Les effets de la déflation sur l’épargne : l’exemple du Japon

La situation de l’épargne au Japon contredit totalement le fait que la déflation conduit à une hausse de l’épargne et à une baisse de la consommation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les effets de la déflation sur l’épargne : l’exemple du Japon

Publié le 23 août 2012
- A +

La situation de l’épargne au Japon contredit totalement le fait que la déflation conduit à une hausse de l’épargne et à une baisse de la consommation.

Par Vladimir Vodarevski.

Le quotidien Les Échos a publié ce lundi 20 août 2012 un article traitant du Japon, intitulé Japon : après vingt ans de marasme, le gouvernement entrevoit la fin de la déflation.

Dans cet article, Yann Rousseau, correspondant des Échos à Tokyo, écrit :

Depuis que ses bulles immobilières et boursières ont éclaté au début des années 1990, le Japon a vu ses prix à la consommation stagner ou reculer et s’est retrouvé enlisé dans une déflation qui incite ménages et entreprises à épargner plutôt qu’à dépenser. La baisse des prix pousse en effet mathématiquement à la hausse la valeur réelle des dettes et, dans un même temps, gonfle automatiquement les taux d’intérêt réels.

Ce qui est totalement dans la ligne des théories keynésiennes ou néo-keynésienne dominante. Pourtant la situation de l’épargne au Japon contredit totalement le fait que la déflation conduit à une hausse de l’épargne et à une baisse de la consommation. C’est ainsi qu’il est écrit dans cet article de Project Syndicate, La crise de l’épargne au Japon :

Au début des années 1980, les ménages japonais épargnaient près de 15 % de leur revenu après impôt. (…) Quand bien même le taux d’épargne a diminué progressivement durant les années 1980, il était toujours de 10 % en 1990. (…) Ainsi, le taux d’épargne des foyers a continué de chuter pour passer en dessous des 5 % à la fin des années 1990. En 2009, il était à peine supérieur à 2 %.

Le plus savoureux, c’est que cet article de Project Syndicate a été repris par Les Échos !

Le Japon est un pays qui pourrait être intéressant pour les adeptes de l’endettement public, car c’est le pays développé le plus endetté. Cependant, les différents plans de relance n’ont pas eu d’effets sur l’économie. Et la baisse de l’épargne laisse penser que le pays vit sur ses réserves.

La plupart du temps, la situation du Japon est vue dans la presse selon la vision keynésienne : une lutte contre une déflation néfaste pour l’économie car elle incite à l’épargne plutôt qu’à la consommation. C’est la vision dominante en économie. Illustrée par l’article du correspondant à Tokyo des Échos. Malgré la contradiction flagrante des faits, que personne ne songe à regarder.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • « Malgré la contradiction flagrante des faits, que personne ne songe à regarder. »
    Il faut dire que les « journalistes » mainstream assument plutôt bien de faire passer les faits après « l’analyse », la hiérarchisation et le commentaire.

  • Le journal Les Echos, seul quotidien économique français (sic), est calamiteux! On n’y lit que des bétises, ou presque, sur le plan de l’analyse économique. La part belle est faite aux idées keynésiennes et marxistes depuis 2007. Ceci expliquant peut être cela. Je le reçois tous les jours et le lis de moins en moins (en diagonale pour voir s’il n’y a pas malgré tout un article intéressant ce qui est assez rare).

  • L’exception qui confirme la règle : aujourd’hui 24/08/12 il y a un article de notre ami Jacques Garello dans les Echos (une bouffée d’air!)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Frickert. 

Ce matin, comme chaque jour, j’ai pris le train pour aller travailler. En marchant jusqu’à la gare, j’ai pu voir un graffiti sur un mur : « Travaille, emprunte, consomme, crève », était-il écrit.

Un tag anodin, d’autant que je ne saurais dire depuis combien de temps il était sur ce mur. Loin de toutes les questions de respect du droit de propriété d’autrui, la première réflexion qui m’est venue portait sur l’incroyable contrainte que l’auteur a voulu révéler quant au système capitaliste. « Consomme ».

... Poursuivre la lecture

Par Mark Thornton.

Nous allons nous intéresser à ce qui se passe avec une augmentation de la masse monétaire, plutôt qu'une augmentation de l'épargne. Ceci est d'une importance capitale. L'idée mercantiliste selon laquelle l'augmentation de la masse monétaire accroît la prospérité a été dénoncée comme une erreur il y a des siècles par Richard Cantillon[1. Richard Cantillon, Essai sur la Nature du Commerce en Général, translated and edited by Henry Higgs (1755; London: Cass, 1931), chap. 1.].

L'orthodoxie monétaire contemporaine

... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles