Fiscalité : réfléchir avant d’intervenir

En tant que contribuables, nous sommes en droit de savoir si l’environnement fiscal qu’on nous impose est économiquement sain.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
impots-taxes

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fiscalité : réfléchir avant d’intervenir

Publié le 17 septembre 2012
- A +

En tant que contribuables, nous sommes en droit de savoir si l’environnement fiscal qu’on nous impose est économiquement sain.

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis Montréal, Québec.

Le nouveau gouvernement du Québec a promis la tenue d’un sommet sur l’enseignement supérieur, la création d’une commission sur l’indépendance énergétique ainsi que la mise en place d’un moratoire sur l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste.

Réfléchir avant d’agir. Peser le pour et le contre avant d’intervenir. On ne peut que féliciter un gouvernement qui s’accorde un temps de réflexion avant de prendre des décisions importantes.

Toutefois, il n’y a pas qu’en matière d’éducation ou d’énergie que la prudence s’impose. S’il existe un domaine qui exige des actions réfléchies et mesurées, c’est bien celui de la fiscalité.

Les mesures fiscales incitent les particuliers comme les entreprises à réviser leurs choix et à modifier leurs comportements. Elles exercent donc un effet sur les prix, la production, la productivité, la consommation, l’épargne, l’investissement, l’entrepreneuriat, la création d’emplois, la volonté de travailler, le commerce international, la délocalisation, les mouvements migratoires, etc. Mal conçues, les mesures fiscales peuvent faire obstacle à la croissance économique et avoir des effets dévastateurs. On ne badine pas avec la fiscalité.

Étudier le système fiscal

Le Parti québécois entend modifier les tables d’imposition. Certains affirment que le fardeau fiscal n’est pas excessif et que les riches ne font pas leur juste part ; d’autres prétendent le contraire. Qui dit vrai ?

Si la question de la fiscalité divise l’opinion publique, c’est parce qu’il nous manque un portrait fidèle du fardeau réellement supporté par les contribuables et des conséquences qu’il occasionne sur l’économie. Comment notre régime se compare-t-il aux autres provinces ? Respecte-t-il les principes directeurs de simplicité, d’équité et d’efficacité ? Quelles incitations crée-t-il ? Ces incitations favorisent-elles la création de richesse ? Quelles leçons pouvons-nous tirer des expériences des autres pays ? Quelles sont les tendances mondiales ? Que révèlent les analyses ? Comment définir la « juste part » d’un contribuable ?

La Commission sur la fiscalité et le financement des services publics (1999) et le Groupe de travail sur l’investissement des entreprises (2008) ont timidement abordé ces questions. En 2009, un Comité consultatif s’est penché essentiellement sur le financement des services publics. En revanche, les tenants et aboutissants de notre système fiscal n’ont jamais fait l’objet d’une étude poussée.

À elle seule, la Loi sur les impôts compte actuellement plus de 1200 articles avec autant de paragraphes et d’alinéas. Certes, l’État a besoin d’être financé. Néanmoins, on ne devrait plus permettre à la classe politique de manipuler à sa guise l’outil fiscal. Les taxes et impôts tous azimuts, c’est terminé ! Exit la vision à court terme et les mesures populistes. Les conséquences potentielles pour nous et nos enfants sont trop graves. L’heure de faire le point sur la fiscalité québécoise a sonné !

Deux demandes

Madame Marois a déclaré plusieurs fois : « Je suis une femme responsable ». Voici deux gestes fiscalement responsables qu’elle devrait donc accueillir favorablement : (1) demander à un comité d’experts de réaliser une analyse rigoureuse de notre régime fiscal ; (2) décréter un moratoire sur le régime fiscal pendant la durée des travaux.

En tant que contribuables, nous sommes en droit de savoir si l’environnement fiscal qu’on nous impose est économiquement sain. J’estime essentiel que ce droit soit respecté. Et vous ?

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

    Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après Miss France, Mister France ! Logique. On est pour l’égalité homme femme ou on ne l’est pas. En 2017, Emmanuel Macron avait remporté le titre haut la main. Depuis l’Élysée qu’il occupait depuis peu, il avait brillamment dominé de toute la hauteur de sa pensée complexe le féroce entretien de culture générale que lui avait infligé un Laurent Delahousse plus irrévérencieux que jamais. Cette année, un candidat s’impose à l’évidence dans la compétition. Je veux bien sûr parler de notre fabuleux ministre de l’Économie Bruno Le Maire !

J... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Michel Gay.

En vue de la primaire écologiste dont le premier tour aura lieu du 16 au 19 septembre 2021 et le second du 25 au 28 septembre, Éric Piolle, maire EELV de Grenoble, a dévoilé son mirifique programme vert le 17 août 2021.

Mesures coercitives et interdictions

L’écologiste Éric Piolle promet une trentaine de mesures coercitives toujours plus liberticides pour « atteindre une neutralité climatique dès 2045 », soit 5 ans plus tôt que les préconisations officielles du gouvernement, elles-mêmes en avance de près de 50 an... Poursuivre la lecture

Par François Facchini. Un article de l'Iref-Europe

Les Français constatent avec amertume que l’argent qu’on leur retient est gaspillé : des dépenses publiques trop lourdes, des bureaucrates trop nombreux et bien payés. À mon sens il ne reste à ces Français que deux petits pas à faire : trop d’impôts c’est trop d’État. Et les cadeaux de l’État se payent cher.

L’ouvrage de François Facchini nous permet de convaincre notre entourage mais aussi le grand public de ce que les dépenses publiques sont un mal fr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles