On sent comme une petite déflation du bonheur socialiste

Beaucoup d’agitation chez les socialistes alors que la crise s’aggrave. Mais d’économies, point.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
deflation-208x3001.jpg

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On sent comme une petite déflation du bonheur socialiste

Publié le 4 septembre 2012
- A +

Et vlan. Élu en mai avec une cote de popularité impitoyablement normale, on apprend que le Président Grollandais de la République du Bisounoursland vient de prendre sa première gifle, largement méritée du reste puisque tout courant d’air, fut-il présidentiel, déclenche un jour le claquement brusque d’une porte.

Et la porte qui s’est violemment fermée est celle des fameux cent jours pendant lesquels la majorité et le gouvernement disposent d’une réelle marge de manœuvre dans l’opinion pour lancer les réformes profondes qui réorienteront les rails sur lequel le pays est lancé, préférablement dans la direction de la réussite, de la croissance, et des lendemains qui chantent sur fond de soleil levant et d’arc-en-ciel tolérant avec des petits oiseaux qui font cuicui sur une musique techno, n’oublions pas le côté progressiste de l’opération, merci.

Mais là, c’est donc raté, puisque pendant les 100 derniers jours, le gouvernement a, essentiellement, abrogé quelques dispositions symboliques, fait du surplace sur d’autres sujets et a bien sagement laissé le président flotter avec sa bouée Mickey au large de Brégançon pendant que Tweeterveiler tentait de museler la presse. Le pays continue donc sur les mêmes rails, dans la même direction que celle qui lui fut impulsée les quarante dernières années, avec une franche accélération depuis 2007.

Paradoxe : le bruit du claquement résonne encore dans les couloirs feutrés de l’Élysée sans qu’il soit pourtant parvenu aux oreilles des dirigeants du pays. Tout montre en effet que ces derniers, shootés à doses massives de pouvoiroïne, n’ont absolument pas pris conscience ni de l’ampleur du problème catastrophique auquel la France doit faire face, ni de l’envergure des solutions draconiennes qu’ils doivent mettre en place. Tout juste ont-ils laissé Hollande ânonner quelques couinements sur une crise un peu plus maousse que prévu en guise d’excuse.

Alors qu’Ayrault, tâcheron molasse d’un gouvernement foutraque composé d’arrivistes, de bricoleurs et d’ahuris, assaisonne ses salades d’été de tirades au lyrisme mesuré (Qui peut bien lui écrire ses discours ? Qu’il soit châtié !), que Montebourg continue de frétiller avec insistance pour toute contenance, et que Moscovici tente, sans grand succès, d’exister au-delà de ses ristournes d’épicier, les mauvaises nouvelles, économiques essentiellement, se sont accumulées. Avec constance et obstination, pour chacune d’elle, les Socialistes auront su proposer un sujet débile et sans rapport pour la camoufler.

Très concrètement, les entreprises et les patrons français ont compris que le pays n’offre plus les garanties de leur survie. Délocalisations, faillites, licenciements : la situation de l’emploi, déjà critique, va en empirant et tout indique, en plus, une pression des salaires vers le bas. Mais soyons optimistes puisque pour les jeunes, un secteur d’avenir se dégage clairement, et semble être celui de la drogue

Les habiles manœuvres de Draghi, à la BCE, ont consisté essentiellement à promettre de faire quelque chose si jamais , et, par la bande, à racheter les dettes des pays en difficulté ; cela a soutenu les marchés boursiers en apesanteur, certes, mais d’une part, ce n’est qu’une forme d’injection de papier, et de l’autre, comme les taux d’intérêts sont historiquement bas, les revenus sur le capital le sont aussi. Les fonds de pension, les assurances et tous les organismes qui dépendent d’une saine rémunération du capital (à commencer par les prêteurs pour les investissements industriels, par exemple) ne prêtent plus, ne gagnent plus assez d’argent et cherchent eux aussi à diminuer leurs frais et leurs dépenses. On a du mal à voir cela comme un point positif.

D’autres indicateurs, directs ou indirects, ne laissent guère de doute sur le pourrissement général de la situation. L’un de ceux-ci, l’immobilier, confirme s’il était encore besoin que si les banques ont des oursins dans les poches, les particuliers aussi. On apprend ainsi que le Crédit Immobilier de France s’ébroue joyeusement dans la faillite. La nationalisation est évoquée mais on sait qu’elle est inévitable : Moody’s a dégradé la note de l’établissement de crédit, notamment en apprenant que La Poste, sollicitée par le gouvernement pour étudier un éventuel rachat, s’est clairement désengagée. Il n’y a pas d’autres repreneurs et la situation sur le marché en question est tendue : la chute des ventes de logements neufs se poursuit, et rien n’indique qu’elle soit stoppée. Manifestement, de plus en plus de coquets appartements en carton ne trouvent plus preneur. Les ménages français auraient-ils fini par comprendre que les prix, stratosphériques, n’avaient plus rien de réels ou, bien plus prosaïquement, l’argent finirait-il par manquer ?

La question mérite vraiment d’être posée parce que si c’est bien cette dernière hypothèse qui se vérifie, l’assèchement des moyens financiers des particuliers signe inéluctablement le tarissement des ventes et donc une baisse de la production du côté des entreprises (et pas seulement dans l’immobilier), et une tension au niveau de leur trésorerie. Tension déjà grande compte-tenu du matraquage fiscal que le pays endure depuis quelques temps. Et si les ménages ne dépensent plus parce qu’ils n’ont plus rien, si les entreprises ne vendent plus, l’État, lui, ne récolte plus d’impôts et de taxes.

C’est ballot, en cette période où, pourtant, le gouvernement continue à parier sur une croissance non nulle pour la prochaine année, amenant ses prévisions de déficit budgétaire dans le royaume chamarré des fantasmes collectivistes les plus torrides. On a d’ailleurs du mal à comprendre comment les journalistes français peuvent relayer sans pouffer les prévisions de déficit budgétaire de 3% pour 2013 ; manifestement, Moscovici vit dans un monde parallèle où la pire des menaces est constituée par l’absence de miel dans la réserve de Winnie ou la perte de coloration des poils de queue de son petit poney.

Les Français redécouvrent la gauche

Le pompon, bien sûr, reste que malgré ces nouvelles évidemment catastrophiques, et le fait que le marché de l’emploi s’effondre en dépassant allègrement les 3 millions de victimes, le gouvernement maintient vaille que vaille le cap débile de la redistribution prodigue d’argent gratuit qu’il n’a pas, misant tout sur une nouvelle relance comme un autiste qui répéterait sans fin les mêmes gestes, aboutissant toujours aux mêmes échecs, et incapable d’en tirer la moindre conséquence. La relance n’a jamais marché, ni sur les cinq dernières années de crise, ni même sur aucune des crises précédentes, ni en France, ni ailleurs dans le monde. Les pieux mensonges keynésiens continuent de faire d’immenses dégâts, relayés par une intelligentsia dont la principale (si ce n’est la seule) source de revenus réside précisément dans ces arrosages massifs de liquidité par l’endettement et l’inconséquence calculée d’une horde de bricoleurs économiques.

Et ce qui est vrai en France l’est plus largement du reste du monde. On pourra regarder, mélancoliquement, le graphique suivant qui concerne l’Espagne et qui montre de façon assez claire que les Espagnols eux-mêmes sont convaincus que la récession, voire la dépression, va continuer : ils retirent leurs fonds des banques à grande vitesse.

Sorties monétaires Espagne 2012, milliards d'€

Et on parle d’une Espagne qui a déjà un taux record de chômage et dont les dirigeants ont déjà commencé à prendre des mesures d’économie. En France, par contraste, rien de tout cela n’a encore débuté. Et quand on voit ce même taux de chômage dans toute l’Europe, on peut continuer à s’inquiéter.

chômage des jeunes en Europe sept 2012

Cent jours après l’accession au pouvoir du président le plus normal de l’Histoire française, le constat est déjà accablant : l’absence de programme crédible est maintenant visible même pour l’électorat traditionnellement acquis à la gauche qui s’en mâchouille discrètement les extrémités en rageant intérieurement. Le gouvernement ne sera même pas parvenu à la camoufler par une avalanche de promesse de redistributions farfelues, et la pluie serrée de taxes et d’impôts, l’augmentation insidieuse de la plupart des taux fiscaux décillent les quelques naïfs qui accordaient encore un peu de crédit à l’équipe en place. Et pour le moment, toujours pas la moindre piste d’économies sérieuses en vue.

Aucunes économies, taxes et impôts à gogo, désenchantement complet, incompétence des gouvernants… Ce pays est foutu.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • H 16vous avez raison; hélas pour la France. Dans toute l’Europe, les plans d’austérité se multiplient pour tenter de sauver les comptes publics du naufrage auquel la spirale dépensière des gouvernants nous a conduit. Alors que les autres pays européens mettent l’accent sur l’essentiel, à savoir la baisse des dépenses publiques, la réaction des dirigeants français confine à l’automatisme aveugle : hausse des impôts et refus de voir en face le problème du déficit. Pourtant, le choix de la hausse des impôts est le pire selon les économistes. Il est faux de penser que tailler dans les dépenses ou augmenter les impôts revient au même pour équilibrer un budget. On a constaté que ce qui marche le mieux, c’est une baisse significative des dépenses et pas de hausse des impôts. Dans certains cas, une légère baisse des impôts est même bénéfique. Jamais la situation n’a été aussi inquiétante sur le front de la dette publique française. Bonjour la faillte.

    • « Alors que les autres pays européens mettent l’accent sur l’essentiel, à savoir la baisse des dépenses publiques »

      Même pas, malheureusement 🙁

  • On peut également prendre exemple de l’Estonnie, pour sortir de la merde.
    Mais avant, faut tomber dans le communisme le plus rouge (dans tous les sens du terme) avant de se rendre compte que le libéralisme, c’est le pire des systèmes en dehors de tous les autres.

    Rien ne sera fait avant la faillite monumentale de la France (Etat+collectivités) et donc 5 milions de fonctionnaires iront grossir les rangs des chômeurs, et là se posera le choix entre la dictature ou la liberté.

    Sur ça j’ai bien peur que les français fassent le mauvais choix.

    • « Sur ça j’ai bien peur que les français fassent le mauvais choix. »

      Si on en arrive là, ils feront ce choix sans moi.

      La grosse différence, c’est qu’aujourd’hui beaucoup de gens savent ce qu’est le communismes. Du coup, ceux qui auront à le subir seront ceux qui ne seront pas partis. C’est à dire ceux qui veulent le communisme. C’est bien, ça suffira peut-être à les soigner.

  • Et notre Flamby national attend que l’Allemagne paye pour les pays en difficulté, ce qui, dans sa pensée, lui évitera de mettre en place des réformes trop désagréables (Ayrault : je ne serai pas le premier ministre de la rigueur). Il est sûr que le débat sur la morale à l’école sera très créatrice d’emploi.
    Par contre, on voit se pointer, en filigranes, la hausse de la CSG (donc perte de pouvoir d’achat des salaires), l’augmentation du temps de travail des profs sans augmentation de salaire (ils l’ont voulu, ils l’on eu), la continuité de l’emploi (j’ai de très grandes craintes), sans oublier la chasse aux riches et les mesures de blocage des marchés (encadrement des loyers…).
    Par contre, rien sur les mesures d’économie. Nada, un vide sidéral. Rien sur le coût du travail sinon des affirmations à l’emporte pièce.

  • En parcourant le web, je suis tombé sur ce bien mauvais article truffé d’erreurs et de mythes :

    http://www.gestionsuisse.com/2008/old-article-541/

  • Je pense que ce qui terminera cette crise ce ne sont pas des économies. Bien sûr il faudra en faire, mais ça ne suffira pas et ça engendrera un ralentissement supplémentaire. Le vrai point final, on n’y coupera pas, ce sont des défauts massifs sur les dettes publiques. On se refuse violemment à ne serait-qu’à l’envisager. Ce qui nous empèche de le faire dans l’ordre. ça viendra donc dans la panique.

    • Je pense aussi qu’il est impossible de rembourser ces masses énormissimes de crédit et qu’on ne coupera pas au défaut, qu’il soit objectif ou subjectif par une grosse voire hyper-inflation.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Extraordinaire Bruno Le Maire ! Tout lui est bon pour plastronner – et cirer au passage les pompes de son chef adoré. N’importe quelle calamité devient un grand succès de la politique gouvernementale pour peu qu’on se limite à ne regarder les choses que sous l’angle le plus flatteur. Question de cadrage, évidemment. Comme disait Bastiat, il y a ce qu’on voit, et puis il y a tout ce qu’on ne voit pas ou qu’on ne veut pas voir. Bonne nouvelle du moment, la France serait le pays de l’Union européenne « où l’inflation est la plus faible » :

<... Poursuivre la lecture

Faut-il annuler la dette covid ? À cette simple évocation, la plupart des économistes s’étranglent d’indignation : une dette doit être remboursée, ne serait-ce que pour des raisons morales ! Et aussi pour une raison utilitaire : ceux qui ne remboursent pas leurs dettes trouveront difficilement des prêteurs quand ils auront besoin d’emprunter à nouveau.

Tout cela est vrai, mais le fond de l’affaire, c’est que cette dette est purement virtuelle et ne devrait pas exister.

 

La pratique douteuse de la BCE

Pour mieux y ré... Poursuivre la lecture

L'inflation annuelle dans la zone euro continue d'augmenter, passant de 7,4 % en avril 2022 à 8,1 % en mai, dépassant les attentes de 7,8 %, atteignant le niveau le plus élevé depuis la création de l'euro. L'énergie a augmenté de 39,2 % - contre 37,5 % en avril - et l'alimentation, l'alcool et le tabac de 7,5 % - contre 6,3 % en avril - mais même sans les prix de l'énergie et de l'alimentation, l'inflation est passée de 3,5 à 3,8 %.

Les coupables sont bien connus : l'expansion monétaire effrénée des banques centrales, les distorsions d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles