Et maintenant, un peu d’économie socialiste

Ce mandat hollandiste sera celui où seront donnés toute la puissance du socialisme de connivence et de l’interventionnisme. On va pouvoir y goûter à fond pendant près de 5 ans.

Lorsque les corporatistes sociaux-démocrates de la droite faisaient de l’économie, ce n’était pas triste : florilège d’affaires, pluie de taxes et d’impositions diverses, dérive budgétaire générale, gabegie, bref, la panoplie complète. En mai, changement de décor, d’équipe, changement de tout et changement pour maintenant : les socialistes prirent le pouvoir, et on allait voir ce qu’on allait voir. En trois gros mois, on a vu.

Et la conclusion est assez limpide : l’économie par les sociaux-démocrates de gauche, ça ressemble si furieusement à l’économie des sociaux-démocrates de droite qu’on a finalement bien du mal à voir la différence.

Pour ce qui est du contexte, il est assez similaire à celui du début de mandat du précédent guignol : crise, excitations financières, chômage qui grimpe. On dépasse même les trois millions de chômeurs avec fougue, tact, doigté et cette quasi-absence de décontraction qui laisse penser que nos élites s’en soucient tout de même un peu. Heureusement, un peu d’économie à la mode socialiste nous permettent déjà d’esquisser les pistes d’une vraie solution. Et c’est Eric Heyer, économiste à l’OFCE, qui s’y colle dans une interview parfaitement éclairante accordée au Nouvel Observateur : pour éviter la grosse gamelle, il faudra et il suffira que la puissance publique crée beaucoup plus d’emplois jeunes que ce que propose le gouvernement. Et puis, bien sûr, comme réduire le temps de travail, ça marche du tonnerre de Zeus, on va en remettre une couche :

… le gouvernement français va dans ce sens : en supprimant la défiscalisation des heures supplémentaires, il espère que cela poussera certaines entreprises à embaucher. Il va aussi un peu s’ouvrir au chômage partiel, mais ce ne sera pas le principal moyen, puisqu’il a opté pour la 2e stratégie : en 2013, il devrait y avoir 100.000 emplois d’avenir, essentiellement dans le secteur public.

Eh oui : c’est ça, l’économie socialiste ! Plus de travail ? Le chômage qui monte ? Il suffit d’un côté de créer des postes ex nihilo, pouf, comme ça, et de l’autre de diminuer encore le temps de travail, parce que c’est bien connu, c’est ce qui fonctionne à tous les coups. D’ailleurs, on se demande pourquoi ils n’imposent pas la semaine de 20H : avec un tel volant d’heures libérées, les trois millions de chômeurs ne suffiraient pas à remplir les nouveaux emplois dégagés ! Et puis, de fil en aiguille, on aboutira certainement, à terme, à interdire les licenciements ou la notion même de chômage, et c’en sera fini une fois pour toute de ces tristes nouvelles aux JT.

Mais l’économie à la mode PS, c’est aussi l’application concrète des programmes électoraux, notamment ce point dans lequel le président normal ne voulait pas entendre parler de sauvetage des banques avec l’argent du contribuable. Président übernormal qui va donc devoir trouver un moyen astucieux, rigolo et pas trop visible pour sauver le Crédit Immobilier de France, dont le passif atteint de coquets records. En attendant que l’État n’intervienne surtout pas avec l’argent gratuit des poches citoyennes, le gouvernement fera – bien sûr – ce qu’il faut pour éviter que le patron de l’établissement s’en aille après si piteuse aventure avec un gros paquet d’euros bien ficelés. Ce serait un scandale, et il n’y aura pas de scandale dans un quinquennat que notre président veut irréprochable.

Bah ouais, c’est ça, l’économie sauce socialiste : on ne laisse rien passer !

Economics demotivator

Et tant qu’à parler de banques, de finance et de petites collusions entre amis, l’économie en mode Parti Socialiste aux commandes, c’est tout sauf le trafic d’influence. Il ne viendra certainement pas à l’idée d’un ministre, fut-il redressé et productif, de faire placer sa compagne à la direction d’un journal branchouille, propriété d’un riche banquier d’affaire, en échange pour ce dernier d’un mandat pour lui et sa banque dans la création de la fameuse Banque Publique d’Investissement. Ce serait à la fois trop gros, et tellement imbibé de conflit d’intérêt et de petits bisous en coulisse que la presse, neutre et âpre au travail, ne pourrait laisser passer : un tel soupçon, même aussi léger, ne pourrait entâcher un quinquennat que, j’insiste, notre président veut irréprochable.

En tout cas, une chose est sûre : le ministre, tout dressé et plein de vigueur reproductive, a clairement fait part de sa désapprobation de tout ce montage. Il a même expliqué sa vision toute personnelle de ce que devait être cette banque d’investissement, manifestement au cœur de toutes les magouilles discussions :

« La Banque publique d’investissement, je trouve qu’elle ne peut pas être réalisée par des banquiers, parce que faire une banque qui ressemblerait à d’autres banques, c’est vraiment pas ce que l’on cherche à faire »

Bah oui pardi ! Une Banque qui ressemblerait à une banque et qui serait mise en place par des banquiers, franchement, palsambleu de fouchtra de nom d’une pipe en bois, c’est complètement impensable ! Quel manque cruel de créativité ! Manquerait plus qu’elle doive, de surcroît, respecter les ratios de Bâle III, qu’elle se doive d’avoir une gestion saine, un passif pas trop gros équilibré de façon sereine par un actif flamboyant ! Mais, vous n’y pensez pas ! D’abord, l’argent et le collatéral sain pour abonder à cet actif, si l’État français l’avait, ça se saurait. On fera donc une Banque d’Investissement avec du produit toxicorigolo et de l’ingénierie financière qui sent bon le camouflage. Ensuite, si cette Banque d’investissement doit être gérée comme une vraie banque, cela veut dire qu’elle devra faire la même danse du ventre que les autres pour respecter les dizaines de milliers de lignes du code bancaire. Et comme on est super-charrette à ce sujet, on va devoir prendre des raccourcis. Et puis, il ne faut pas oublier que le but ultime de cet établissement, c’est avant tout le recasage d’amis de longue date, hein.

En somme, ce sera une banque qui distribuera de l’argent gratuit adossé à des collatéraux explosifs mais camouflés, dirigée par un énarque ou une éminence grise d’un sérail politique quelconque. On pressent déjà le fulgurant succès de l’opération. Si cette banque est cotée, vendez-la à découvert, vous ferez des affaires.

Mais l’économie en mode socialiste, c’est bien plus que des emplois d’avenir sous-payés à des jeunes analphabètes dans un service public exsangue et sans intérêt. C’est bien plus que l’application mécanique du principe du Too Fun To Fail, c’est bien au-delà de l’idée même de connivence et de renvois d’ascenseur à rythme industriel.

C’est aussi le désir puissant et impossible à réfréner d’intervenir dans l’immobilier. Ce secteur économique semble marquer le pas, les prix vacillent, la confiance s’évapore ? Vite ! Faisons quelque chose qui a prouvé son efficacité par le passé à tout achever dans la douleur et la dévastation : encadrons les loyers ! Et pour une tâche aussi stupide, pour lancer une idée aussi délétère et si parfaitement contre-productive, qui mieux que Cécile Duflot, la diplômée supérieure de géographie qui place le Japon dans l’hémisphère sud ? Qui mieux que cette crécelle frétillante pour faire n’importe quoi, n’importe comment et laisser derrière elle un champ de ruine avec cette ingénuité dont seul un cuistre politicien peut disposer ?

Bien évidemment, comme on est dans un gouvernement de ventilation et de brassage d’air, on appellera cette mesure « encadrement durable », parce que le foutage de gueule citoyen ne doit en aucun cas être omis, ni même réduit, et particulièrement lorsqu’il s’agit de l’enfler un peu plus de son droit de propriété.

duflot réclame une tournée d'encadrement durable

Finalement, l’économie socialiste, c’est tout ça, mais c’est bien plus : c’est aussi et avant tout la foi, chevillée au corps, que l’État et ses thuriféraires doivent absolument intervenir dans les domaines où le moindre frémissement fait jour. C’est, d’abord, cette passion pour l’humain, celui qu’on tripote, qu’on manipule, qu’on dirige, qu’on spolie, qu’on utilise et qu’on abandonne en rase campagne, en slip et avec une bonne parole sur le mode « On part faire deux trois courses et on reviendra vous donner un sandwich dans deux jours. Tenez bon. »

Ce qu’il y a de bien, c’est qu’on a eu différents parfums d’économie socialiste pendant les quarante dernières années. Et pour terminer en fanfare, ce mandat hollandiste sera celui où sera donnée toute la puissance du socialisme de connivence et de l’interventionnisme. L’économie socialiste, on va pouvoir y goûter à fond pendant près de 5 ans.

Youpi, ce pays est foutu.
—-
Sur le web