Conversation avec Nicolas Sarkozy

Notes d’une conversation privée, en décembre 1997, dans le bureau de Nicolas Sarkozy, maire de Neuilly

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nicolas_003

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Conversation avec Nicolas Sarkozy

Publié le 6 mai 2012
- A +

Notes d’une conversation privée, en  décembre 1997, dans le bureau de Nicolas Sarkozy, maire de Neuilly.

Par Guy Sorman.

Des bûches flambent dans la cheminée.

GS — La France n’est plus coupée en deux, droite et gauche, mais en trois, car le Front national est là pour durer et il est ailleurs.

NS — Cet éloignement du FN est provisoire : ses électeurs sont les nôtres. Quand je serai Premier Ministre de Chirac – après Jospin – ma politique réintégrera les électeurs du FN dans notre camp.

GS — Vous serez peut-être Ministre de Chirac mais Premier ministre, j’en doute car Chirac ne vous supporte pas.

NS — Bon, alors je serai Président.

GS — La question du FN restera entière. Vous ne la résoudrez pas par des moyens tactiques mais en convertissant l’UMP à un nouveau projet politique qui réduirait le chômage, renforcerait la solidarité tout en éliminant la fraude.

NS — Je note. Mais je l’avais lu dans La nouvelle solution libérale.

GS — Totale liberté du marché du travail pour que les entreprises recrutent des jeunes ; création d’un Revenu minimum universel (RMU) remplaçant toutes les prestations sociales, inspiré par l’impôt négatif de Milton Friedman.

NS — Et l’immigration?

GS — Faire voter chaque année un quota d’immigrants acceptables par le Parlement français et par le Parlement européen.

NS — Mais c’est une proposition de Cohn Bendit !

GS — Raison de plus pour le faire.

NS — Mouais.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • hi, hi, hi C’est une photo d’avant carla. Maintenant, il est interdit de constume marron…. Ok,je sors…

  • « Des bûches flambent dans la cheminée. »
    Oulah, on sent le grand écrivain inspiré ! Encore ce bobo-libéral de Sorman dont les positions sont compréhensibles par son mode de vie (il passe sa vie à Science Po et dans des aéroports), en ce qui concerne l’immigration, je préfère m’en tenir aux positions de Ron Paul, un sacré stalinien antilibéral comme chacun sait.

  • Ah, et Sorman est un clown mythomane ! Il écrit « Vous ne la résoudrez pas par des moyens tactiques mais en convertissant l’UMP à un nouveau projet politique blabla »
    Si la conversation date de 97, comment peut-il parler de l’UMP, qui n’a succédé au RPR qu’en 2002 ?
    D’ailleurs le clown s’est empressé de corriger sa boulette sur son blog, mais sur les sites qui ont repris ses pitreries (dont Contrepoints), ça reste.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Maxime Lefebvre.

Il y a 14 ans, pendant que tous les regards se tournaient vers Pékin où s’ouvraient les 29e Jeux olympiques d’été de l’ère moderne, la guerre éclatait entre la Géorgie et la Russie. En jeu, les régions séparatistes pro-russes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud, officiellement rattachées à la Géorgie.

Ce conflit présente de nombreuses similitudes avec celui qui sévit en Ukraine depuis le mois de février : une Russie de Poutine (qui, en 2008, était certes Premier ministre entre deux présidences, mais demeurait le ... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

C’est la dernière ligne droite avant l’élection présidentielle, et Valérie Pécresse continue de stagner dans les sondages.

??? L'évolution de l'ensemble des sondages publiés pour le premier tour :

?Macron 29% ↘️ ⚫️Le Pen 18% ↗️ ?Mélenchon 14% ↗️ ?Pécresse 11% ↘️ ?Zemmour 11% ↘️ ?Jadot 6% ➡️ pic.twitter.com/ulxIu1T0DB

— mathieu gallard (@mathieugallard) March 24, 2022

Parmi les raisons qui affaiblissent sa candidature, certains accusent le silence embarrassant de celui qui reste le mento... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles