Peut-on encore sauver Bankia ?

Le gouvernement espagnol persiste à considérer Bankia comme une banque encore viable. Est-ce bien raisonnable ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bankia_2215348b

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Peut-on encore sauver Bankia ?

Publié le 8 septembre 2012
- A +

Le gouvernement espagnol persiste à considérer Bankia comme une banque encore viable. Est-ce bien raisonnable ?

Un article d’Open Europe.

L’Espagne a annoncé ses plans pour le nettoyage de son secteur bancaire. Le projet de loi complet a été publié récemment, nous sommes toujours en train de l’analyser, et nous vous informerons des points les plus pertinents dès que nous aurons terminé. Mais il y a également des développements intéressants à propos du prêteur en difficulté BFA-Bankia.

Le gouvernement espagnol a annoncé il y a une semaine que la BFA-Bankia allait recevoir une “injection de capital immédiate” de la part du fonds de restructuration bancaire de l’Espagne (FROB). Cependant, l’Espagne a décidé de ne pas faire appel au versement anticipé d’une partie de son fonds de sauvetage des banques de 100 milliards d’euros. Ceci en dépit du fait que 30 milliards d’euros ont été mis de côté pour traiter les urgences, comme l’Eurogroupe l’a annoncé  dans sa conférence de presse. Les fonds seront donc avancés par le FROB et seront éventuellement incorporés dans le plan de sauvetage des banques espagnoles quand ils seront complètement dépensés.

Cela soulève des questions intéressantes. Tout d’abord, pourquoi l’Espagne est-elle tellement attachée à éviter d’utiliser les 30 milliards d’euros conservés en réserve ? L’argent est typiquement là pour ce genre de situation. En fait, il était relativement évident que ce genre de situation allait se présenter. De plus, l’argent sera tout de même dépensé dans le plan de sauvetage. Par conséquent, nous pouvons penser que le gouvernement espagnol est soucieux d’éviter une sorte de stigmatisation négative – même si cela semble un peu étrange car le plan de sauvetage est déjà confirmé. Il convient de garder à l’esprit les contraintes du financement par le FESF par rapport au MES (que nous avons détaillées ici) : il est donc possible que l’Espagne et la zone euro aient décidé d’attendre que le MES soit complètement opérationnel avant d’utiliser les fonds.

À la lecture du communiqué de presse, il est clair qu’il s’agit d’une restructuration de la BFA-Bankia, ce qui signifie que la banque est encore considérée comme viable. C’est proprement scandaleux pour plusieurs raisons :

  • Les emprunts toxiques détenus par Bankia ont augmenté de 44% (de 7,7% à 11%) dans les six derniers mois.
  • Le groupe vient d’annoncer une perte de 4,5 milliards d’euros, contre un léger bénéfice l’an passé.
  • Au cours des six derniers mois, le groupe bancaire a perdu la somme incroyable de 37,6 milliards d’euros dans les dépôts bancaires de ses clients, une baisse énorme de 28%.

Pour beaucoup, il paraît évident que Bankia n’est plus viable depuis quelques temps. Les derniers plans du gouvernement pour traiter le secteur bancaire prévoient une « résolution ordonnée » des banques insolvables et un modèle pour liquider les actifs et fermer les institutions en faillite. On ne comprend pas pourquoi ce n’est pas appliqué ici, à part peut-être pour protéger les particuliers ayant investi dans cette banque. Mais au bout du compte, investir des fonds publics dans une institution défaillante fera plus de mal que de bien pour tout le monde.

—-
Sur le web.
Traduction : Nicolas B. pour Contrepoints.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
L'Espagne sous le socialiste Pedro Sánchez

L'économie espagnole est la 55e plus libre selon l'indice de liberté économique 2024, et l'Espagne se classe 30e sur 44 pays de la région Europe.

Dans son évaluation, la Heritage Foundation écrit :

« Les progrès de l'Espagne vers une plus grande liberté économique ont été inégaux. L'efficacité réglementaire et l'État de droit sont relativement bien maintenus, mais les gains à long terme ont été modestes. Les défis en matière de liberté fiscale, de dépenses publiques et de liberté financ... Poursuivre la lecture

Image générée par IA
0
Sauvegarder cet article

Un article de Human Progress

 

Le 36e Centre du progrès est Séville à l'époque des découvertes en Europe, du milieu du XVe au milieu du XVIe siècle, lorsque la ville était un grand port commercial à l'avant-garde des progrès de la navigation maritime. En 1519, une expédition de cinq navires a quitté Séville dans le but de faire le tour du monde. En 1522, un seul navire de cette expédition est revenu, le galion Victoria. Et elle était victorieuse, ayant parcouru 42 000 miles pour réussir le tour du monde, un événement marqua... Poursuivre la lecture

Maître de conférences en Sciences politiques à l’Université Rey Juan Carlos de Madrid, Rogelio Alonso est un spécialiste internationalement reconnu du terrorisme. Directeur du master en Analyse et prévention du terrorisme de cette même université, il a été enseignant durant dix ans à l’Université d’Ulster (Belfast) et publié plusieurs ouvrages sur l’histoire de l’IRA, dont certains ont été primés outre-Manche.

Pour cette monographie publiée en 2018, le politologue s’appuie sur une grande quantité de sources : déclarations publiques (pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles