Dégradation de la note de la France

Egan-Jones

L’agence de notation Egan-Jones a dégradé jeudi la note de la dette souveraine de la France à BBB+.

L’agence de notation EganJones a dégradé jeudi la note de la dette souveraine de la France à BBB+.

La note de crédit de la France a été dégradée jeudi par Egan-Jones Ratings, qui dit que la politique proposée par le nouveau gouvernement pourrait affaiblir les finances du pays et que les banques françaises auraient besoin d’aide.

L’agence a abaissé la note de la France de « A- » à « BBB+ » et a annoncé des perspectives négatives, synonymes de futures nouvelles dégradations.

Egan-Jones est plus petite que les trois principales agences de notation qui notent les entreprises et les pays : Standard & Poor’s, Moody’s et Fitch. Elles accordent toutes à la France une note supérieure de plusieurs crans.

S&P donne un « AA+ » pendant que Moody’s et Fitch accorde un « AAA » à la France. Toutes les trois donnent des perspectives négatives.

Egan-Jones a dit que la France a quasiment évité l’augmentation des taux d’intérêt au cours des 18 derniers mois, mais l’agence de notation s’attend à ce que cela change pendant que la crise sur la dette des pays européens se poursuit.

La détérioration des taux d’intérêt de la France accompagné avec un besoin d’aide des banques « va certainement mettre le pays sous pression », selon l’agence de notation.

Egan-Jones explique aussi que le nouveau président français François Hollande « sera sous pression pour tenir ses promesses de campagne qui mettront à mal la qualité du crédit français ».

Le taux officiel de chômage en France est monté à 10% au cours du premier trimestre, au plus haut depuis 1999. Un taux de chômage élevé et une faible croissance ont aidé le socialiste Hollande à battre le président conservateur sortant Nicolas Sarkozy lors de la présidentielle du mois dernier.

—-
Sur le web.
Traduction Nicolas B. pour Contrepoints.