The Dictator de Sacha Baron Cohen

Revue critique de The Dictator (2012), la dernière comédie de Sacha Baron Cohen, sortie dans les salles françaises depuis le 20 juin.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 340 le dictateur

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

The Dictator de Sacha Baron Cohen

Publié le 2 juillet 2012
- A +

Revue critique de The Dictator (2012), la dernière comédie de Sacha Baron Cohen, sortie dans les salles françaises depuis le 20 juin.

Par J. Sedra.


N’ayant vu ni Borat ni Brüno, les films précédents de Sacha Baron Cohen, j’ai décidé de guérir ma curiosité et mon ignorance en regardant son dernier film, The Dictator, dans lequel il campe une caricature poussée de Khadafi, l’amiral-guide-suprême Aladeen de la Wadiyah.

J’ai ri du début à la fin, il y a une telle densité de bons mots, de remarques pertinentes, de références qui mettent l’antiracisme et le féminisme en face de leurs propres racisme et sexisme inhérent, qu’on ne s’ennuie pas une seconde. Il y a déjà des répliques cultes parsemées un peu partout.

L’histoire suit un déroulement prévisible mais avec des péripéties inattendues. Initialement, la fin extrêmement convenue m’a déçu… jusqu’à ce que je réalise qu’en fait, elle prend le contrepied total des attentes des spectateurs ordinaires, d’une façon très subtile, et subvertit une dernière fois le social-démocratisme de notre époque.

Car, ce que dit Aladeen dans son discours à l’ONU, fondamentalement, c’est ni plus ni moins que la démocratie à l’occidentale n’est qu’une dictature dont la seule différence est que ses chefs se préoccupent d’être aimés de leurs citoyens (ou tout du moins, d’une courte majorité de ceux d’entre eux qui votent). Le monde d’Aladeen et le monde de Zoé torturent pareil, musellent leurs opposants aussi efficacement, piétinent les intérêts des citoyens ordinaires avec le même dédain. En somme : Zoé-Démocratie, je t’aime, car tu es finalement comme moi, une dictature brutale et égotiste, derrière ton masque de féminisme, ta lutte superficielle pour les libertés civiles, ton égalitarisme intolérant, ton écologisme appauvrissant, ton politiquement correct censeur, ton sécuritarisme étouffant et surtout, surtout, ton incapacité à te rendre compte des horreurs que j’ai commises en ton nom. Mais rase-toi les aisselles quand même !

Bref, le spectateur gauchiste lambda verra ce film de l’œil de l’antiracisme-féminisme-écolo, et applaudira une fin où le méchant dictateur se réforme par amour. Et le spectateur intelligent y verra une critique complète et probablement excessive de tous les travers de l’autre spectateur, et de leurs conséquences brutales qui font de la “démocratie” républicaine une véritable dictature n’ayant pas grand chose à envier à la Wadiyah.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Oui, je suis d’accord avec votre avis! les films de sacha cohen sont hillarant et une bouffee d’air frais! Dans the dictator ce qui est enorme [SPOILER ALERT] c’est l’absense d’évolution du personnage et ce quelque soit les peripéties, il reste toujours le même alors même qu’il se retrouve de l’autre cotès de la barriére un nombre incalculable de fois. Vive alyden!

  • Moi très flatté que vous aimez mon film ( l’inverse aurait été regrettable pour vous … )

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Aymeric de Villaret.

[caption id="attachment_172204" align="aligncenter" width="660"] Pumpjack Pétrole en Alberta, au Canada (Crédits Jeff Wallace, licence Creative Commons)[/caption]

Le chaos Libyen ! Oui, la Libye est membre de l’OPEP et produisait avant la chute de Mouammar Khadafi 1,4 Mb/j. En janvier, elle était à moins de 400 kb/j, et la compagnie nationale libyenne vient d’annoncer qu’elle serait peut être obligée d’arrêter toute production si la situation se dégradait encore plus. Le pétrole est aussi politique !Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

La mosaïque tribale qu'est devenue la Libye devrait donner à réfléchir aux Américains avant qu'ils ne commettent les mêmes erreurs en Syrie.

Par Ted Carpenter depuis Washington. Cet article a été publié par le Cato Institute et traduit par Libre Afrique.

La décision de l’administration Obama d’accroître l’aide aux rebelles syriens, y compris maintenant une aide militaire, semble indiquer que les États-Unis deviennent peu à peu un participant à la guerre civile syrienne. Ce qui est inquiétant dans cette tendance, c’est combien la... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Existe-t-il un risque de massacre des chrétiens de Syrie ? Ce risque doit-il entrer en ligne de compte au regard des enjeux ?

Par Marc Crapez

La dernière mode dicte de s’insurger contre le drame des chrétiens de Syrie, menacés de massacre. Contrairement aux menaces à l’encontre des habitants de Benghazi, proférées par Khadafi, mais qu’il n’avait pas eu le temps de mettre à exécution, à supposer qu’il ait été résolu à joindre le geste à la parole, le massacre des chrétiens de Syrie a, si l’on o... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles