A Bruxelles, on a « tout mis sur la table » mais François Hollande a vite remballé

François Hollande aime bien l’expression. Quand les autres ne partagent pas ses vues, il demande qu’on mette « tout sur la table ». Mais à chaque fois les Européens n’en veulent pas.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Merkel (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

A Bruxelles, on a « tout mis sur la table » mais François Hollande a vite remballé

Publié le 1 juin 2012
- A +

François Hollande aime bien l’expression. Quand les autres ne partagent pas ses vues, il demande qu’on mette « tout sur la table ». Mais à chaque fois les Européens n’en veulent pas.

Article publié en collaboration avec l’Aleps.

François Hollande aime bien l’expression. Quand les autres ne partagent pas ses vues, il demande qu’on mette « tout sur la table ».

Mercredi soir à Bruxelles, il a mis sur la table les euro-obligations ou euro-bonds. Le jeu de cette émission d’emprunts garantis par les Etats de l’Union européenne consiste à « mutualiser la dette » : ceux qui ont perdu tout crédit et accumulé une dette astronomique peuvent se dispenser d’emprunter sur les marchés financiers à leur propre compte, parce que ce sont tous les Européens, créditeurs ou débiteurs, qui emprunteront, les bons élèves servant de caution aux mauvais. En clair, les Allemands et les quelques pays structurellement créditeurs (comme les Suédois) s’engageraient à payer pour les débiteurs invétérés. Tant que la France était du bon côté, l’opération était plausible Mais à son tour la France a perdu beaucoup de son crédit, de sorte que l’essentiel du risque pèserait sur les Allemands. Ils n’en veulent pas.

Après quoi, François Hollande a mis sur la table la taxe sur les transactions financières. Ici ce sont les Anglais qui la refusent, craignant à juste titre que la place de Londres soit désertée au profit de quelque paradis financier américain ou asiatique. De plus les Anglais utilisent beaucoup plus les fonds d’investissements que les banques pour financer les crédits longs, et seraient donc davantage touchés par une telle taxe.

Reste enfin la lancinante question des Grecs. Pour l’instant l’accord pour garder la Grèce dans la zone euro semble encore solide, mais en Allemagne, beaucoup d’amis d’Angela Merkel souhaitent la rupture. Les banques créancières des Grecs sont surtout françaises (le Crédit Agricole est fortement menacé), tandis que les pertes sur les crédits accordés par le Fonds Européen de Solidarité Financière seraient à la charge de l’Union entière (mais l’Allemagne a été le plus gros apporteur au Fonds).

Tous ces résultats paraîtront bien minces au regard des airs de Matamore du Président, qui voulait revoir tous les traités et toute la politique économique de l’Union. Les discours sur la finance, la spéculation, la nouvelle Europe solidaire, vont peut-être s’entendre quelques semaines encore, au moins jusqu’aux législatives. Puis on passera aux choses sérieuses, restées sous la table.

Sur le web

Voir les commentaires (74)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (74)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Textes présentés par Damien Theillier.

« La Communauté européenne est une manifestation de l’identité européenne. Ce n’est pas la seule. » — Margaret Thatcher.

Deux conceptions de l’Europe s’affrontent.

La première pense qu’une zone de marché unique ne peut pas fonctionner si une autorité centrale ne se préoccupe pas d’organiser pour chaque activité un ensemble préalable de règles et de normes communes. C’est la position de la Commission de Bruxelles, celle de son Président, mais aussi celle du gouvernement français.

... Poursuivre la lecture

En janvier 2022 j’attirais l’attention sur la posture pour le moins surprenante adoptée par quelques sénateurs français vis-à-vis des approches du gouvernement chinois durant la crise que nous avons traversée (traversons). Dans un rapport prospectif ils se montraient ostensiblement admiratifs du solutionnisme technologique chinois.

Dans ce même rapport, ils ne manquaient pas de vanter - sans ambages - tous les mérites des méthodes de l’empire du Milieu, sans omettre de valoriser certaines de ses approches les plus coercitives…

S... Poursuivre la lecture

Par Maxime Lefebvre. Un article de The Conversation

Le Conseil européen a validé il y a quelques jours l’adoption d’une « boussole stratégique ». Il s’agit de l’un des grands acquis de la présidence française de l’Union européenne. Sous cette appellation un peu baroque, c’est la première fois que l’UE se dote de l’équivalent d’un Livre blanc sur la défense et la sécurité. La « boussole » comporte, d’une part, une analyse de l’environnement stratégique mondial et, de l’autre, une liste d’actions concrètes déclinées en quatre volets : ag... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles