Euro : certitudes et mystères

Tout est suspendu aux choix politiques des dirigeants européens – c’est une certitude, or il n’y a pas d’accord entre eux, de sorte que le mystère demeure entier.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Acharnement thérapeutique sur l'Euro (Crédits : Sabine Nourrit/Aleps, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Euro : certitudes et mystères

Publié le 11 septembre 2012
- A +

Tout est suspendu aux choix politiques des dirigeants européens – c’est une certitude, or il n’y a pas d’accord entre eux, de sorte que le mystère demeure entier.

Par Jacques Garello.
Publié en collaboration avec l’aleps.

La crise des dettes publiques peut-elle trouver une solution dans le cadre de la Banque Centrale Européenne et de l’euro ? La Grèce restera-t-elle dans l’euro ?

Et finalement l’euro va-t-il survivre ? Sous sa forme actuelle ?

Toutes ces interrogations ont fait l’objet des rapports et débats à la Société du Mont Pèlerin qui tenait sa réunion mondiale cette semaine à Prague. Président d’une session spécialement consacrée à l’avenir de l’euro, j’ai pu conforter l’opinion que je vous ai livrée depuis des mois : tout est suspendu aux choix politiques des dirigeants européens – c’est une certitude, or il n’y a pas d’accord entre eux, de sorte que le mystère demeure entier.

En attendant, et c’est une autre certitude, l’acharnement thérapeutique pour sauver l’Euro est coûteux et dangereux, et on se demande bien pourquoi des gens aussi sérieux que les Allemands et les Scandinaves continuent à accepter les débordements de Mario Draghi et les fantaisies grecques – c’est un mystère.

L’analyse économique de l’euro est sans conteste. Cette monnaie unique pour une Europe diverse n’a jamais eu aucune raison d’être.

Il fallait, suivant le vœu de Jacques Delors, casser la diversité et obliger les États membres à renoncer à leur souveraineté budgétaire et fiscale pour transférer la responsabilité d’une politique économique à une instance européenne supra-nationale. Ou bien il fallait renoncer à une monnaie unique et à une Banque Centrale.

Les gouvernements ont choisi une troisième voie, totalement incohérente : d’une part, on crée un Banque Centrale Européenne mais on lui interdit d’avoir la moindre initiative en matière de politique économique ; d’autre part, on maintient la souveraineté des États membres tout en leur demandant de s’engager à adopter des politiques identiques. Curieuse idée de la souveraineté, qui signifie en principe un pouvoir sans partage ! Ainsi, ont été imaginés les fameux critères de convergence. Bien entendu, la souveraineté l’a emporté sur la convergence et aucun des critères de Maastricht n’a jamais été respecté par aucun pays, à l’exception du Luxembourg. Aujourd’hui, le nouveau traité d’Union Fiscale Européenne veut renforcer la discipline en prévoyant des sanctions pour les pays « non convergents », mais ce traité n’a guère plus de chance d’être respecté que les précédents.

Pour l’instant, l’euro vit d’expédients. L’un est la création du Fonds Européen de Solidarité Financière, destiné à porter secours aux États et aux banques les plus endettés. Mais il est alimenté par des cotisations d’États eux-mêmes endettés ou à la limite de l’équilibre (Allemagne comprise). L’autre est le laxisme de plus en plus accentué de la Banque Centrale Européenne, qui a émis une masse monétaire impressionnante, a fixé des taux d’intérêt proches de zéro et se prépare maintenant à financer le FSME ou les banques espagnoles – toutes initiatives contraires à ses statuts.

Ces expédients sont-ils suffisants pour prolonger la vie de l’euro ? Certainement pas, ils sont de nature à accentuer la crise, c’est une certitude. Mais ils permettent aux gouvernants de concevoir des solutions alternatives, autour desquelles règne encore le mystère.

Mystère quant à leur calendrier : les élections allemandes approchent, et les leaders allemands sont confrontés au désir du peuple de ne plus payer pour les insolvables. Mystère quant au contenu. On peut retourner à un système écu, c’est-à-dire à une monnaie commune (euro comme écu dans le passé) cohabitant avec des monnaies souveraines et liée avec elles par des taux de change variables (totalement ou à l’intérieur d’une zone de fluctuation). On peut imaginer encore deux écus, liés plus ou moins étroitement (mais le mauvais écu pourrait chasser le bon, suivant la loi de Gresham : personne ne voudra de l’écu « club méditerranée »). On peut aussi imaginer un bond en avant de la « construction européenne » avec un abandon de souveraineté des États membres en matière économique – difficile à faire admettre.

Pour conclure, une certitude absolue : ce n’est pas la survie de l’euro qui permettra de sortir de la crise de la dette publique. La vraie solution est dans la réduction des États et dans la reprise de la croissance grâce à la libéralisation des entreprises et des échanges.

—-
Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • [La vraie solution est dans la réduction des États et dans la reprise de la croissance grâce à la libéralisation des entreprises et des échanges.] , concluez-vous. Certes oui.

    Ceci relève d’un voeu pieux. Si l’on connait de près les « paradigmes » constituant les schémas réflexes d’européens aux gouvernes (18.000 bureaucrates, 736 parlementaires, et d’innombrables bénéficiaires d’aides & subsides tombant du ciel ), ce sont TOUS des gens de la non-entreprise qui génèrent l’inflation législative, avec une profonde ignorance de ce qu’est la prise de risque industriel … Mais tous savent jargonner sur les thèmes qu’ils ne maîtrisent pas ! Paradoxal ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J'ai trop souvent prévenu que la richesse et la prospérité de l'Occident pouvaient disparaître en un clin d'œil à cause de politiques irrationnelles. L'Europe a pillé les dividendes de la paix de l'après-guerre froide, emprunté à la génération suivante et est maintenant confrontée à un hiver long et froid, sans autre choix que la misère. Tout cela en se pliant à une idéologie verte qu'elle ne peut plus se permettre économiquement et qu'elle semble incapable d'abandonner politiquement.

Après un départ émotionnellement brutal de ma carri... Poursuivre la lecture

Les négociateurs du Parlement européen et des États membres de l'UE (Union européenne) sont récemment parvenus à un accord sur de nouvelles règles européennes visant à lutter contre ce que l'on appelle le "blanchiment écologique", par lequel des entreprises se présentent comme plus respectueuses de l'environnement qu'elles ne le sont réellement. Les nouvelles règles imposent une série de nouvelles exigences en matière de rapports - d'abord aux grandes entreprises, puis également aux PME - dans le but de "mieux informer" les citoyens de "l'imp... Poursuivre la lecture

Vertueuse Europe

Le 24 février dernier la Russie attaquait l’Ukraine. Depuis cette date fatidique l’Union européenne ne cesse d’étendre et de durcir les sanctions visant à punir l’agresseur.

À l’exclusion des principales banques russes du système SWIFT de paiements internationaux s’est ajouté le gel des avoirs détenus par la Banque Centrale de la Fédération de Russie stockés dans les Banques Centrales et les institutions privées de l’UE puis le bannissement de la majeure partie des importations de pétrole russe. L’arsenal a été complét... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles