Pour qui les étudiants québécois se battent-ils ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour qui les étudiants québécois se battent-ils ?

Publié le 26 mai 2012
- A +

Si les pauvres et la classe moyenne sont avantagés par les changements, une question s’impose : pour qui les étudiants se battent-ils ? Pour qui ont-ils perdu un trimestre ? Pour qui ont-ils manifesté plus de 250 fois, bloqué la circulation, monopolisé les forces de l’ordre et provoqué la démission de la ministre de l’Éducation ?

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis Montréal, Québec.

Cent jours plus tard, les étudiants n’abandonnent pas. Ils sont infatigables et déterminés.

Pour eux, il faut impérativement empêcher la hausse des droits de scolarité pour assurer à tous l’accès aux études. Si personne ne se réjouit du chaos dans lequel les actions étudiantes ont plongé le Québec, nombreux sont ceux qui, en revanche, estiment qu’un objectif aussi louable justifie les moyens employés pour l’atteindre.

Le discours des fédérations étudiantes suppose que la hausse des droits de scolarité réduira l’accès aux études. Or, rien n’est moins sûr. D’autres provinces (la Nouvelle-Écosse, par exemple) affichent un taux de fréquentation universitaire plus élevé que celui du Québec malgré des droits de scolarité nettement supérieurs.

Supposons néanmoins que des droits de scolarité plus élevés limitent l’accès aux études supérieures.

Dans ce cas, les bonifications apportées à l’aide financière aux études doivent être prises en considération. L’État a promis :

  1. que les étudiants qui bénéficient d’une bourse, soit 30 % des étudiants à temps plein, ne seront aucunement touchés, car les sommes qu’ils recevront seront majorées d’un montant équivalent à la hausse des droits de scolarité ;
  2. d’augmenter de 35 000 $ à 45 000 $ le seuil de revenu familial des parents pour lesquels aucune contribution parentale n’est exigée, ce qui permettra à 44 000 étudiants de se partager 39 millions de dollars supplémentaires en bourses ;
  3. d’octroyer une aide financière aux étudiants provenant d’une famille ayant un revenu inférieur à 100 000 $ ;
  4. d’instaurer un régime de remboursement des prêts en proportion du revenu ;
  5. de bonifier substantiellement le programme de remboursement différé.

Ainsi, Québec a mis en place une série de mesures qui, reconnaissons-le, répondent aux revendications des fédérations étudiantes soucieuses de l’accès à l’éducation. Selon le fiscaliste Luc Godbout, il s’agit d’« une réforme qui favorise beaucoup plus l’accès à la scolarité que le statu quo ».

Si les pauvres et la classe moyenne sont avantagés par les changements, une question s’impose : pour qui les étudiants se battent-ils ? Pour qui ont-ils perdu un trimestre ? Pour qui ont-ils manifesté plus de 250 fois, bloqué la circulation, monopolisé les forces de l’ordre et provoqué la démission de la ministre de l’Éducation ? Pour qui ont-ils défilé nus ? Pour qui certains ont-ils enfreint des lois en commettant des actes de violence ? Pour qui plus de 2 000 manifestants ont-ils hypothéqué leur avenir en posant des gestes qui leur ont valu une arrestation et peut-être même un casier judiciaire ?

Les seuls qui ont tout à gagner du statu quo, ce sont les ménages dont le revenu dépasse 65 000 $ annuels, car rien n’est prévu pour eux avec le nouveau régime, sinon une hausse des droits de scolarité de 82 % en sept ans. Quant à ceux dont le revenu est supérieur à 72 000 $ par an, ils verront en plus leur crédit d’impôt pour frais de scolarité diminuer de 20 % à 16,5 %

Les étudiants ne s’en rendent pas compte, mais tous les efforts qu’ils fournissent, tout le temps qu’ils investissent et tous les risques qu’ils prennent lors des manifestations visent en réalité à défendre le portefeuille des plus riches. Des milliers de personnes qui se mobilisent pour permettre aux mieux nantis d’envoyer leurs enfants à l’université pour trois fois rien… C’est beau la solidarité !

—-
Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • effectivement

  • Mouais, je pense aussi que faire plier l’Etat est une sérieuse motivation

  • Fallait s’y attendre.
    Ce n’est pas pour rien qu’on a inventé le terme idiot utile.

  • Liberty Darling
    26 mai 2012 at 21 h 41 min

    Enfants de pays riches qui jouent à leur petite révolution alors qu’ils ont tout le confort matériel. Non pas bien sûr que le gouvernement Charest soit irréprochable, loin s’en faut — mais on pense que ces petits osent appeler leur caprice le « printemps érable »… J’aimerais bien en voir un en Libye ou Syrie, tiens… Typique d’un relativisme sans cervelle. Les études supérieures de sont *pas* un droit — et ne doivent *pas* etre accessibles a tous sans selection, au frais des contribuables. Elles doivents etre meritées et acquises par l’effort et l’engagement financier (aidé, certes, par des mécanismes d’emprunt). on a tendance a confondre avec l’accès a l’éducation primaire (jusqu’a 16 ans), alors q

    • Liberty Darling
      26 mai 2012 at 21 h 42 min

      … alors que ce sont deux choses parfaitement différentes ! Autant il est important de donner ses chances a tous au départ (écoles primaires et secondaires subventionnées par vouchers), autant les études supérieures n’ont aucune raison de concerner la majorité.

    • Vous savez qu’en plus ce genre de gus serait du côté des chars en Syrie ou ailleurs.

      C’est la contradiction du «bourgeois assisté» moderne. Il ne lui manque que le confort idéologique; il peut l’avoir, dans une société libérale -plus ou moins libéral pourrait-on dire- avec ces caprices pseudo-collectivistes. On sort dans la rue, on tape, on joue au martyr sur l’autel de la Révolution pour avoir l’impression d’exister. Ayant ainsi comblé son vide idéologique, le bourgeois rentre hiberner par la suite, fort heureux de sa prestation, dirons-nous.

      Enlevez le capitaliste à ce genre d’individus, et il tient la matraque 😉

  • la grande question c’est toujours la même comment devenir riche et nantis.

  • Je pense que le mouvement étudiant dépasse la seule question des droits de scolarité. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase plein des politiques du gouvernement Charest. Les étudiants n’auraient peut-être pas fait autant durer la grève si l’attitude du gouvernement avait été différente.
    Rappelons que le Parti libéral du Qc est lourdement soupçonné de corruption avec le secteur de la construction et les milieux mafieux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Fatou Diaby[1. Fatou Diaby est conseillère principale au président de l’IEDM]. Un article de l’Institut économique de Montréal.

En juillet 2020, le fondateur du Forum économique mondial, le Pr Klaus Schwab, lançait un véritable pavé dans la mare comme coauteur, avec son ancien collègue Thierry Malleret, du livre COVID-19: The Great Reset. Cet ouvrage ayant parfois recours à de bons sentiments plutôt qu’à des données fiables a depuis été instrumentalisé tant par une gauche étatiste soucieuse de justifier une intervention démesurée d... Poursuivre la lecture

Contrepoints : Le Québec semble être la région d'Amérique du Nord la plus dure sur le plan des restrictions covid, mais aussi sur le plan des taxes et des impôts. Pourquoi cette situation ?

Jérôme Blanchet-Gravel : Le Premier ministre québécois, François Legault, s’est lui-même vanté d’imposer les mesures sanitaires les plus sévères en Amérique du Nord, comme s’il s’agissait d’un noble exploit. Voilà de quoi donner le ton à l’esprit autoritaire qui caractérise le Québec actuel. Le 31 décembre dernier, le Québec fut le seul État sur 92 ... Poursuivre la lecture

Par Pierre-Guy Veer.

Depuis peu, le chroniqueur politique et sociologue québécois Mathieu Bock-Côté (MBC) est rendu à l’antenne de CNews pour l’émission Il faut en parler. Son impressionnante bibliographie montre qu’il n’a pas la langue dans sa poche et qu’il est capable d'aborder plusieurs sujets.

Mais pour quelqu’un qui se targue de fouiller derrière « le brouillard des controverses artificielles » il ne se gêne pas pour en créer de toutes pièces lui-même. Car derrière ses airs intellectuels se cache un être dangereusement opp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles