Front républicain et moralisation de la vie politique

Autant tourner la page de la période Chirac qui fit élire, face au spectre du Front national, des candidats d’extrême-gauche, voire suspectés de corruption.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jacques Chirac (CC, Remibetin)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Front républicain et moralisation de la vie politique

Publié le 21 juin 2012
- A +

Autant tourner la page de la période Chirac qui fit élire, face au spectre du Front national, des candidats d’extrême-gauche, voire suspectés de corruption.

Par Marc Crapez.

Jacques Chirac (CC, Remibetin)

On compte sur les doigts de la main les commentateurs qui récusent l’idée d’une droitisation de l’UMP. En fait partie le journaliste Guillaume Tabard, sur son blog des Echos. Il souligne que le thème de la collusion entre UMP et FN a été monté en épingle à partir des exemples de Nadine Morano et de Roland Chassain (à Arles), qui constituent « 2 cas sur plus de 500 matchs ».

En second lieu, l’UMP n’a pas repris le thème des frontières à l’occasion des législatives et cette campagne moins à droite que la présidentielle s’est avérée moins performante. Le procès en droitisation était donc écrit d’avance et, faute d’avoir été intenté à Sarkozy du fait de son score meilleur que prévu, rejaillit lors des législatives. Ajoutons que les appels du pied sont le propre des périodes électorales et que les défaites de Nadine Morano, ou encore de Jean-Paul Garraud, ne témoignent d’aucune sanction des électeurs en comparaison de circonscriptions similaires. Mais restons sur le terrain de la moralisation de la vie publique.

A Arles, Roland Chassain ne s’est pas maintenu au 2ème tour, favorisant le candidat FN face au PS. Il faut toutefois préciser que son adversaire, le socialiste Michel Vauzelle, a décidément du mal à choisir ses proches : quatre de ses collaborateurs directs furent mis en examen (dont son directeur de cabinet, son directeur général des services et le secrétaire du groupe socialiste). Ce président de conseil régional a lancé, dans l’entre-deux-tours, un « appel à la résistance citoyenne », déclarant « nous sommes les soldats de la République », tandis que le conseiller régional socialiste Mohamed Rafaï déclarait « dimanche c’est une guerre civile qu’on doit mener avec nos bulletins de vote ».

« Je ne soutiendrai jamais une candidate renvoyée en correctionnelle pour des détournements de fonds »

Dans une circonscription voisine, la candidate UMP Nora Preziosi ne pouvait, de toute façon, pas se maintenir au 2ème tour, dans un duel entre la socialiste Sylvie Andrieux et un candidat FN. Cette candidate UMP de la « diversité », peut-être à ce titre moins culpabilisée, a fait voler en éclats le Front républicain, en déclarant qu’elle ne voulait « pas élire une femme renvoyée en correctionnelle », qu’elle ne « soutiendrai jamais une candidate renvoyée en correctionnelle pour des détournements de fonds ».

Dans l’entre-deux-tours, la candidate PS a appelé, en jargon d’extrême-gauche, à « faire barrage à la haine » car « les électeurs de gauche sont fortement conscientisés, ils savent ce que représentent les thèses du Front national, même repeint en bleu marine ». En février dernier, le procureur de la République considérait qu’elle est intervenue « très concrètement » pour subventionner des associations inexistantes et qu’elle est au cœur d’un clientélisme destiné à une « fidélisation de l’électorat et d’intérêts politiques ». On comprend pourquoi le candidat FN a été battu, d’une courte encolure néanmoins.

Pendant vingt ans, la droite s’était montrée incapable de critiquer l’extrême-droite avec d’autres arguments que ceux de l’extrême-gauche. Un système sectaire de terrorisme intellectuel a même préféré faire élire, contre des candidats du Front national, des politiciens d’extrême-gauche, voire suspectés de corruption. Les plus ardents propagandistes de cette stratégie se réclamèrent de la morale politique, mais il leur arriva d’être condamné par la justice (Carignon, Chirac, Douste-Blazy, Juppé, Mouillot, Noir).

Ces vingt ans de chiraquisme ont déporté la droite vers la gauche de plusieurs crans. Même à supposer un retour d’un cran vers la droite, le balancier n’est donc nullement déséquilibré vers l’extrême-droite. La thématique de la droitisation est surtout symptomatique d’une propagande médiatico-politique qui renseigne davantage sur elle-même et ses émetteurs que sur le phénomène qu’elle prétend décrire. Il en va de cette thématique comme du catéchisme jacobin déconstruit par François Furet : « l’illusion consiste à prendre ces représentations pour des éléments explicatifs, alors qu’elle sont au contraire ce qui est à expliquer ».


Suivre les articles de l’auteur sur Facebook.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Gérard-Michel Thermeau.

Après avoir rassemblé près de 27 % des suffrages au premier tour, François Mitterrand (Jarnac, 26 octobre 1916 – Paris, 8 janvier 1996) l’emportait au second tour par 51,76 % des voix en ce 10 mai 1981. Ainsi, après deux tentatives malheureuses, avait-il enfin réussi à se faire élire président de la République.

Il pouvait désormais laisser sa trace dans l’histoire. Seul président à accomplir deux septennats (1981-1995), Mitterrand devait ainsi marquer, pour le meilleur et le pire, la France à la fin d... Poursuivre la lecture

chirac
0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

Jacques Chirac, président de la République de 1995 à 2007, est décédé le 26 septembre 2019, à l’âge de 86 ans. Je viens ici vous parler de « mon » Chirac.

Vous savez que je suis accro à la politique, notamment économique. Jacques Chirac m’a donc marqué.

Nous sommes en 1967, à l’occasion de législatives difficiles pour la majorité gaulliste, quelques jeunes loups se distinguent en étant élus sur des terres de gauche après une campagne dynamique et remarquée. Comme les autres Français, je découvre Jacques... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

L’élection de Valéry Giscard d’Estaing (Coblence, 2 février 1926) mettait fin à dix huit années de pouvoir gaulliste. « De ce jour date une ère nouvelle de la politique française » déclara celui qui devenait le vingtième président de la République.

Il avait lancé sa candidature lors d’une conférence de presse, le 11 avril 1974 : « À l’heure actuelle, je crois que les Français, en réalité, veulent deux choses : la continuité et la nouveauté. » Refusant le « rassemblement de la peur » face au « candidat... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles