Valeur de rareté, valeur d’efficacité : réflexions sur l’or et l’argent

L’argent ou l’or sont-ils de bons placements à long terme comme le disent leurs partisans. Non car historiquement, jouer la rareté et la pénurie et parier contre le capitalisme a toujours été une erreur

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lingot d'argent (Crédits Eric Golub, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Valeur de rareté, valeur d’efficacité : réflexions sur l’or et l’argent

Publié le 13 juin 2012
- A +

L’argent ou l’or sont-ils de bons placements à long terme comme le disent leurs partisans. Non car historiquement, jouer la rareté et la pénurie et parier contre le capitalisme a toujours été une erreur.

Par Charles Gave.

Partons de quelques postulats de base :

  • Un outil a de la valeur parce qu’il est utile et efficace. Un bijou a de la valeur parce qu’il est rare. Efficacité (système capitaliste) ou rareté (l’archétype étant l’or) sont donc les deux seules sources de la valeur.
  • Pour mesurer ces valeurs nous avons besoin d’un outil, la monnaie. Conceptuellement cette monnaie peut être indexée sur la valeur efficacité (le capitalisme) ou sur la valeur rareté (l’or).
  • La création de valeur par le système capitaliste est infinie, la « rareté » par définition ne l’est pas. C’est donc dire qu’utiliser un outil basé sur la rareté pour mesurer l’efficacité est un contresens qui amènera automatiquement au mercantilisme et à la déflation/dépression. L’étalon or n’est la panacée que pour ceux qui ne comprennent rien aux deux sources de la valeur et qui les confondent.

Ces postulats ayant été posé essayons maintenant de répondre à un certain nombre de questions.

L’or et l’argent  conservent-ils leur pouvoir d’achat sur le long terme ?

La réponse est oui et non.

De 1914 à 2012, l’or et l’argent ont triplé en termes réels mais chacun peut remarquer en regardant le graphique ci-dessus que les performances des deux métaux précieux ont été lamentables la plupart du temps sauf quand la monnaie de base du système capitaliste, le dollar US, était incroyablement mal gérée (1914-1918, 1931-1934, 1971-1980 et 2005-2012). En termes simples, l’or semble être beaucoup plus une protection contre la banque centrale et le gouvernement américains faisant n’importe quoi qu’une vraie protection contre l’inflation. Comme l’argent a la même performance que l’or sur le long terme et que depuis 1914 il n’a plus eu de rôle monétaire et fluctuait librement, je vais prendre pour la plupart des graphiques suivants le cours d’une once d’argent plutôt que celui d’une once d’or.

Restent à établir si l’argent ou l’or sont des bons placements à long terme comme le disent leurs partisans ou si l’on peut faire aussi bien ou mieux en prenant moins de risques ou beaucoup mieux en prenant le même risque ? Première question  donc : l’argent est-il un bon investissement comparé aux autres investissements sans risques, cash en dollar ou obligations allemandes ? Vérifions.

  • Argent contre bons du trésor US

Depuis 1974, l’argent a fait jeu égal avec les bons du trésor US capitalisés (=sicav  monétaire en dollar). Pas de quoi se réveiller la nuit…

  • Argent contre le marché obligataire allemand.

Comme les Allemands (Bundesbank) ont toujours été sérieux en ce qui concerne leur monnaie, j’ai souvent utilisé l’indice du marché obligataire allemand comme ma « pierre de touche ». Je considère qu’un marché est en hausse s’il fait mieux que le placement sans risque que représente le marché obligataire allemand coupons réinvestis. À ce titre la performance des métaux précieux a été tout sauf spectaculaire depuis le début des changes flottants (1972).

Encore une fois on trouve le schéma habituel : quand la banque centrale US fait n’importe quoi, l’argent (et l’or) font mieux que les obligations allemandes… sinon, il vaut beaucoup mieux avoir son patrimoine investi en obligations teutonnes.

En termes simples cela veut donc dire que l’argent et l’or ne sont que des positions « short » sur la monnaie américaine.

Être « long » sur les métaux précieux c’est penser que les USA vont vers la faillite. Voila qui est raisonnable quand nous avons Jimmy Carter ou Obama comme Présidents, mais beaucoup moins s’ils sont renvoyés à leurs chères études par l’électorat US.

La question suivante est un peu plus complexe. Il va nous falloir comparer les rentabilités de l’or et de l’argent (symboles de la valeur rareté) à un indice représentant de la « valeur efficacité ». Pour cela j’ai pris l’indice S&P500, qui représente peu ou prou la somme de la valeur des « outils » disponibles aux USA.

Donc d’un coté j’ai un outil représentant la pénurie, la plus vieille malédiction de l’humanité (il n’y en a pas assez pour tout le monde=valeur rareté) et de l’autre j’ai un autre outil qui me donne l’évolution de la valeur de  tout le stock de capital qui a comme but de venir à bout de cette malédiction, et qui génèrent des biens et services dans le cadre d’un marché libre, c’est-à-dire dans le cadre du capitalisme.

Voyons le résultat en comparant le cours de l’argent à l’indice S&P500.

Depuis 1910, le cours d’une once d’argent a été multiplie par 70, et le cours du S&P par 140. C’est donc dire que l’argent a fait deux fois moins bien qu’un portefeuille d’actions largement diversifié.

Mais la comparaison ne s’arrête pas là. En effet, en 1910, 10 dollars achetaient à peu près 1 action du S&P500 qui donnait droit à 40 cents de dividendes. L’action S&P est aujourd’hui aux environs de 1400 et donne droit à un dividende de 22 dollars. Parallèlement les dividendes payés depuis 1910 ont représenté plusieurs fois les 10 dollars déboursés pour l’achat original, ce qui m’a permis de vivre noblement pendant toutes ces années, tandis que les vingt onces d’argent achetés en 1910 ne valent toujours que vingt onces d’argent et ne m’ont rien payés du tout en dividendes…

Historiquement donc, jouer la rareté et la pénurie et parier contre le capitalisme a toujours été une erreur, sauf pendant les périodes où les États-Unis étaient en guerre ou encombrées d’un Président et/ou d’un banquier central particulièrement inefficaces, ce qui semble bien être le cas à l’heure actuelle.

Comme nous sommes encore là en France, je comprends très bien la tentation de nombre de mes lecteurs d’acheter de l’or… Mais à mon avis il ne faut pas y céder…

Car, autant il est raisonnable d’acheter de l’or ou de l’argent au début de l’une de ces périodes quand les métaux précieux sont bon marché et que tout le monde a confiance dans les États-Unis avec Greenspan, autant le faire quand elles ont déjà duré dix ans est un pari qui n’a jamais marché dans le passé.

C’est encore une fois là où nous en sommes aujourd’hui.

Résumons-nous :

  • Utiliser la valeur de rareté pour mesurer une économie fondée sur la valeur d’efficacité est une ânerie.
  • Ces valeurs de rareté ont toujours fait beaucoup moins bien que les valeurs d’efficacité sur le long terme.
  • On peut les acheter de façon temporaire quand les USA sont en guerre ou ont une petite période de prurit socialiste, ce qui ne dure jamais bien longtemps.
  • Le reste du temps, enterrer ses talents ne sert à rien, comme l’a déjà dit quelqu’un de beaucoup plus compétent que moi.

Conclusion

  • Les partisans de l’étalon or ou de la valeur rareté comme étalon de valeur veulent remplacer la concurrence entre monnaies, qui est la vraie et la seule solution par un monopole, celui de l’or, dont ils ne nous expliquent jamais pourquoi il a de la valeur alors qu’il ne sert a rien.
  • Outre que mesurer les prix dans un système basé sur l’efficacité en utilisant quelque chose qui est son opposé total, la rareté est une absurdité logique, on voit mal à quoi cela sert dans la réalité. Le XIXe siècle a connu crise financière sur crise financière, l’étalon or régnant alors en maitre.
  • Le seul mérite de l’or est d’être en dehors du contrôle des politiques, mais du point de vue intellectuel cela revient à dire qu’un tyran aveugle et sourd est préférable à la démocratie, ce dont je doute fortement ou qu’un monopole est préférable à la concurrence, ce qui est profondément faux.
  • La vraie solution est bien sûr que chaque pays ait sa monnaie, flottant librement et gérée par une banque centrale indépendante du pouvoir politique et donc en concurrence avec les autres monnaies avec interdiction constitutionnelle faite au gouvernement de manipuler les taux de change. Bien entendu, les citoyens de chaque pays doivent avoir le droit d’acheter de l’or librement si cela leur chante pour peu qu’ils n’aient plus confiance dans leur banque centrale. De même ils doivent pouvoir acheter les monnaies des autres pays. C’est à ce prix que la concurrence pourra fonctionner. La solution est donc comme toujours dans la concurrence entre monnaies et banques centrales et non pas dans le monopole donné à une relique barbare ou à une autre. Un tel système nous aurait évité et cette imbécillité économique qu’est l’Euro et les folies de Rueff et Laval en 1934 qui ont ruiné la France à l’époque et l’ont laissé désarmée devant la menace hitlérienne.

Comme toujours, la solution est dans la Liberté encadrée par une loi fondamentale restreignant le pouvoir de l’État et non pas dans la contrainte.

J’ai presque honte de répéter de telles évidences.

—-
Sur le web.

Achat d’or sur Goldbroker en partenariat avec Contrepoints.

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • Merci à Charles Gave de rappeler ces vérités à propos de l’or !

    Ceci dit, les monnaies nationales monopolistiques ne peuvent pas être, à proprement parler, en concurrence. Ces monnaies ne font que refléter les rapports de force anarchiques entre les bureaucraties de chaque pays, entretenant un néo-mercantilisme collectiviste destructeur, légitimant toutes les violences étatiques, au sein duquel le socialisme prospère sous diverses formes, notamment la forme social-démocrate.

    Est-il nécessaire de rappeler que les Etats, parce qu’ils sont incapables de produire la moindre richesse, ne sont pas des agents économiques ? Est-il nécessaire de rappeler que les prix (et donc les quantités nécessaires) des monnaies nationales monopolistiques sont parfaitement inconnus, puisque les Etats nous imposent leurs tarifs arbitrairement fixés par des fonctionnaires banquiers centraux ?

    En conséquence, l’affrontement absurde entre monnaies nationales n’a strictement rien à voir avec un marché libre et concurrentiel mais tout à voir avec, par exemple, les luttes de pouvoir au sein du politburo soviétique.

    Au même titre que l’or, les monnaies nationales monopolistiques sont des reliques barbares.

  • Tout à fait d’accord avec Charles Gave pour l’analyse à long terme.

    Pour ma part, je ne pense pas que l’or soit une « relique barbare », mais plutôt un une sorte de « dernier recours » lorsque tous les autres placements deviennent trop risqués. Il s’agit ni plus ni moins qu’une valeur de temps de crise aigüe.

    Autre intérêt des MP : leur valeur « physique ». Contrairement aux monnaies « fiat » ou aux valeurs mobilières, il est difficile de modifier la valeur d’une pièce d’or par manipulation des cours (volontaire ou non). Le principal intérêt des MP se situe, à terme, plus dans le cadre des marchés gris ou noirs que dans celui des marchés financiers.

  • Euh.. on pourrait peut être repartir d’une définition subjective et marginale de la valeur parce que ces tentatives « objectivistes » donnent un peu le tournis.
    Personne n’a expliquer pourquoi l’or a de la valeur. Ca dépend des gens, ça dépend de la quantité dont on dispose déjà ou pas. Quant au prix…
    En ce qui me concerne un album de Justin Bierber n’a aucune valeur pour moi. Pour nièce, il a beaucoup (en tout cas le premier exemplaire, 3 caisses du même album, elle pourrait se lasser).

    Le fait ne pas être sous contrôle politique est effectivement un des ces avantages, mais c’est des millions de personnes qui décident alors de son prix, pas une brute aveugle…. -hors magouilles d’états fréquentes-. Et il vaut mieux une évolution du prix faite par la demande ou l’offre de millions de personnes que par les décisions d’une dizaines de technocrates irresponsables s’appuyant sur des formules mathématiques dérisoires compte tenu de la complexité de l’économie pour fixer la quantité de monnaie à créer ou à détruire.

    Sinon peu de gens veulent utiliser l’or/argent comme moyen d’épargne sur le très long terme, sans monnaie d’Etat, il s’agirait le plus souvent d’une balance de cash.

    A l’heure actuelle, le monopole n’est pas celui de l’or, mais bien des monnaies fiduciaires d’Etat dont les citoyens normaux sont bien prisonniers pour leur compta, leur tréso, leur salaire, leur retraite. La concurrence entre monnaies n’existe tout simplement pas.

    Quant à faire confiance à une concurrence entre banques centrales, c’est surprenant, entre la FED et la BCE, la concurrence est effectivement vive, en tout cas pour créer de la monnaie de base disponible exclusivement à certains partenaires privés -ou pas- chanceux.

    L’Etalon-or n’est pas la panacée -il en existe du reste de nombreuses versions plus ou moins bonnes- mais serait supérieur à l’immense bordel actuel.
    La liberté de proposer des monnaies serait infiniment supérieure -une fois, les règles en encadrant cette production établies. En ce qui me concerne je choisirai sans doute une monnaie basée sur un actif ou des actifs ayant fait ses preuves et étant infalsifiable.. des métaux précieux.. par exemple. Mais je peux changer d’avis et surtout je ne veux forcer personne à utiliser les mêmes, du moment que les autres ne me forcent pas à utiliser leur monnaie ou à subventionner les banques utilisant cette autre monnaie.

    • Le problème de l’étalon-or, c’est l’étalon justement. Sa détermination nécessite une décision arbitraire de la force publique, exactement comme les taux d’intérêts des BC. On n’en sort pas : tant qu’il n’y aura pas concurrence réelle entre monnaies privées sur un même territoire, il manquera une information et nous resterons incapables de déterminer le vrai prix de la monnaie.

  • L’or, l’argent ou n’importe quelle matière inerte ne sont que des moyens de paiement, une forme de stockage de valeur. Evidemment qu’elles rapportent moins qu’une participation (= action) dans une entité vivante (= entreprise) ! C’est même la moindre des choses!

    Malgré tout, et précisément parce qu’il permet de stocker de la valeur dans un composé inerte, l’or est un excellent moyen de protéger son épargne en temps de crise, lorsque tous les arbres ploient sous la tempête…

    En fait, si on divisait les courbes boursières de M. Gave par la valeur de l’or ou de l’argent, on aurait un bon aperçu des rendements économiques réels hors hausse artificielle des cours par manipulation monétaire. Les courbes de croissance seraient beaucoup plus modestes.

    Ceci dit, n’oublions pas que les cours de l’or et de l’argent sont ceux de certificats de propriété, qui sont probablement aussi manipulés que n’importe quelle monnaie papier. On compare donc des rendements en dollars-papier contre de l’or-papier… Lorsque tous ceux qui pensent détenir de l’or voudront le toucher, nous irons au-devant de quelques problèmes.

    •  » Lorsque tous ceux qui pensent détenir de l’or voudront le toucher, nous irons au-devant de quelques problèmes »

      Voilà! C’est bien le cas de tout ce qui est representé par des certificats de propriété, y compris l’immobilier (bien que dans une moindre mesure: on n’exproprie pas si facilement que ça).

      Mais attention, même la possession d’or physique peut être restreinte, voire interdite, ça s’est déjà vu …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Depuis des années, certaines personnes qui s'opposent à la censure sur les médias sociaux affirment que c'est à l'État d'y mettre fin. D'autres ont fait valoir que le marché libre est une meilleure solution que l'État, malgré le problème posé par des entreprises qui déforment le discours public.

La semaine dernière, l'achat de Twitter par le PDG de Tesla, Elon Musk, est l'exemple parfait pour illustrer que des acteurs privés peuvent apporter des c... Poursuivre la lecture

Par Timothy G. Nash, Lisa McClain, Thomas Savidge, Ashley Wright.

Pratiquement tous les objets que nous utilisons quotidiennement (voiture, téléphone portable,  nourriture, vêtements, brosse à dents, etc.) ont été produits par des personnes qui recherchent le profit.

Nos emplois et nos salaires sont également basés sur la recherche du profit. Même les États et les organisations à but non lucratif sont rendus possibles par les profits des entreprises privées et les salaires de leurs employés.

Qu'est-ce que le profit ?

Dans... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Rincón.

Interrogé sur la meilleure façon de lutter contre les monopoles dans sa série de documentaires intitulée Free to Choose, Milton Friedman a eu une réponse ferme : le marché libre. Certains de ses invités avaient d'autres positions et soutenaient que l'intervention de l'État était nécessaire, mais Friedman n'y croyait pas.

L'affaire Netflix a donné raison à Friedman, une fois de plus

Mercredi 20 avril, les actions de Netflix ont connu une chute impressionnante de 36 %. Les communiqués de presse conventionnels ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles