Le temps des sophismes

Trop souvent, les remèdes prônés par le pouvoir, qu’il soit de droite ou de gauche, ne sont finalement que des expédients sans avenir.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le temps des sophismes

Publié le 7 octobre 2012
- A +

Trop souvent, les remèdes prônés par le pouvoir, qu’il soit de droite ou de gauche, ne sont finalement que des expédients sans avenir.

Par Philippe Robert.

La méga-crise qui s’est abattue sur le monde et qui n’en finit pas d’exercer ses ravages, tout spécialement en Europe, aurait donc apporté la preuve incontestable, si l’on en croit nos élites politiques en mal de reconnaissance, de la nécessité absolue d’un retour en force de l’État.

Certes, il faut bien que tout le monde vive et les politiques ne sont pas, loin de là, les derniers à exiger leur part du gâteau ; c’est pourquoi, s’agissant du domaine d’intervention imparti à l’État, il me paraît utile de revenir sur la vision maximaliste que l’on peut s’en faire en France. Car l’État providence, dont l’hypertrophie anarchique m’incite aussi à le qualifier d’État prédateur, n’est clairement plus en mesure de faire face aux obligations démesurées qu’il s’est lui-même créées et dont l’accumulation, d’ordre irrationnel, a fini par en paralyser tous les rouages.

À titre d’exemple, que l’on me permette donc de revenir sur la question brûlante de la cherté du coût du travail qui, selon les experts, serait à l’origine d’une perte préoccupante de compétitivité de notre pays. Et si tel est le cas, par quels mécanismes va-t-il être possible d’en venir à bout ?

Comme trop souvent, les remèdes prônés par le pouvoir, qu’il soit de droite ou de gauche, ne sont finalement que des expédients sans avenir dont la seule utilité (sic !) consiste à donner le change, en d’autres termes à gagner du temps, en agissant seulement à la marge du problème à traiter. Hélas, les mêmes causes produisant les mêmes effets, il tombe alors sous le sens que si la cause réelle du coût abusif du travail n’est pas elle-même en priorité mise hors de combat, ledit coût abusif du travail à l’origine de tous nos maux n’a alors aucune chance d’être durablement éradiqué.

Ainsi en va-t-il de la TVA sociale (de droite) tout autant que d’une augmentation de la CSG (de gauche par rejet de la droite) qui, de fait, ne représentent peu ou prou que des transferts d’argent d’un poste à un autre sans que les termes du problème posé ne s’en trouvent durablement modifiés :

Rappelons que, contrairement aux idées reçues et aux réformes envisagées, le coût du travail ne pourra diminuer en France qu’en mettant fin au monopole de la Sécurité sociale. Un défi qu’en effet aucun gouvernement n’osera relever dans l’immédiat. On attendra sans doute la disparition totale de l’industrie française [1].

Aussi, plutôt que de s’acharner à forcer la porte de la sphère privée au douteux prétexte d’une obligation morale d’instaurer toujours plus de justice sociale, le pouvoir (droite et gauche confondus) devrait plutôt s’attacher d’urgence à faire porter tous ses efforts vers le domaine régalien en ruine !

Certes, ramener l’État à de plus justes proportions exige, de la part de ceux qui l’actionnent et surtout qui en vivent, une force de caractère peu commune :

Presque tous les hommes peuvent faire face à l’adversité ; mais si vous voulez tester la capacité de quelqu’un, donnez-lui le pouvoir [2].

—-
Notes :

  1. Article de l’aleps.
  2. Abraham Lincoln, qui a su plus qu’aucun autre ce que gouverner voulait dire, jusqu’au sacrifice suprême.
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

    Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Par Joakim Book. Un article de Mises.org

Dans le classique de la littérature russe Anna Karénine, Tolstoï écrit :

« Les familles heureuses se ressemblent toutes mais chaque famille malheureuse l'est à sa manière ».

On peut dire la même chose des technocrates obnubilés par l’État et de leurs tendances à la planification centrale : tous les technocrates heureux se ressemblent, mais chaque citoyen-sujet malheureux vivant sous leur domination est malheureux à sa manière.

Quel que soit le sujet, les technocrates suivent... Poursuivre la lecture

Par Laurent Sailly.

En fin de semaine dernière 150 agents sur 350 étaient en arrêt maladie dans les compagnies de sécurisation des manifestations.

Les grèves des policiers se sont multipliées ces dernières années alors que le nombre de manifestations en France a connu une augmentation importante et par conséquent que la pression sur les forces de l’ordre s’est également accrue.

Héros en 2015 suite aux attentats terroristes, zéros depuis 2019 avec les manifestations des Gilets jaunes, depuis 6 ans la police fait le yoyo da... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles