, traversent les frontières, les villes et les campagnes à l’occasion d’un tour du monde à durée indéterminée, sans casques ni golden-parachutes. Au fil de leur voyage, ils livrent leurs impressions sur des expériences qui les ont marqués.

Aujourd’hui, leur regard s’arrête sur les petites spécificités de la douane australienne.

Par Alex.

Savez-vous à quel point les Australiens sont flippés de se retrouver avec un virus inconnu sur les bras, un poulet à trois pattes ou un lapin crétin qui contaminerait tout le reste du cheptel ? C’est arrivé en 1859 lorsqu’un chasseur britannique importa 12 couples de lapins et pas assez de cartouches. Les lapinous se retrouvèrent 600 millions 50 ans plus tard ! N’ayant pas de prédateur en Australie, les lapins furent plus gloutons que Taz lui-même et entraîna une chute de population chez les autres animaux. Pour tenter d’endiguer le problème, 3000km de barrière ne serviront à rien, ainsi que 2 virus et des renards qui ne s’attaqueront pas tout à fait aux bonnes bestioles. Depuis, les Australiens se méfient de chaque bactérie qui pourrait venir perturber l’équilibre biologique de leur continent.

On était également au courant, et après deux semaines à patauger dans la gadoue en Papouasie Nouvelle Guinée, un grand nettoyage était au programme avant de quitter le pays. Les vélos étaient recouverts de boue, leurs housses remplies de terre séchée et nos sacs avaient acquis un voile grisâtre uniforme au court des derniers mois.

Bien sûr c’était évidemment sans compter deux diarrhées carabinées et une grosse infection du genou. Bref, on est arrivés tout cradingues sur l’immaculée Australie, incertains de ce qui nous arriverait à la douane de M. Propre™.

Dans l’avion il faut remplir la classique petite fiche d’immigration. Cette fois on ne nous demande pas si nous sommes des terroristes, mais si nos chaussures sont bien propres et nos aisselles parfumées. On a évidemment la grille gagnante : « a été au contact d’animaux, de fermes, de végétaux et bactéries en tout genre ». On est officiellement estampillés terroristes biologiques.

Débarqués de notre mini avion rempli d’Australiens tout propres, notre dégaine et les petites fiches jaunes nous trahissent de suite. Notre dernière douche remonte à plusieurs jours et nous avons passé la nuit dans l’aéroport de Port Moresby, entre un coin de moquette et les toilettes.

Alors que le terminal finit de se vider, nous vidons nos sacs devant les « douaniers biologistes » à la recherche du précieux germe qui pourrait chambouler tout l’écosystème australien. Toutes nos affaires sont enveloppées dans des sacs plastiques (en cas de pluie et d’étanchéité ratée) dont certains révèlent quelques surprises, tel un sac de fringues humides à l’odeur pestilentielle. Nos amis douaniers sont en face d’un cas d’étude et sont tout excités à l’idée de trouver une nouvelle espèce d’insecte plutôt que de courir après des pommes. Eh oui ne comptez pas importer une pomme en Australie, Terroristes !

Aéroport de Cairns.

On se retrouve tous les quatre à aspirer les recoins des sacs et à nettoyer les vélos dans une douche géante à la brosse à dent et au dégraissant. Le visage de ma douanière s’éclaire lorsque je déplie les tentes. De petits insectes morts étaient coincés dans la toile intérieure. Ni une ni deux, elle en prélève une partie, toutefois un peu déçue de ne pas avoir trouvé d’œufs (l’ennemi public).

Douane

Après deux heures de nettoyage de printemps, nous sommes autorisés à entrer en Australie, propres. Pour fêter ça, on passera notre première nuit sur le sol, propre, de l’aéroport.

Aéroport de Cairns

Quitte à être paranos, les Australiens se sont également dit « pourquoi pas interdire l’importation de fruits et légumes en Western Australia !? » (Le Western Australia est l’État à l’ouest qui fait environ la moitié de l’Australie). Ainsi, au beau milieu de nulle part trône une douane dont la tâche est d’empêcher la contrebande de fruits et légumes. Certains font des saisies de cocaïne… eux traquent les bananes et carottes illégales. À  n’en pas douter, un acte certainement indispensable pour conserver l’équilibre écologique de cette région dont les frontières ont été tracées à la règle.

—-
Sur le web.

Lire les autres épisodes de la série :

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • En arrivant en Australie par avion, chaque passager à droit à une pulvérisation d’insecticide, ça surprend.

  • Excellent article ,on voit l’étendue du puritanisme américain! le même sans doute qui oblige les voyageurs désirant visiter des parcs en Afrique ou il y a des animaux malades qui ne peuvent être approchés sans avoir auparavant désinfecté ses pieds.Ces gens souffrent de sérieux troubles mentaux/je ne parle pas des voyageurs/ et ce sont les mêmes qui vont donner des conseils aux arborigènes?On comprend mieux le sens du film,les dieux nous sont tombés sur la tête

  • C’est la même en Nouvelle Zélande. La douane surveille attentivement les affaires de randonnées et scrute la moindre trace de terre ou d’herbe.

    De même, une connaissance avait reçu un colis de France pour Noël et comptait nous faire partager saucissons et foie gras… Il ne nous restait que le foie gras – il était dans un bocal bien scellé.

  • Hé oui on est loin de Crocodile Dundee !
    Je savais pour le saucisson. Idem pour tous les aliments contenant des oeufs. S’il y en a plus de X % : interdit.

  • Et alors? Y a pas de quoi en faire un fromage!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2003, Julien Sanchez écrivait :

"Les partisans du libre-échange sont piégés dans une version de politique publique du Jour de la marmotte, obligés de réfuter les mêmes arguments fallacieux encore et encore, décennie après décennie."

Une autre décennie s'est écoulée depuis, et le point de vue de Sanchez est tout aussi pertinent.

Blake Masters, un homme d'affaires soutenu par Trump qui se présente maintenant au Sénat américain en Arizona, a récemment tenu une séance de questions-réponses sur sa page Instagram où il a ann... Poursuivre la lecture

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

Par Chelsea Follett. Un article de Human Progress

 

Notre troisième Centre du progrès est Mohenjo-Daro, une ville située dans l'actuel Pakistan qui a été à l'origine de nouvelles normes d'assainissement urbain. On pense que la ville a été construite vers 2500 avant J.-C., bien que le site soit habité depuis environ 3500 avant J.-C.. Mohenjo-Daro était le plus grand centre urbain de l'ancienne civilisation de la vallée de l'Indus, couvrant près de 500 acres, et l'une des plus anciennes grandes villes du monde.

Les hab... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles