La solvabilité des banques ? C’est vous !

Fitch tient compte du soutien des États dans sa notation des banques !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La solvabilité des banques ? C’est vous !

Publié le 13 octobre 2012
- A +

Fitch tient compte du soutien des États dans sa notation des banques !

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Nous avons vu récemment que Groupama avait été dégradée par Fitch. Ce sont les notes des plus grands établissements bancaires de la planète qui ont été revues hier.

Surprise, Fitch a maintenu les notes de douze grandes banques mondiales, qualifiant les perspectives pour le secteur de «stables». Il s’agit de Bank of America, Citigroup, Goldman Sachs, ­JPMorgan Chase et Morgan Stanley aux États-Unis, ainsi que de BNP Paribas, Deutsche Bank, Royal Bank of Scotland, UBS, Crédit Suisse et Société Générale en Europe. HSBC s’ajoutera à cette liste dans deux mois.

Alors, allez-vous dire pourquoi faire un article si tout va bien ? Si Fitch maintient sa notation sur les banques, c’est que le secteur financier est sorti de la phase de turbulences, non ? En fait, la lecture détaillée du rapport de Fitch révèle un raisonnement qui laisse un petit peu pantois. En effet, outre la note attribuée concernant la «viabilité» de l’émetteur, qui reflète la qualité de sa solvabilité intrinsèque, l’agence tient compte d’un autre critère appelé «support rating floor».

Le «support rating floor», c’est l’évaluation, totalement subjective, que se fait Fitch de la probabilité qu’un de ces établissements bancaires, s’il venait à être en difficulté, reçoive un «soutien extraordinaire de l’État». Autrement dit, plus la puissance publique est prête à voler au secours d’une grande banque en difficulté (avec l’argent des contribuables), moins la banque en question est considérée comme dangereuse. Donc, meilleure est sa note, meilleure est sa solvabilité, plus grandes sont ses marges de manœuvre et, du coup, plus grand est le risque de la voir s’engager dans des opérations douteuses.

Le «support rating floor», c’est la consécration du principe « à moi les gains, à vous les pertes ». Du coup, nous arrivons à cette aberration de sept instituts d’importance systémique sur treize examinés par l’agence qui, ayant une note de «support rating floor» supérieure à leur note de solvabilité intrinsèque, se retrouvent en A ou A+ avec perspective stable.

La garantie des États est donc bien la pire chose qui puisse être, puisqu’elle entraîne l’effet pervers du sentiment d’impunité qui précède toujours les catastrophes. Les lecteurs de MVMA ne s’y trompent pas qui, à notre sondage en cours actuellement sont 51% à estimer que les banques sont des entreprises privées qui n’ont qu’à faire faillite sans que les pouvoirs publics ne les sauvent !

—-
Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aujourd’hui, nous aborderons deux points : l’absence d’un mécanisme de compensation dans un système de Banque Centrale, et l’éventualité qu’une surexpansion bancaire se produise dans un système de Banque libre à réserves fractionnaires. Ce faisant, cet article est dans la suite directe du précédent concernant la loi des compensations adverses.

Le problème de la connaissance : les Banquiers centraux ont besoin d’une information qu’ils ne peuvent pas obtenir

Un partisan de la Banque centrale ferait remarquer que celle-ci a accès à des i... Poursuivre la lecture

Par Guillaume Nicoulaud.

C’est au début des années 1980 que les autorités monétaires et financières ont commencé à imposer aux banques de respecter ce que nous appelons aujourd’hui des ratios de solvabilité (ou, indifféremment, des ratios d’adéquation des fonds propres). L’idée, comme toujours, partait des meilleures intentions qui soient : il était question d’empêcher les banques de prendre trop de risques en limitant la quantité de crédit qu’elles pouvaient accorder en fonction de leurs fonds propres.

Aux États-Unis, par exemp... Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

Les lois spoliatrices s’enchaînent dans l’indifférence générale tandis que les autorités s’affairent à border leurs arrières dans la nouvelle crise qui s’annonce.

Après avoir prévu le gel des assurances-vie en euro pour étouffer toute crise de la dette publique, les autorités mitonnent le possible recours au gel des dépôts bancaires pour stopper une crise de la dette privée.

Est-ce la grande réconciliation avec la réalité qui commence sur les marchés ? Les indices actions hésitent depuis la semaine dern... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles