Le bolchévisme à la française

Hier, on avait Maurice Thorez et Georges Marchais. Aujourd’hui, nous avons Jean-Luc Mélenchon, Nathalie Arthaud et Philippe Poutou. Le communisme français est encore debout. Quels sont ses racines ? Pourquoi le filon totalitaire est toujours intact alors que le PCF est mort ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
9782213661377_153x235

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le bolchévisme à la française

Publié le 1 mai 2012
- A +

Hier, on avait Maurice Thorez et Georges Marchais. Aujourd’hui, nous avons Jean-Luc Mélenchon, Nathalie Arthaud et Philippe Poutou. Le communisme français est encore debout. Quels sont ses racines ? Pourquoi le filon totalitaire est toujours intact alors que le PCF est mort ? Voici quelques questions auxquelles répond l’essai de Stéphane Courtois, Le bolchévisme à la française, Fayard.

Par Bogdan Calinescu.
Publié en collaboration avec l’aleps.

Dans l’Introduction de cet ouvrage, Stéphane Courtois écrivait : « Il est clair que si le PCF a pu, un temps, rencontrer des niches idéologiques et sociologiques favorables à son développement, elles ont disparu depuis longtemps, et qu’il n’a pas su – ou pas voulu – modifier son être pour continuer d’exister en tant que force pesant dans la vie politique. Sans doute ne persistera-t-il bientôt que comme fossile, témoin d’une époque révolue. ». C’était en 2010. Depuis la candidature de Georges Marchais en 1981, le parti avait perdu 83% de ses électeurs et 75% de ses adhérents. En 2007, Marie-Georges Buffet n’a réuni que 1,9% des voix et seulement 4% des ouvriers avaient voté pour elle. Aux dernières élections présidentielles, pas moins de 4 candidats se réclamaient du communisme et l’un d’entre eux, Jean-Luc Mélenchon, était même donné grand favori pour devenir le troisième homme. Finalement, il n’a été « que » le quatrième mais en faisant mieux que le candidat du centre. Avec plus de 11% des voix, l’idéologie communiste semble sur le retour. Stéphane Courtois aurait annoncé trop tôt la fin du communisme français ? Je ne le pense pas malgré son score actuel qui ressemble plus à des soubresauts conjoncturels qu’à une renaissance.

Dès 1973, lorsque Courtois commence ses recherches sur ce phénomène, la mort du communisme se profilait à l’horizon. Ce n’était qu’une question de temps. Durant toutes ces décennies, il n’a eu de cesse, en collaboration aussi avec Annie Kriegel, d’étudier le parti et son appareil. Comme il l’explique très bien, le PCF cachait en réalité deux partis : celui du peuple communiste et celui de l’ « appareil ». Ce dernier était le véritable parti bolchévique à la française formé de révolutionnaires professionnels que Lénine exigeait. C’est cet appareil qui dirigeait le PCF grâce aux ordres reçus de Moscou. C’est lui qui a soutenu l’alliance avec Hitler et c’est encore lui qui a manipulé l’Histoire à la Libération et pendant la Guerre froide. Avec l’ouverture des archives soviétiques, on a pu constater l’inféodation des communistes français au Kremlin, en particulier des années 1920 aux années 1960. Le « bolchévisme gallican » a été aussi totalitaire que celui soviétique. Il a bien voulu s’emparer du pouvoir par la force en 1945 comme cela s’est passé dans les pays de l’Est de l’Europe.

Comment a pu prospérer au sein de la démocratie française un parti totalitaire ? Et comment cette idéologie criminelle peut-elle faire encore des émules ? C’est à ces questions aussi que répond l’ouvrage de Stéphane Courtois. Jusqu’à la fin des années 1980, il était même impensable d’accuser le PCF de totalitarisme. Avec l’ouverture des archives soviétiques au début des années 1990, les chercheurs ont eu la confirmation de la tentation totalitaire des organisations communistes dès les années 1919-1920. Le Komintern n’a eu de cesse de contribuer à la mise en place de partis communistes dont le programme soit basé sur la haine de la démocratie représentative. Les leaders de ces partis étaient choisis sur « dossier » et le contrôle sur leurs activités était absolu. L’individu n’existe plus en tant que tel, il est totalement soumis aux dirigeants de Moscou.

Malheureusement, le totalitarisme communiste n’a pas encore disparu comme l’ont montré les élections présidentielles. Il continue à se nourrir de la crise et de l’antilibéralisme, comme l’écrit Stéphane Courtois dans la conclusion de cet essai qui nous donne les clefs pour comprendre.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (37)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (37)
  • Etonnant cet anti liberalisme croissant, pourtant ils n’ont jamais mis en place de dictatures en amerique latine, au moyen orient, en afrique sous pretexte de s’approprier des ressources naturelles. Ils ne sont pas non plus en train de detruire tous les systeme de sante, d’education de chaque pays qu’ils gouvernent. Si cela vous choque que les gens ne veulent plus de cette politique du chacun pour sa gueule au mepris de l’autre, cela expliquerait le mepris que vous exprimez envers les electeurs. Eteignez un peu votre televiseur et d’etre un peu plus critique sur les 5 annees passes, vous verrez que le bilan du capitalisme liberal est catastrophique dans l’ensemble des pays ou il s’applique. explosion des inegalitea sociales, desindustrialisation, liquidation des systeme educatifs, infantilisation des masses par un modele de societe basé sur le divertissement, la dispariton de projets de societe a long terme, car toutes les decisions sont prises dans l’urgence…etc… Nous devrions reflechir vers quoi nous meme ce systeme economique et prendre les decisions qui s’imposent au lieu de resasser le passé, qui montreat une incapacite a se projeter dans le futur.

    • Quel est ce charabia ?

    • « infantilisation des masses » … effectivement, à lire votre commentaire il ne subsiste aucun doute à ce sujet. Si effectivement vous envisagez le quinquennat de l’UMP comme une parenthèse libérale, je vous conseille de lire quelques livres au lieu de boire les paroles de Méluche et compagnie.

      Sinon sur le coup des dictatures sud-américaines, si je puis me permettre la CIA c’est plutôt le gouvernement américain, mais je suppose que votre méconnaissance du sujet est le produit de la liquidation du système éducatif.

      A part ça je suis plutôt d’accord avec votre point sur l’inutilité de ressasser le passé: le collectivisme, ce grand projet de société à long terme c’est le passé.

    • les dictatures d’afrique et du monde entiers se font par les peuples ou les faction des peuples locaux. Le vénézuela n’est pas une dictature américaine; Pinochet est l’issu d’un conflit interne au Chili et non une volonté d’exploitation impérialiste d’un système économique. Là où la liberté économique s’installe, en revanche, la pauvreté recule. C’est un fait: Honk Kong, Japon, Brésil, Corée du sud, Taiwan, Inde, Israel, Singapour, Thailand…. Si le capitalisme n’est le meilleurs système (d’aillleurs ce n’est pas un « système ») c’est celui qui semble, de loin, le moins pire et le plus profitable.

  • 2 remarques:
    1- « les soubresauts conjoncturels » du communisme francais est á rapprocher de la période électorale elle-même. Il n’y pas de soubresaut de rien, juste l’inflation réthorique de l’élection. L’objectif? Pour nos manipulateurs/dirigeants, il s’agit d’agiter quelques chiffons devant nos yeux ébaillis en espérant que nous voterons de « l’autre coté ».
    2- @ Gilles, monsieur clichés. L’anti-libéralisme et l’abrutissement des masses a été systematiquement opéré par nos communistes dont l’incohérence, la bêtise et l’ignorance des affaires économiques est simplement triste. (et ce faisant, brouillant la réalité des problémes qui touchent les citoyens qui sont en réelle difficulté économique). Voir l’un de nos clowns nationals, le fumeux George Marchais:http://www.youtube.com/watch?v=yTpZm4cm86E

  • @ Gilles
    De quel pays parlez vous ? de la Corée du Nord ?
    Les français vivent dans la misère depuis cinq ans, ne sont pas soignés, ne touchent plus leur retraites, ne bénéficient pas de la culture que les fonctionnaires distribuent, ne partent jamais en vacances, ne votent pas librement même pour des communistes ou trotskistes ?
    Que des statiques manipulatrices qui intègrent des individus non intégrés et/ou qui viennent d’arriver sur notre riche et généreux territoire permettent de paupériser le tableau, peut être, mais regardez vos concitoyens.

  • 2 questions, 2 ébauches de réponses :
    – Comment a pu prospérer au sein de la démocratie française un parti totalitaire ?
    En quoi, un parti qui n’oblige personne à le rejoindre peut-il être totalitaire ? Laisseriez-vous supposer que c’est le couteau sous la gorge que les militants rejoignent le Front de Gauche ?
    Enfin, en 2007 le PCF faisait 700 000 voix (certainement parce qu’il a fait partie de la « gauche plurielle » avec le parti de la social-démocratie). Le FDG étant une composante de plusieurs parti ET de citoyens non encartés, il fait près de 4 millions de voix.

    – Et comment cette idéologie criminelle peut-elle faire encore des émules ?
    Pourquoi ne faites-vous pas un sujet sur une idéologie politique criminelle appelée « Capitalisme » ? Pour ce faire, je vous invite à lire le très bon livre de Jean Ziegler  » Destruction massive », Géopolitique de la faim, et vous apprendrez que chaque ANNÉE, des millions de personnes meurent de la faim dans le monde (toutes les 5 SECONDES un enfant de moins de 10 ans meurt de la faim). Ainsi, votre article serait complet et non partisan. Vous comprendriez peut-être alors, qu’on puisse aussi penser à ceux qui souffrent que ce soit ici (Quart monde) ou ailleurs (Tiers Monde), que tant que des gens accumuleront des sommes astronomiques leur permettant de vivre au delà de 700 ans, quand d’autres, quand bien même ils travaillent ne peuvent vivre de leurs revenus puisse nous interpeller. Je précise au passage que je ne suis pas encarté au PCF, je juste humaniste et pense que l’Humain doit être mis à sa place, c’est-à-dire AVANT la finance. Merci

    • Vous savez, à partir du moment où vous écrivez « […] le très bon livre de Jean Ziegler […] » vous-vous sabordez!

      Maintenant libre à vous d’idolâtrer Ziegler, de placer l’Humain (marrante, cette capitale!) où vous voulez, et d’envisager des lendemains qui chantent il n’en reste pas moins que pour réaliser les programmes politiques même les plus débiles il faut de l’argent. Or le collectivisme détruit la richesse et comme l’argent ne pousse pas sur des arbres … mais je doute que vous puissiez comprendre.

    • @ hortelano

      Sympa de faire les questions et les réponses…

      Dans la République Française, il n’y a pas d’enfant qui meurent de la faim toutes les 5 secondes et même dans l’échelle de temps qui vous plait. Et la République Française concerne les Français qui élisent les dirigeants du pays France et non du Monde entier.
      Il ne vous a pas échappé qu’il n’y a pas de gouvernement mondial que les électeurs du Monde entier éliraient pour gérer les problèmes de l’Humanité.
      En revanche, vous pouvez regarder les pays dans les quels meurent des enfants de faim et nous dire si ces pays sont des démocraties de type libérales ou non et on en reparlera.

      Concernant le FDG, montrez-nous un seul pays de type communiste ou collectiviste qui après avoir été élu démocratiquement, n’a pas sombré dans le totalitarisme ?

    • @Hortelano
      MDR. Parce qu’il se trouve que justement les communistes du PCF veulent obliger tous le monde à les rejoindre.
      Sinon, il leur suffirait de faire comme les kiboutzim ou les saint-simoniens : fonder des communauté communistes… C’est l’avantage de « l’idéologie politique criminelle appelée Capitalisme » (sic) : le communisme y est permis, il y a tous les outils juridiques pour le faire vivre (sauf un : l’appareil répressif ; mais ç’est parfaitement secondaire, pas vrai, le « vrai » communisme n’en a pas besoin, n’est pas ? 🙂 ).

  • Comme dirait Churchill, le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère.

  • A Abitbol

    Petite précision :
    Sauf erreur, le seul pays qui après des élections démocratiques a sombré dans le totalitarisme socialiste a été l’Allemagne après les successives victoires électorales du NSDAP dans les années 1930.
    Dans tous les autres pays socialistes/communistes, le régime totalitaire a été imposé par les armes, la terreur et la ruse.

    • les élections de 1933 en Allemagne, démocratiques … bof, bof. Hitler (Chancelier) a largement utiliser les armes avant, pendant, et après pour prendre le pouvoir total par des pressions physiques sur les parlementaires.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_l%C3%A9gislatives_allemandes_de_1933

    • Bien sur le NSDAP étais de gauche:

      « Le programme du parti ouvrier allemand est un programme à terme. […]

      7. Nous exigeons que l’État s’engage à procurer à tous les citoyens des moyens d’existence. Si le pays ne peut nourrir toute la population, les non-citoyens devront être expulsés du Reich.

      […]

      10. Le premier devoir de tout citoyen est de travailler, physiquement ou intellectuellement. L’activité de l’individu ne doit pas nuire aux intérêts de la collectivité, mais s’inscrire dans le cadre de celle-ci et pour le bien de tous. C’est pourquoi nous demandons :
      11. La suppression du revenu des oisifs et de ceux qui ont la vie facile, la suppression de l’esclavage de l’intérêt5.
      12. Considérant les énormes sacrifices de sang et d’argent que toute guerre exige du peuple, l’enrichissement personnel par la guerre doit être stigmatisé comme un crime contre le peuple. Nous demandons donc la confiscation de tous les bénéfices de guerre, sans exception.
      13. Nous exigeons la nationalisation de toutes les entreprises appartenant aujourd’hui à des trusts.
      14. Nous exigeons une participation aux bénéfices des grandes entreprises.
      15. Nous exigeons une augmentation substantielle des pensions des retraités.
      16. Nous exigeons la création et la protection d’une classe moyenne saine, la remise immédiate des grands magasins à l’administration communale et leur location, à bas prix, aux petits commerçants. La priorité doit être accordée aux petits commerçants et industriels pour toutes les livraisons à l’État, aux Länder ou aux communes.
      17. Nous exigeons une réforme agraire adaptée à nos besoins nationaux, la promulgation d’une loi permettant l’expropriation, sans indemnité, de terrains à des fins d’utilité publique – la suppression de l’imposition sur les terrains et l’arrêt de toute spéculation foncière.
      18. Nous exigeons une lutte sans merci contre ceux qui, par leurs activités, nuisent à l’intérêt public. Criminels de droit commun, trafiquants, usuriers, etc. doivent être punis de mort, sans considération de confession ou de race.

      […]

      20. L’extension de notre infrastructure scolaire doit permettre à tous les Allemands bien doués et travailleurs l’accès à une éducation supérieure, et par là à des postes de direction. Les programmes de tous les établissements d’enseignement doivent être adaptés aux exigences de la vie pratique. L’esprit national doit être inculqué à l’école dès l’âge de raison (cours d’instruction civique). Nous demandons que l’Etat couvre les frais de l’instruction supérieure des enfants particulièrement doués de parents pauvres, quelle que soit la classe sociale ou la profession de ceux-ci.
      21. L’État doit se préoccuper d’améliorer la santé publique par la protection de la mère et de l’enfant, l’interdiction du travail de l’enfant, l’introduction de moyens propres à développer les aptitudes physiques par l’obligation légale de pratiquer le sport et la gymnastique, et par un puissant soutien à toutes les associations s’occupant de l’éducation physique de la jeunesse.

      […]

      25. Pour mener tout cela à bien, nous demandons la création d’un pouvoir central puissant […] »

      • 1_ 16 : c’est le nombre de fautes d’orthographes que j’ai relevé en 6 lignes. Ca en dit sur votre âge et les ravages de l’EdNat qui en découlent.

        2_ Qu’on soit bien d’accord : NSDAP=Parti National-SOCIALISTE des Travailleurs Allemands. Que ça vous plaise ou non, les nazis étaient socialistes (Il suffit de chercher, mais chercher c’est fatigant).

        3_ « C’est pour cela qu’il souhaitaiT l’interdiction des partiS de gauche,étaiT alliE a la droite,financEE par les entreprises capitalistes,voulaiT envahir l’unique pays QUI se réclamAIT du communisme avec la Mongolie, l’URSS et qu’il avaiT un programme politique à l’inverse de tous les principes du communisme. »(après une rapide correction de ce charabia gloubiboulguesque, ça donne à peu près ça, mais bon… je ne suis même pas sûr).
        Je vous signale que l’URSS avait signé le 23 août 1939, un pacte de non-agression (appelé aussi Pacte Molotov-Ribbentrop) avec les nazis. Ce pacte mettait en exergue une renoncement au conflit des 2 pays et un partage de la Pologne en cas d’invasion de l’Allemagne. Ce qui arriva à partir du 1er septembre 1939.

        Là encore, il suffit d’ouvrir un livre d’Histoire et/ou de chercher sur le Web, mais chercher c’est fatigant !

  • Si les partis se réclamant du communisme et du bolchevisme sont quasiment morts, en dépit du score de Mélenchon, les méthodes bolcheviques sont largement adoptées par le Parti Socialiste.
    Dans cette camapgne électorale le PS ne s’est pas gêné pour faire de l’agit-prop avec les bonnes vieilles méthodes de manipulation des masses, le mensonge, la dissimulation, la démagogie, l’entrisme, l’insulte, la diffamation.
    On voit comment la dictature rose et verte , en rempl

  • Ayant posté par erreur ma réponse trop vite je voulais préciser qu’un nouveau bolchevisme de couleur rose et verte remplace le bolchevisme rouge.
    Certes il peut paraître moins « terroriste » car il respecte les apparences de la démocratie.
    Mais on voit bien déjà qu’il contrôle la société par l’intermédiaire des médias et qu’il institue une police de la pensée.
    Quant à la droite elle se révèle incapable d’offrir une riposte claire et nette dans la mesure dans la mesure où elle est pénétrée par tout ou partie de l’idéologie social-démocrate néobolchevique.

    • Bonsoirs, je vient de découvrir votre site. Je pense que beaucoup sont trop naifs a l’égard du Communisme, un petit tour sur internet, dans les Universités, sur les médias en général en oubliant pas le quadrillage par les associations, montrent que le Communisme est très loin d’être Mort. D’autant plus que la Jurisprudence Adolf Hitler ayant amplement détruite notre Civilisation (ont peut déjà considéré qu’elle est morribonde), notre société est plus que mûre pour devenir Communiste (par entrisme). La plupart des Intellectuels et des Chercheurs sont de Gauche, sans parler des journalistes, comment voulez que le Communisme sous toutes ses formes (du Ps au NPA en passant par les Verts et n’oubliant pas les « Centristes » de l’UMP), soit moribond? D’autant plus qu’ils ont un Marketing impeccable avec l’Antiracisme.

      • « D’autant plus qu’ils ont un Marketing impeccable avec l’Antiracisme. »

        …et l’écologie.
        Ils ont aussi leurs unter-meshen et leurs ennemis du peuple, tout comme au bon vieux temps. Et ça va foirer tout pareil mais après de sérieux dégâts.

  • Et puis le bolchevisme est toujours bien vivant aussi chez une bonne partie des socialistes et des verts. Cette tentation de refaire la société à l’encontre de la nature qui caractérise le projet de mariage et d’adoption pour les couples de même sexe en est une illustration. Une autre illustration, c’est leur propension à qualifier les gens qui pensent différemment d’eux de fascistes, réactionnaires ou ……..phobes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

https://www.youtube.com/watch?v=aWzlQ2N6qqg

 

Chers lecteurs, à l’heure où le dernier film Marvel, Doctor Strange : The Multiverse of Madness, cartonne au cinéma, j'aimerais vous inviter à imaginer qu’il existe quelque chose de similaire à un multiverse dans notre monde.

Dans un autre univers, sur une autre Terre, un Mélenchon et son Union de la gauche, NUPES, obtiendraient la majorité des sièges à l’Assemblée nationale. Mélenchon gagnerait enfin son Troisième tour. Qu'adviendrait-il alors, dans la France de cet univ... Poursuivre la lecture

Gimmick électoral, surenchère écolo-vertueuse pour attirer les électeurs de la France insoumise au second tour de l’élection présidentielle et faire barrage à Jean-Luc Mélenchon qui ambitionne de devenir Premier ministre de cohabitation à l’issue des législatives de juin ? À l’évidence. Après tout, c’est dans l’entre-deux tours et à Marseille, terre assez nettement mélenchonienne, qu’Emmanuel Macron a soudain repris le concept de « planification écologique » porté par le leader insoumis.

Et puis c’est tout à fait dans le style beaux di... Poursuivre la lecture

Quand il a prononcé devant quelques rares partisans son discours de Marseille, on pouvait supposer qu’Emmanuel Macron se laissait aller à une « grosse blague », comme on dit précisément à Marseille. La démesure de son propos était excusable car il devait infléchir son discours vers la gauche puisque la cité phocéenne était entièrement acquise à Mélenchon. D’ailleurs les critiques ont relevé que l’expression « planification écologique » était de Mélenchon lui-même !

Mais les choses se sont aggravées et il semblerait que le grand projet ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles