Peut-on encore sauver Bankia ?

Le gouvernement espagnol persiste à considérer Bankia comme une banque encore viable. Est-ce bien raisonnable ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bankia_2215348b

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Peut-on encore sauver Bankia ?

Publié le 8 septembre 2012
- A +

Le gouvernement espagnol persiste à considérer Bankia comme une banque encore viable. Est-ce bien raisonnable ?

Un article d’Open Europe.

L’Espagne a annoncé ses plans pour le nettoyage de son secteur bancaire. Le projet de loi complet a été publié récemment, nous sommes toujours en train de l’analyser, et nous vous informerons des points les plus pertinents dès que nous aurons terminé. Mais il y a également des développements intéressants à propos du prêteur en difficulté BFA-Bankia.

Le gouvernement espagnol a annoncé il y a une semaine que la BFA-Bankia allait recevoir une “injection de capital immédiate” de la part du fonds de restructuration bancaire de l’Espagne (FROB). Cependant, l’Espagne a décidé de ne pas faire appel au versement anticipé d’une partie de son fonds de sauvetage des banques de 100 milliards d’euros. Ceci en dépit du fait que 30 milliards d’euros ont été mis de côté pour traiter les urgences, comme l’Eurogroupe l’a annoncé  dans sa conférence de presse. Les fonds seront donc avancés par le FROB et seront éventuellement incorporés dans le plan de sauvetage des banques espagnoles quand ils seront complètement dépensés.

Cela soulève des questions intéressantes. Tout d’abord, pourquoi l’Espagne est-elle tellement attachée à éviter d’utiliser les 30 milliards d’euros conservés en réserve ? L’argent est typiquement là pour ce genre de situation. En fait, il était relativement évident que ce genre de situation allait se présenter. De plus, l’argent sera tout de même dépensé dans le plan de sauvetage. Par conséquent, nous pouvons penser que le gouvernement espagnol est soucieux d’éviter une sorte de stigmatisation négative – même si cela semble un peu étrange car le plan de sauvetage est déjà confirmé. Il convient de garder à l’esprit les contraintes du financement par le FESF par rapport au MES (que nous avons détaillées ici) : il est donc possible que l’Espagne et la zone euro aient décidé d’attendre que le MES soit complètement opérationnel avant d’utiliser les fonds.

À la lecture du communiqué de presse, il est clair qu’il s’agit d’une restructuration de la BFA-Bankia, ce qui signifie que la banque est encore considérée comme viable. C’est proprement scandaleux pour plusieurs raisons :

  • Les emprunts toxiques détenus par Bankia ont augmenté de 44% (de 7,7% à 11%) dans les six derniers mois.
  • Le groupe vient d’annoncer une perte de 4,5 milliards d’euros, contre un léger bénéfice l’an passé.
  • Au cours des six derniers mois, le groupe bancaire a perdu la somme incroyable de 37,6 milliards d’euros dans les dépôts bancaires de ses clients, une baisse énorme de 28%.

Pour beaucoup, il paraît évident que Bankia n’est plus viable depuis quelques temps. Les derniers plans du gouvernement pour traiter le secteur bancaire prévoient une « résolution ordonnée » des banques insolvables et un modèle pour liquider les actifs et fermer les institutions en faillite. On ne comprend pas pourquoi ce n’est pas appliqué ici, à part peut-être pour protéger les particuliers ayant investi dans cette banque. Mais au bout du compte, investir des fonds publics dans une institution défaillante fera plus de mal que de bien pour tout le monde.

—-
Sur le web.
Traduction : Nicolas B. pour Contrepoints.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mesdames et messieurs les Français, vous avez les félicitations de Antonio Luis Santos da Costa, de Pedro Sánchez Pérez-Castejón et d’Olaf Scholz, et vous ne serez donc pas sanctionnés par Ursula von der Leyen comme de simples pays africains.

Dans un mouvement tout à fait inédit sur le plan diplomatique, les chefs des gouvernements socialistes du Portugal, de l’Espagne et de l’Allemagne ont exercé leur « devoir d’ingérence » en intervenant dans les élections démocratiques d’un autre pays de l’Union Européenne (UE), et pas des moindres,... Poursuivre la lecture

La découverte de l’espionnage pratiqué par la direction nationale du Parti Populaire à l’encontre de la présidente madrilène Isabel Diaz Ayuso a plongé la formation dirigée par Pablo Casado dans une crise inédite. À plus d’un an des élections législatives nationales, son successeur devra faire un choix qui déterminera l’avenir de la droite espagnole : quelles relations le Parti Populaire entretiendra-t-il avec Vox ?

Pablo Casado, un président soumis aux diktats moraux de la gauche

La députée et porte-parole du PP, Cayetana Alvarez de T... Poursuivre la lecture

Aujourd’hui, nous aborderons deux points : l’absence d’un mécanisme de compensation dans un système de Banque Centrale, et l’éventualité qu’une surexpansion bancaire se produise dans un système de Banque libre à réserves fractionnaires. Ce faisant, cet article est dans la suite directe du précédent concernant la loi des compensations adverses.

Le problème de la connaissance : les Banquiers centraux ont besoin d’une information qu’ils ne peuvent pas obtenir

Un partisan de la Banque centrale ferait remarquer que celle-ci a accès à des i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles