Les mythes des interventionnistes

Le danger aujourd’hui, c’est que le mythe de l’austérité devienne l’équivalent du mythe de Hoover pour la Grande Récession

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
KrugmanInBritain

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les mythes des interventionnistes

Publié le 28 mai 2012
- A +

Le danger aujourd’hui, c’est que le mythe de l’austérité devienne l’équivalent du mythe de Hoover pour la Grande Récession. Il n’y a pas de tâche plus importante pour les libéraux que celle d’empêcher un tel mythe de gagner du terrain.

Par Steven Horwitz, depuis les États-Unis.
Publié en collaboration avec UnMondeLibre.

Herbert Hoover

L’un des mythes les plus pernicieux de l’histoire économique du XXème siècle est la croyance que la Grande Dépression a été causée, ou du moins aggravée, par l’engagement dogmatique du président américain Herbert Hoover dans une politique d’inaction, de laissez-faire, à la suite du krach boursier. Cet argument fait partie intégrante de l’ensemble des croyances sur la Grande Dépression que j’ai nommé la version « lycéenne de l’histoire » de cet événement (qui inclut que le laissez-faire en est la cause, que l’inaction de Hoover a empiré les choses, que le New Deal a fait des merveilles, et que la Seconde Guerre mondiale nous a sortis de la crise). Cette affirmation au sujet de l’adhésion de Hoover au laissez-faire est, comme je l’ai suggéré, tout à fait erronée.

En fait, Herbert Hoover a longtemps été connu comme un progressiste privilégiant davantage d’intervention de l’État dans l’économie. De son passage à la U.S. Food Administration lors de la Première Guerre mondiale jusqu’à son poste de Secrétaire au Commerce dans les années 1920, Hoover a constamment mis en avant qu’il pensait que le laissez-faire ne fonctionnait pas et que l’État devait jouer un rôle plus actif. Lorsque l’économie s’enfonça au cours de sa première année en tant que président, il mit sans surprise ces croyances en action.

Hoover signa non seulement la loi Smoot-Hawley sur le rehaussement des tarifs douaniers, comme chacun le sait, il encouragea aussi les hommes d’affaires à maintenir les salaires élevés, augmenta le montant réel des dépenses de l’État, réduisit l’immigration à près de zéro, mit en place toutes sortes de facilités de prêt de la part de l’État, et augmenta le déficit budgétaire.  Parallèlement à la Réserve fédérale qui faillit à sa tâche, entraînant une baisse de 30 pour cent de la masse monétaire, ces interventions de Hoover furent responsables de la transformation de ce qui aurait pu n’être qu’une grave récession, mais de courte durée, en une Grande Dépression. Ainsi, la version « lycéenne de l’histoire » a raison de critiquer Hoover ; mais cependant elle le fait exactement pour les mauvaises raisons.

La vision bien connue de Hoover

Comment ce mythe a-t-il été initié ? Les positions de Hoover étaient largement connues avant qu’il ait été élu. Et en effet, « en 1920 [Franklin] Roosevelt soutint Hoover à la présidence, en tant que démocrate ». Pendant la présidence de Hoover, de nombreux commentateurs soulignèrent son activisme. Hoover lui-même en fit un argument électoral de sa campagne présidentielle de 1932 contre Roosevelt. Roosevelt le savait aussi : une partie de sa campagne consistait en une attaque contre le creusement du déficit budgétaire par Hoover. Les conseillers de Roosevelt comprirent également ce que Hoover avait fait ; ils purent même noter que la majeure partie du New Deal avait été conçue à partir de programmes que Hoover avait lancés.

Alors d’où vient le mythe de Hoover ? Je n’ai pas de réponse facile à cette question, mais c’est une question importante parce que nous pourrions peut-être nous trouver aujourd’hui au beau milieu d’un mythe parallèle. Actuellement c’est la conviction que les programmes de soi-disant « austérité » ont empêché l’économie en Europe, et peut-être aussi aux États-Unis, de se rétablir de la Grande Récession de manière plus solide. Pour des gourous de l’économie tels que Paul Krugman, la reprise très molle et même les récessions en W dans le monde entier sont dues à ce qu’ils considèrent comme des coupes drastiques dans les budgets (« l’austérité ») des pays de l’Union européenne. Aux yeux de Krugman cela prouve qu’une relance de style Keynésien encore plus importante est nécessaire.

Quelle austérité ?

Face à cet argument classique divers économistes libéraux ont proposé des preuves convaincantes qu’en réalité les réductions de dépenses en Europe ont été inexistantes ou très faibles. Dans presque tous les cas, elles ont été accompagnées de hausses d’impôts, contre-productives lors d’une récession. Ces économistes font également valoir que la reprise molle peut être le résultat des différentes politiques que ces gouvernements ont adoptées, comme les programmes de relance dès le début de la récession et/ou justement les hausses d’impôts liées à l’austérité supposée. Sans un effort sérieux pour résoudre le problème de la hausse des coûts de maintien de leurs vastes programmes sociaux, les pays de l’UE (et les États-Unis) devront tôt ou tard payer les pots cassés. Leur réticence à faire face à cette réalité n’incite pas les investisseurs à vouloir y prendre des risques à long terme.

Le danger aujourd’hui, c’est que le mythe de l’austérité deviendra l’équivalent du mythe de Hoover pour la Grande Récession. Les dégâts dus au mythe de Hoover s’étendent jusqu’à la Grande Récession elle-même : à l’automne 2008 beaucoup ont en effet fait valoir que refuser l’intervention énorme de l’État que nous avons connue cet hiver-là serait du « Hooverisme » et allait nous plonger dans une seconde Grande Dépression. On le voit, le mythe de l’austérité est vraiment juste une version réchauffée du mythe de Hoover.

Quand des gens comme Krugman se retrouvent face à l’échec des idées qu’ils colportent depuis des décennies, plutôt que d’affronter cette vérité, ils se replient sur les vieux mythes. Tout comme les défenseurs de l’intervention dans les années 1930 et 40 ont eu besoin du mythe de Hoover lorsque le New Deal n’a pas tenu ses promesses, leurs homologues modernes ont besoin du mythe de l’austérité pour expliquer l’échec de leur interventionnisme aujourd’hui. Il n’y a pas de tâche plus importante pour les libéraux d’aujourd’hui que celle d’empêcher le mythe de l’austérité de gagner du terrain.

—-
Cet article a été publié initialement en anglais sur The Freeman on Line et traduit par Un Monde Libre.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Sapin de Noël
7
Sauvegarder cet article

Youpi, un Noël austère !

On l’a vu dans un précédent billet : en France, l’inflation n’est pas vraiment un sujet et avec Bruno Le Maire aux commandes, on sait que tout se passera au mieux dans les prochains mois. Néanmoins, lorsqu’on prend la peine de demander leur avis aux politiciens dont l’intelligence n’est pas un obstacle et notamment aux maires, la belle assurance fait place à une prudence teintée d’inquiétude.

En effet, selon une récente enquête, la plupart (77 % des 3700 maires interrogés) se disent au moins préoccupés par cette hausse des coûts qui co... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Il est fréquent de croire que le libéralisme s’assimile aux politiques d’austérité. C’est se méprendre à la fois sur le champ que couvre cette philosophie, nullement restreinte à l’économique, mais c’est – même sur le plan économique – en avoir une vision bien terne et restrictive, pour ne pas dire peu enthousiasmante qui ne correspond pas à son esprit.

Vingtième-troisième volet de notre série « Ce que le libéralisme n’est pas ».

Le libéralisme n’est pas qu’économique

Nous l’avons évoqué à de multiple... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques. Un article de l'Institut économique Molinari

Les dépenses publiques sont passées de 45,2 % du PIB en 1978 à 55,6 % en 2019 (Figure 1). Cela représente une hausse de 10,4 points. Cette augmentation a été concentrée sur 3 périodes de crises : 1978-1985 (+7,1 points), 1989-1993 (+5,7 points), 2007-2009 (+4,6 points). Sur la longue période, elles augmentent significativement de façon tendancielle, ce qui bat en brèche l’idée d’une austérité budgétaire française.

En parallèle, les recettes publiques ont augmenté ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles