Assurance-vie : collecte désespérément négative

Les chiffres de juin de l’assurance-vie sont récemment tomber. Le miracle n’a pas eu lieu, la collecte nette est négative de 1,1Md€. Et les perspectives ne sont pas à une relance de l’assurance-vie pour l’instant.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints499 assurance vie

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Assurance-vie : collecte désespérément négative

Publié le 30 juillet 2012
- A +

Les chiffres de juin de l’assurance-vie sont récemment tombés. Le miracle n’a pas eu lieu, la collecte nette est négative de 1,1Md€. Et les perspectives ne sont pas à une relance de l’assurance-vie pour l’instant.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Les chiffres de juin de l’assurance-vie sont récemment tombés. Rien de nouveau sous le soleil, le miracle n’a pas eu lieu, la collecte nette est négative de 1,1Md€. Cela nous fait sur les six premiers mois de l’année une décollecte de 4,7Md€. Les versements mensuels se stabilisent juste en dessous des 10Md€ (9,5 pour juin, 9,75 en moyenne sur les 6 premiers de l’année), tandis que les retraits, rachats et prestations, se situent au niveau de 10,5Md€/mois (10,6 pour juin, 10,57 sur les 6 premiers mois de l’année).

Les raisons de cette situation sont nombreuses et nous les avons déjà fréquemment citées lors des résultats de ces derniers mois.

  • Vieillissement des épargnants. Les générations actuellement en retraite ou âgées ont pu et su épargner plus que ne peuvent le faire les générations actives. Elles sont dans des phases de rachats personnels (compléments de retraite, prestations médicales ou maisons de retraite), voire de rachats dans un but d’aide intergénérationnelle. La part de décès chez les assurés s’accroît et les bénéficiaires ne replacent plus aujourd’hui comme c’était presque toujours le cas précédemment.
  • Insécurité financière. Le contexte socio-économique n’encourage pas à investir dans ce qui reste un placement financier. Après s’être désengagés des Unités de Compte et des Fonds Commun de Placement, mouvement qui a pris de l’ampleur ces derniers mois, c’est un certain scepticisme et une certaine méfiance à l’égard des établissements eux-mêmes que nous rencontrons.
  • Insécurité fiscale. La sacro-sainte loi de l’assurance-vie qui voulait que toute modification la concernant n’avait pas d’effet rétroactif et ne concernait que les contrats souscrits postérieurement à sa promulgation n’est plus respectée par l’État qui change régulièrement les règles. Prélèvements sociaux, d’abord sur les contrats en fonds euro, puis sur tous les fonds euro, puis sur tous les avoirs, suppression des plf et réintégration obligatoire des plus values dans le revenu, modification des règles de conservation des contrats, modification des règles de gestion des fonds collectés… Bien malin l’épargnant qui sait aujourd’hui ce à quoi il souscrit et quel sera le régime de son contrat dans un, deux, et encore plus sept ou dix ans…
  • Baisse des rendements des fonds Euro. Avec un rendement moyen de 3% l’an dernier, 3% dont il faut déduire CSG/CRDS et fiscalité, les contrats d’assurance-vie en fonds Euro deviennent de moins en moins intéressants en terme de rendement.
  • Concurrence du livret A. Avec ses intérêts net-net, sa disponibilité immédiate, le livret A devient un vrai concurrent pour l’assurance-vie. Surtout qu’un certain taux de multi-équipement a existé ces derniers mois et que de toute manière, un livret par membre de la famille est légal, ce qui représente, en fonction de la taille de la famille, une possibilité d’épargne disponible supérieure à la moyenne des foyers français. La promesse électorale du candidat Hollande de doubler le plafond du livret A, si elle était suivie des faits, accroîtrait encore ce phénomène.

Les perspectives ne sont pas à une relance de l’assurance-vie pour l’instant. Les raisons que nous venons d’énumérer restent toutes d’actualité et il n’y a donc pas lieu de penser que l’attitude des épargnants va changer. C’est pour cela que depuis quelques temps déjà, mais avec une forte accentuation ces derniers mois, les compagnies d’assurance se tournent de plus en plus vers les activités de prévoyance ou proposent des produits « garantissant » (attention il faut souvent bien lire et bien comprendre la nature de la garantie) le capital à terme.

—-
Sur le web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance », lisent Virgile et Dante au-dessus de la porte de l’Enfer.

Une recommandation similaire pourrait être adressée à ceux qui cherchent, dans un monde où l’inflation est élevée, à placer intelligemment leur épargne. Il est communément admis qu’il est préférable de ne pas conserver de liquidités trop importantes lorsque la valeur de la monnaie s’érode rapidement. Pourtant, dans le même temps, investir son épargne en période d’inflation peut se révéler hasardeux.

En effet, la créatio... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

Certains experts soutiennent que la clé de la croissance économique est le renforcement du marché du travail, qui repose sur l'idée qu'en raison de la réduction du nombre de chômeurs, davantage de personnes peuvent se permettre d'augmenter leurs dépenses. Par conséquent, la croissance économique suit le mouvement.

 

L'expansion de la réserve d'épargne - et non la baisse du chômage - est la clé de la croissance économique

Toutefois, le principal moteur de la croissance économique est l'accroissement... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

Selon de nombreux commentateurs économiques, la réduction des impôts est un moyen efficace de générer une croissance économique. La baisse des impôts, dit-on, mettra plus d'argent dans les poches des consommateurs, déclenchant ainsi une croissance économique. Cette façon de penser est fondée sur la croyance qu'une augmentation donnée en dollars des dépenses de consommation fera augmenter le produit intérieur brut (PIB) de l'économie d'un multiple de l'augmentation des dépenses de consommation.

Supposons que su... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles