Du rififi à l’Afer

Logo Afer (Tous droits réservés)

Le président de l’Afer, Gérard Bekerman, est fortement contesté au sein de l’Afer. Une résolution devra être examinée lors de la prochaine assemblée générale, portant en particulier sur les avantages indus que son président s’est octroyé.

Le président de l’Afer, Gérard Bekerman, est fortement contesté au sein de l’Afer. Une résolution devra être examinée lors de la prochaine assemblée générale, portant en particulier sur les avantages indus que son président s’est octroyé.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

L’association « SOS Principes Afer », regroupant quelques centaines d’adhérents, vient de déposer une résolution qui devra être examinée lors de l’ Assemblée Générale d’AFER du 26 juin prochain. Cette résolution demande la révocation du Président Bekerman et exige de celui-ci le remboursement d’une somme de 65 535€, perçue indûment.

Les motivations de cette résolution sont de trois ordres:

  • Tout d’abord, l’association accuse le Président d’avoir abusé les adhérents héritiers des victimes des anciens dirigeants de l’Association en leur écrivant, en violation formelle des dispositions de l’article 723 du Code civil, qu’ils n’héritaient pas du droit de leurs parents décédés d’agir en justice contre les anciens dirigeants.
  • La deuxième motivation vient du fait que le Président Bekerman n’ait jamais soumis sa rémunération au vote de l’AG, comme le décret du 1ier Aout 2006 l’exige, ou, tout du moins, exige que soit soumis au vote le plafond de cette rémunération (dans le cas d’une part fixe et d’une part variable). Or, non seulement le Président d’Afer ne s’est pas soumis à cette règle, mais il a pris la liberté de s’augmenter de 25%, faisant passer sa rémunération de 262 142€ à 327 677€.
  • Enfin, la troisième motivation vient de l’explication apportée par le Président lui-même à son augmentation. En effet, il semblerait que ce dernier, dans un article qui serait paru sur Médiapart, aurait justifié cette augmentation en expliquant que ces 65 535€ supplémentaires lui auraient servi à verser des dons à des partis politiques. L’association d’usagers souligne, dans une autre résolution, qu’« il y a eu là un inadmissible contournement de la loi sur le financement des partis politiques puisqu’elle interdit directement ou indirectement aux personnes morales, ce qu’est l’Afer, de faire des dons aux partis politiques. » C’est la raison pour laquelle, outre sa révocation, « SOS Principes Afer » souhaite que le Président Bekerman rembourse à l’Afer le montant de ce qui constitue son augmentation. Ses dons aux partis politiques devenant dès lors des dons strictement personnels n’engageant plus AFER, ni sur le plan déontologique ni sur le plan juridique.

Il n’empêche que, si motivées que soient ces demandes, elles n’ont que très peu de chances d’être entendues et suivies par les adhérents. Les AG d’AFER sont purement formelles, la participation oscillant entre 500 et 800 personnes sur plus de 700 000 membres. Il faut dire que la direction ne fait rien pour inverser la tendance, convoquant par exemple la prochaine AG un mardi, en pleine semaine, à Biarritz, lieu particulièrement excentré et pas des mieux desservis.

Sur le web

Complément : suite à la publication de cet article, nous avons reçu une réponse de l’Afer, que vous trouverez ci-dessous.

COMMUNIQUE DE L’AFER

Comme chaque année, l’approche de l’assemblée générale de l’Afer suscite  des attaques à l’encontre  du Conseil d’administration de la part d’un ancien agent d’une compagnie  d’assurance étrangère à notre association. Face à ses gesticulations médiatiques  habituelles,  l’Afer, par la voix de son secrétaire général, Jack Lequertier, souhaite rappeler :

1° – L’Afer n’a jamais fait de politique et n’a pas l’intention de commencer. Elle ne le peut pas et elle ne le veut pas. L’Afer n’a jamais versé le moindre euro à quelque parti politique que ce soit. Elle a décidé de déposer plainte à l’encontre de tels propos diffamatoires.

2° – En toute transparence,  le montant des  indemnités versées aux administrateurs de l’Afer  est régulièrement voté chaque année  en assemblée générale. Il en va de même pour   la rémunération du Président dont la hausse s’est limitée à 4,7%  en 2011 par rapport à 2010.

3° – Les assemblées générales sont et seront organisées dans toutes les grandes régions de France où l’ Afer est fortement représentée. L’Afer veut en effet  être proche de ses adhérents et ses adhérents vivent en majorité en régions. Il faut vivre avec son temps, et son temps c’est internet qui permet, comme en 2011, à  plusieurs  dizaines de milliers d’adhérents de voter aux assemblées générales. L’Afer, c’est la démocratie sans les coûts.

Jack Lequertier

Secrétaire Général de l’Afer