La crise du logement sera bientôt maîtrisée

Blocage des loyers, pénurie foncière, logements sociaux : voici les recettes éprouvées que va mettre en œuvre le gouvernement Ayrault pour résoudre la crise du logement !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 227 Aubry logement

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La crise du logement sera bientôt maîtrisée

Publié le 7 juin 2012
- A +

Blocage des loyers, pénurie foncière, logements sociaux : voici les recettes éprouvées que va mettre en œuvre le gouvernement Ayrault pour résoudre la crise du logement !

Un article de l’aleps.

S’il y a un domaine où les gouvernements français successifs ont fait étalage de leur nullité, c’est bien celui du logement. Le rapport de Jacques Garello et Nicolas Lecaussin rédigé l’an dernier à la demande de l’UNPI (Union Nationale de la Propriété Immobilière) a clairement démontré que la crise du logement est imputable à la politique du « tout social » pratiquée de longue date.

Miser sur les HLM pour offrir des logements décents et économiques aux Français aux revenus modestes est une double erreur : sociale (parce que près d’un million d’HLM sont occupés par des gens qui pourraient très bien payer un loyer dans le parc privé), économique (parce que les HLM coûtent très cher en financement, en construction, en entretien). Il vaudrait mieux libérer le marché de l’immobilier locatif, aujourd’hui entravé par la rareté foncière, les obstacles à la construction (PAL, permis), le manque de financement, les contraintes écologiques, et enfin la loi SRU (Solidarité et renouvellement urbains) qui oblige les communes à avoir un quota minimum de logements sociaux.

Or, que propose dès les premiers jours le gouvernement Ayrault ? Le blocage des loyers, promis par François Hollande : une loi économique impitoyable veut qu’un revenu faible écarte du marché les offreurs potentiels, investir dans le logement n’est pas rentable, et les immeubles ne sont plus entretenus par les propriétaires. Le terrain compte pour la moitié du coût du logement. Les plans d’urbanisation, ou d’aménagement local, les coefficients d’occupation au sol, ont créé la pénurie foncière, et Nicolas Sarkozy avait eu la bonne idée d’augmenter de 30% les surfaces constructibles : on revient sur cette mesure.

Enfin, « le gouvernement envisage un arrêt anticipé du Scellier, mais planche sur un retour aux institutionnels » (Figaro, jeudi 31 mai). Les institutionnels, ce sont les 800 bureaucraties qui s’occupent du logement social. Quant au Scellier, supprimé l’an dernier au titre des niches fiscales, il avait provoqué un redémarrage foudroyant de l’immobilier locatif, il sera donc enterré encore vivant. Voilà donc de quoi espérer en finir avec la crise du logement !

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de l'IREF-Europe

Le manque de logements est accusé de favoriser l’augmentation des loyers, de réduire la mobilité des actifs et d’empêcher l’éradication des logements insalubres. À dire vrai, les besoins de nouveaux logements sont incertains. Un chiffre annuel de 500 000 est régulièrement évoqué, mais jamais atteint. Il est vrai que malgré la baisse de la natalité, le besoin de résidences principales continue d’augmenter du fait notamment de la séparation des ménages, de la mise en couple tardive, du vieillissement, de l’imm... Poursuivre la lecture

Le déclin des organisations s’étale souvent sur de longues périodes, ce qui contribue à rendre sa perception difficile. Mais il arrive qu’un événement particulier le rende évident aux yeux de tous. Cet événement n’est pas nécessairement important, mais sans qu’on sache vraiment pourquoi, il cristallise tout ce qui était en germe depuis longtemps. Pour le Parti socialiste, alors au pouvoir, il semble bien que cet événement soit la gestion calamiteuse de la décision par le groupe ArcelorMittal d’arrêter les hauts fourneaux de Florange en 2012.<... Poursuivre la lecture

Par Vincent Bénard.

Lors du congrès national HLM qui s’est tenu la semaine dernière à Bordeaux, le Premier ministre Jean Castex a, comme tous ses prédécesseurs, fait le constat d’une crise du logement liée à l’envolée des prix de l'immobilier dans les grandes métropoles, et sans la moindre originalité, a promis de saupoudrer quelques millions d’argent-dette pour aider les communes à relancer la construction sociale. Il s’est en outre engagé à faire respecter avec fermeté la loi SRU, qui impose désormais 25 % de logements sociaux par ai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles