Suppression des notes dans les écoles, le meilleur moyen d’enfoncer les élèves en difficulté

Dans l’annonce de Vincent Peillon sur la suppression des notes, tout est faux, tout est pervers. Les écoliers qui vont essuyer les plâtres, comme naguère avec la méthode globale, seront précisément ceux qui seront livrés sans contrôle ni accompagnement aux fonctionnaires – enfin libérés de la servitude de la notation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 264 école

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Suppression des notes dans les écoles, le meilleur moyen d’enfoncer les élèves en difficulté

Publié le 15 juin 2012
- A +

Dans l’annonce de Vincent Peillon sur la suppression des notes, tout est faux, tout est pervers. Les écoliers qui vont essuyer les plâtres, comme naguère avec la méthode globale, seront précisément ceux qui seront livrés sans contrôle ni accompagnement aux fonctionnaires – enfin libérés de la servitude de la notation.

Article publié en collaboration avec l’Aleps.

Dans l’annonce de Vincent Peillon, tout est faux, tout est pervers. Dans les considérants d’abord : il paraîtrait que les jeunes têtes blondes – façon de s’exprimer – vivent un vrai cauchemar, subissent « un vrai traumatisme » quand d’aventure ils ont une mauvaise note. C’est d’ailleurs pourquoi ils sont mal notés : la peur les paralyse dans leur travail. C’est à nouveau la grande idée remise à la mode par Hessel : la jeunesse est condamnée au chômage et à l’aliénation par la société de consommation. Ce qui justifie « l’indignation ».

Dans la procédure ensuite. La notation, dans les classes où elle a survécu aux experts en pédagogie, se fera par évaluation des maîtres et professeurs. En voici deux conséquences : la première c’est que les notes permettent de suivre l’écolier jour après jour, donc de corriger, d’encourager et d’accompagner les enfants en amont, alors que l’évaluation intervient en aval, sans laisser à l’enfant la possibilité de se reprendre. La deuxième, et la plus grave sans doute, c’est que la note était une information à la disposition des familles, leur permettant de voir ce qui n’allait pas, d’encourager et d’orienter leur enfant, et pour ceux qui le peuvent, de les soutenir par des révisions. Beaucoup de familles ont abandonné leurs fonctions éducatrices, s’en remettant pour cela aux enseignants, et de façon imprudente. Désormais le pont entre enseignants et familles sera rompu, surtout pour les familles qui veulent contrôler et accompagner les études et les comportements.

Mais n’est-ce pas le but de la « laïcité » militante ? L’enseignement privé se permet de suivre les enfants de près et d’associer parents et enseignants. Le système dit « Charlemagne » permet aux établissements d’envoyer directement par internet les notes aux familles, ce qui est une façon d’impliquer les parents et de démasquer toute tricherie. Les résultats sont excellents. L’enseignement public, lui, veut garder les enfants sous la seule aile protectrice de l’école laïque et républicaine. Les enfants appartiennent à l’Etat et à ses prosélytes, maintenant les notes aussi. Les écoliers qui vont essuyer les plâtres, comme naguère avec la méthode globale, seront précisément ceux qui seront livrés sans contrôle ni accompagnement aux fonctionnaires – enfin libérés de la servitude de la notation.

Sur le web

Tous nos articles école/éducation

Voir les commentaires (42)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (42)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Éric Verhaeghe.

[caption id="attachment_278843" align="aligncenter" width="500"] By: jyc1 - CC BY 2.0[/caption]

La primaire de la gauche est-elle un clone de la primaire de la droite ? À lire les résultats finaux, avec un Hamon en tête et un Valls en deuxième position, la ressemblance est en tout cas frappante.

Hamon, le Fillon de gauche

Volontiers présenté il y a quelques semaines comme un hurluberlu, Benoît Hamon a créé une surprise du même ordre que celle de François Fillon. Pour y parvenir, il s’est d’ailleurs app... Poursuivre la lecture

Vincent Peillon (Crédits Mathieu Delmestre-Solfé Communications, licence Creative Commons
0
Sauvegarder cet article

Par Nathalie MP.

[caption id="attachment_96155" align="aligncenter" width="660"] L'enseignement de la morale laïque doit "arracher l'élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel" a précisé Vincent Peillon.[/caption]

Jeudi 12 janvier dernier, jour du premier débat de la primaire de gauche, le journal La Croix livrait les résultats d’une grande enquête sur « le vrai visage des catholiques » en France et concluait, à l’inverse des idées généralement admises, à la profonde diversité de cette population, t... Poursuivre la lecture

Par Jacques Gerstlé.[1. Jacques Gerstlé est professeur de sciences politiques à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.]

[caption id="attachment_277870" align="aligncenter" width="660"] Capture d'écran du débat de la primaire à gauche[/caption]

Au départ, ils sont sept que tous les efforts de l’organisation du débat tendent à présenter comme à égalité : tirage au sort pour les prises de parole, partage d’un espace physique comme partage du temps de parole disponible, au point que chacun n’aura pas davantage que 17 minutes pour f... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles