Des libéraux au sein de l’UMP ?

Hervé Mariton

Il semblerait que certains, même au cœur de l’UMP, redécouvrent les vertus du libéralisme. Les preux chevaliers sortiraient-ils de leur citadelle ? Affaire à suivre…

Il semblerait que certains, même au cœur de l’UMP, redécouvrent les vertus du libéralisme. Les preux chevaliers sortiraient-ils de leur citadelle ? Affaire à suivre…

Un article de l’aleps.

L’optimisme de Jacques Garello serait-il réaliste ? Dans Le Figaro de la semaine passée (29 juin), on apprend qu’Hervé Mariton, député réélu dans la Drôme, ancien membre du gouvernement Villepin, a l’intention de regrouper les libéraux de l’UMP autour d’un programme qu’il va rédiger et proposer. Il semblerait donc que certains, même au cœur de l’UMP, redécouvrent les vertus du libéralisme. Ils n’avaient guère eu l’occasion ou la liberté de s’exprimer pendant la campagne, par exemple on n’avait entendu nul discours en faveur du libre échange ou de la finance internationale.

Nous saluons donc avec plaisir cette aube nouvelle. Mais nous adressons à Hervé Mariton et ceux qui le suivront quelques conseils.

Le premier est un appel à l’humilité : les votes et les carrières des preux chevaliers libéraux n’ont pas été particulièrement édifiants depuis une dizaine d’années, se bousculer pour être au premier rang du futur ministère libéral est donc prématuré.

Le deuxième est un appel à la collaboration : nous sommes persuadés que la société politique n’a pas aujourd’hui la moindre chance de convaincre l’opinion publique sans le relais de la société civile, et nous donnons rendez-vous à ces ressuscités du libéralisme dans nos prochaines initiatives, rencontres et événements. Bienvenue à l’Université d’Été 33.

Le troisième est un appel à la rigueur : un programme libéral exige cohérence et complétude. Quelques mesures, même souhaitables, ne suffisent pas à créer une vraie rupture, et il nous étonnerait que l’on puisse aller bien loin au sein d’une UMP dominée par des gaullistes de gauche et des défenseurs du modèle social français. Mais, après tout, pourquoi pas ?

—-
Sur le web.