Pile ou face ? Le choix de la société du risque, c’est maintenant !

Une société qui ne rémunère pas le risque est une société qui n’innove pas, qui ne progresse pas. C’est une société dans laquelle les fils ne peuvent pas espérer mieux vivre que leur père.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
pile ou face

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pile ou face ? Le choix de la société du risque, c’est maintenant !

Publié le 13 octobre 2012
- A +

Une société qui ne rémunère pas le risque est une société qui n’innove pas, qui ne progresse pas. C’est une société dans laquelle les fils ne peuvent pas espérer mieux vivre que leur père.

Par Georges Kaplan.

Je vous propose un jeu. Vous avez le choix entre deux alternatives. Soit je vous donne 100 euros immédiatement et le jeu s’arrête là ; nous appellerons cela l’option sans risque. Soit nous jouons à pile ou face : pile, vous gagnez 1 200 euros ; face vous perdez 1 000 euros. Que feriez-vous ?

Comme la plupart des gens, vous avez sans doute préféré prendre mes 100 euros et en rester là. Vous avez sans doute remarqué que l’espérance de gain du tirage à pile ou face était strictement équivalente à celle de l’option sans risque. Vous avez une chance sur deux de gagner 1 200 euros et une chance sur deux de perdre 1 000 euros ; ce qui nous donne bien une espérance de gain de 100 euros. Ce qui fait que vous avez choisi l’option sans risque c’est qu’à espérances de gain équivalentes, le tirage à pile ou face vous expose à un risque. Or il se trouve qu’en tant qu’êtres humains, nous sommes averses au risque.

« Fais attention », « sois prudent », « ne prends pas de risque »… Ce sont les sages conseils que nous avons reçu depuis notre plus tendre enfance et ce sont ces mêmes conseils que nous avons, à notre tour, donné à nos enfants. C’est que, dans notre inconscient, le risque est asymétrique ; il n’a qu’un seul coté : le mauvais coté. C’est notre nature. Nous acceptons bien de prendre des risques mais seulement si « le jeu en vaut la chandelle. » Le risque n’est pas gratuit.

Le jeu et la chandelle

Par exemple, dans le cadre de notre jeu, si je souhaite vous inciter à prendre le risque de perdre 1 000 euros avec une probabilité de 50%, je dois augmenter votre espérance de gain : par exemple, si la pièce tombe coté pile, je vous paierai non plus 1 200 euros mais 1 500 euros. Dans ce cas, votre espérance de gain est de 250 euros ; soit 150 euros de plus que l’option sans risque. Cet écart, ce surcroît d’espérance de gain de 150 euros, est une prime de risque ; c’est la rémunération que nous exigeons pour accepter de subir un aléa. Elle varie en fonction des individus mais, en tout état de cause, elle est positive [1] – sans quoi vous n’accepteriez pas de prendre de risque – et elle est d’autant plus élevée que le risque est grand.

Pour un investisseur, et ce, quel que soit le projet d’investissement, cette notion de prime de risque est absolument essentielle. Comme dans le cas de notre jeu, il a le choix entre un investissement sans risque [2] comme une obligation de l’État allemand par exemple et une infinie variété de projets d’investissement plus ou moins risqués : créer une startup, acheter des obligations d’État espagnoles, acheter des actions Apple, investir dans un nouveau point de vente… Comme nous ne connaissons pas le futur, nous n’accepterons de placer notre argent dans un de ces projets risqués que si son espérance de rendement est supérieure au taux sans risque.

Bien sûr, si on prend le cas de la création d’une entreprise, le calcul de notre espérance de rendement n’a rien à voir avec un tirage à pile ou face. Il y a une infinité de scénarios possibles qui dépendent d’une infinité de facteurs et auxquels on peut associer une infinité de probabilités différentes. Créer une entreprise, c’est risqué et c’est encore plus risqué lorsque vous vous lancez dans un projet innovant sur un marché qui n’existe pas encore. Vous allez investir l’essentiel de vos économies dans ce projet, travailler – sans doute pendant plusieurs années – sans vous payer et vous savez que vous avez huit chances sur dix [3] d’y laisser toutes vos plumes ; autant dire que pour nous inciter à prendre ce risque, il faut que la rémunération en cas de succès soit conséquente.

Juste pour illustrer cette idée : si vous avez huit chances sur dix de perdre les 200 000 euros que vous avez investis dans la création de votre entreprise, une rémunération (salaires, dividendes, plus-value… à la fiscalité près, peu importe) de 800 000 euros correspond à une espérance de gain de zéro. Si ce chiffre vous semble exagéré, demandez-vous si, avec ces hypothèses, vous vous lanceriez dans l’aventure. Il y a fort à parier que non. La rémunération des investisseurs, c’est la rémunération du risque. C’est à ça qu’ils servent : à allouer du capital à des projets d’investissement et à en assumer le risque. C’est un des fondements essentiels du capitalisme : des opportunités de profits et des risques de pertes. Tuez l’un ou l’autre et c’est le système entier que vous détruisez.

Le choix, c’est maintenant !

Une société qui ne rémunère pas le risque est une société qui n’innove pas, qui ne progresse pas. C’est une société dans laquelle les fils ne peuvent pas espérer mieux vivre que leur père, la société dans laquelle nous avons vécu jusqu’à ce que la révolution industrielle nous arrache pour la première fois de l’histoire de l’humanité à notre misère séculaire, aux famines qui décimaient des familles entières et aux épidémies qui anéantissaient la population d’une ville en quelques mois. Pouvez-vous seulement citer une seule innovation, une seule invention utile à autre chose qu’à tuer des homo-sapiens qui soit sortie d’un pays socialiste ? La différence entre une société qui rémunère le risque et une société qui ne le rémunère pas, c’est la différence entre la France colbertiste de Denis Papin et l’Angleterre libérale de Thomas Newcomen : la première a laissé mourir un de ses inventeurs les plus géniaux dans la misère ; la seconde en a fait un homme riche et une des figures légendaires de la révolution industrielle.

Quand, pour la dernière fois, avons-nous vu sortir un Bill Gates, un Larry Page ou un Thomas Lipton de nos rangs ? Depuis des décennies, nous avons fait tout ce qui était possible et imaginable pour rendre la création d’une entreprise la plus onéreuse possible, pour que ce soit le plus risqué possible et pour taxer l’espérance de gain des investisseurs. Si c’est un projet de société, si c’est une volonté de votre part, si vous voulez réellement décroître : dites-le donc et laissez-nous en tirer les conclusions qui s’imposent.

Mais si la soviétisation de notre pays n’est pas votre objectif, alors je suis au regret de vous dire qu’après 60 années d’efforts dans ce sens, c’est précisément là que nous allons. C’est la règle du jeu : vous voulez que les gens travaillent ? Rémunérez le travail. Vous voulez que les gens investissent ? Rémunérez le risque. Acceptez la règle ou assumez les conséquences : c’est pile ou face, il n’y a pas d’autre option.

—-
Sur le web.

Notes :

  1. Sauf dans certains cas bien précis comme le casino (où les joueurs prennent du plaisir à perdre de l’argent) ou les loteries (perte minimale et gains gigantesques assortis d’une probabilité infinitésimale).
  2. Si tant est qu’une telle chose existe encore.
  3. Cette statistique ne veut rien dire ; c’est juste un exemple.
Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • « Une société qui ne rémunère pas le risque est une société qui n’innove pas, qui ne progresse pas. »

    100% d’accord pour les risques positifs à la dite société.

  • Je pense que ce n’est pas l’argent seul qui motive le créateur. Le désir de créer , de liberté et la fierté de se débrouiller seul sont autrement incitateurs. Etre capable de vivre sans assistance est réellement un enjeu.
    Et si à la sortie il y a un bonus et bien tant mieux . Que l’état se gave sur ce bonus c’est une autre histoire.

  • @Esteld

    Oui mais le créateur a en général besoin d’investisseurs dont la motivation essentielle est naturellement l’espérance de gain.

    Moralité : il faut défiscaliser à fond les investisseurs et imposer un max les créateurs qui n’ont pas besoin d’argent pour prendre leur pied.

  • Une alternative = deux choix
    Sinon d’accord

  • L’erreur c’est de faire une équivalence entre d’une part « Fais attention » et « sois prudent », d’autre part « ne prends pas de risque », c’est à dire d’opposer risques et précautions. Le conseil le plus sage c’est « prends le maximum de risque avec le maximum de précautions », c’est à dire A LA FOIS « prends des risques » et « prends tes précautions ».

    A l’instar des grands navigateurs, qui poussent toujours plus loin le bouchon : pas comme des têtes brûlées qui risquent tout sans précautions, mais au contraire comme des gens méticuleux qui prévoient une réponse à tous les ennuis qu’ils imaginent. Et ensuite … à dieu vat.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
capital cérébral
1
Sauvegarder cet article

C’est une étude de février 2022 qui reste sujet de questionnement pour les entreprises : ayant interrogé 994 employés français salariés à temps plein ou temps partiel et qui n’ont pas changé d’entreprise depuis janvier 2020, la plateforme Capterra (plateforme d’avis et de logiciels) dévoile qu’un Français sur deux considère ne pas avoir une bonne santé mentale en entreprise.

C’est sûr qu’une entreprise avec une proportion aussi importante d’employés en mauvaise santé mentale ne doit pas réussir à être au top niveau de performance.

... Poursuivre la lecture

Nous vivons une époque de très grande incertitude, où nombre de prédictions et de croyances fortement ancrées ont été brutalement démenties par les faits, notamment depuis les trois dernières années. Et pourtant nous continuons à faire des prédictions. Cela semble rationnel : nous voulons nous protéger contre les mauvaises surprises et nous préparer au pire.

Mais cette préparation au pire a un coût important.

Le pétrole et le gaz naturel dont nous dépendons pour 75 % de notre énergie s’épuisent. La production mondiale de pétrole... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

 

Dans de nombreuses cultures, le profit est considéré comme le résultat de l'exploitation d'individus par d'autres individus. Or, les profits n'ont rien à voir avec l'exploitation. Au contraire, ils reflètent les actions des entrepreneurs qui fournissent aux consommateurs, de la manière la plus efficace possible, des produits de valeur.

Pour qu'un entrepreneur réalise des bénéfices, il doit anticiper correctement les préférences des consommateurs, les prix futurs des produits et les prix futurs de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles