L’UNAPEL réclame le libre choix de l’école

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’UNAPEL réclame le libre choix de l’école

Publié le 26 mai 2012
- A +

Béatrice Barraud, présidente nationale de l’Association des parents d’élèves de l’enseignement libre, prône le renforcement de l’autonomie des chefs d’établissement, le respect de la liberté et le financement équitable du libre choix de l’école.

Article publié en collaboration avec le site de la liberté scolaire.

Béatrice Barraud, présidente nationale de l’association des parents d’élèves de l’enseignement libre (Apel), a adressé le 8 mai une lettre ouverte au nouveau Président de la République au sujet des réformes concrètes qu’elle souhaite voir appliquer à l’école.

Nous ne retiendrons ici que celle qui concerne la liberté scolaire, sachant qu’elle a parlé aussi des programmes scolaires, du redoublement, des rythmes scolaires, de la notation, de la formation par alternance des professeurs…

Elle a demandé un renforcement de l’autonomie de gestion des ressources humaines et de l’autonomie pédagogique des directeurs d’établissement : « Monsieur le Président de la République, notre volonté, à l’Apel, est de voir l’école se transformer profondément. […] Nous demandons que soit permis aux chefs d’établissements de choisir leurs enseignants tout en renforçant leur autonomie dans l’élaboration de leur projet éducatif. […] »

La présidente de l’Apel a discrètement mais réellement contesté la coutume des 20 % qui, en pratique, revient à donner une lecture des plus restrictives dela loi Debré. Eneffet, au lieu de créer des postes de professeurs dans le privé proportionnellement à la réalité de la demande formulée par les parents (ce que l’on appelle « le besoin scolaire reconnu »), l’État gère l’ouverture (ou la fermeture !) de classes et d’établissements privés sous contrat au regard de la coutume (sans fondement juridique depuis 1985) qui veut que le privé sous contrat ne représente pas plus que 20 % du total des postes budgétaires alloués à l’école publique. Béatrice Barraud affirme : « Vous devez savoir, Monsieur le Président, que l’enseignement catholique doit refuser 35 000 élèves chaque année par manque de postes d’enseignants. Nous vous demandons instamment que l’État respecte le besoin scolaire reconnu, exprimé dansla loi Debré[…].

Elle a défendu aussi la liberté de choix de l’école, en rappelant les résultats du sondage que son organisation avait fait réaliser, avec La Croix, en décembre 2009 : 84 % des Français sont attachés à la liberté de choix de l’école (sondage CSA Apel/La Croix, décembre 2009). Ce sondage montrait de manière éclatante que l’exigence de pouvoir choisir l’école de son enfant au lieu de subir la décision arbitraire de la puissance publique était partagée aussi bien à gauche qu’à droite. Les Français de gauche veulent aussi pouvoir mettre leur enfant dans une école libre.

Enfin, restant sur des revendications très concrètes et pragmatiques, elle rappelle qu‘il n’y a pas de liberté sans moyens ; c’est pourquoi l’Apel veillera à ce que chaque parent puisse choisir librement l’école de son enfant et s’assurera que les lois de financement des établissements associés par contrat à l’État soient bien respectées et appliquées.

En toute rigueur, il est bien évident qu’un tel programme invite comme une conséquence naturelle à défendre la disparition du rationnement par l’État de l’offre scolaire privée et à promouvoir les financements publics du libre choix, que ce soit par subventions, crédits d’impôts, chèque-éducation. Ce serait là une vraie politique de justice sociale par l’école.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre-Guy Veer, depuis les États-Unis.

Milton Friedman fut l’un des plus grands penseurs libéraux du XXe siècle. L’un de ses chevaux de bataille principal fut la liberté scolaire, c'est-à-dire le libre choix laissé aux parents de scolariser leurs enfants où bon leur semble en utilisant directement l’argent que l’État aurait autrement injecté dans les écoles publiques.

En d’autres termes, créer une certaine concurrence en éducation pour améliorer toutes les écoles.

Bien que je sois allé à l’école publique, j’ai pu pro... Poursuivre la lecture

Par Jean-Baptiste Noé.

La décision d’interdire l’école à la maison est une atteinte profonde à la liberté éducative et aux droits des parents d’instruire leurs enfants. C’est une mesure inutile pour lutter contre l’islamisation des jeunes puisque, jusqu’à présent, 100% des terroristes sont passés par l’école publique. Mais c’est aussi une mesure impossible à appliquer compte tenu de son coût et des besoins humains qu’elle nécessite.

L'école à la maison aurait-elle plus de succès que l'on croit ?

L’État a toujours dissimulé le no... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Il avait bien commencé, ce discours d’Emmanuel Macron sur « les séparatismes » qui menacent notre cohésion républicaine.

Le séparatisme ennemi des libertés

Attentif à se garder de tout angélisme naïf vis-à-vis des poussées politiques de l’islam sans tomber pour autant dans l’amalgame facile qui transforme chaque musulman en terroriste, il n’en désigne pas moins très clairement le seul véritable ennemi qui provoque nos valeurs occidentales de liberté jusqu’à tuer les « infidèles », à savoir le « séparatisme... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles