Les contrats d’assurance-vie luxembourgeois ont la cote en France

La France figure à la première place des destinations des contrats d’assurance vie luxembourgeois avec 21% des primes réalisées.

La France figure à la première place des destinations des contrats d’assurance-vie luxembourgeois avec 21% des primes réalisées.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Peut-être que ce qui manque à l’assurance-vie française n’est pas forcément parti intégralement sur les livrets A… Voici une statistique qui devrait amener à réfléchir : la France figure à la première place des destinations des contrats d’assurance-vie luxembourgeois avec 21% des primes réalisées.

La motivation N°1 des épargnants français est la sécurité. En effet, en cas de liquidation d’une compagnie au Grand-Duché du Luxembourg, les souscripteurs sont considérés comme des créanciers de premier rang, ce qui revient à dire qu’ils sont sûrs de récupérer 100% de leur capital ; alors qu’en France, le fonds de garantie est limité à 70 000€ par institution financière. Il s’agit là d’un argument de poids pour des épargnants avertis, à l’heure où la crise des dettes souveraines laisse chaque jour un petit peu plus planer le risque d’une explosion systémique du marché monétaire et bancaire.

Notons que les Français ne sont pas les seuls à craindre un pareil risque, puisque le marché belge représente 20% des primes avec seulement 11M d’habitants.

Évidemment, nos organismes bancaires l’ont bien compris : la plupart d’entre eux détiennent désormais une filiale de droit luxembourgeois. On compte ainsi trois filiales de compagnies hexagonales (Cardif, Crédit Agricole, La Mondiale) parmi les cinq premiers assureurs luxembourgeois. Et ce n’est clairement pas pour le marché local. Près de 80% des 16,5 Md€ d’encaissement total de l’assurance au Luxembourg sont réalisés par la commercialisation de produits d’assurances vie en libre prestation de services (la liberté de prestation de services est la faculté pour un opérateur d’un État membre d’offrir ses services sur le territoire d’un autre État membre sans y être établi).

—-
Sur le web.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.