Les élites françaises sont responsables de l’absence de réformes

ENA Ecole nationale d'administration

Nous observons que notre pays est parvenu à un tel degré de dénuement politique que de toute part se fait jour un scepticisme teinté de désespérance quant à nos chances de recouvrer notre dignité. Pourquoi ?

Pourquoi la France ne mène-t-elle pas les réformes nécessaires? Les élites sont en bonne part responsables.

Par Philippe Robert.

Je comprends parfaitement le désarroi qui, depuis le début (et même depuis bien plus longtemps), s’est emparé en particulier des libéraux dont la seule et unique ambition politique réside dans un véritable redressement de la France.

Mais nous observons aussi clairement que notre pays est aujourd’hui parvenu à un tel degré de dénuement politique que, de toute part, se fait jour un scepticisme teinté de désespérance quant à nos chances de recouvrer notre dignité. Pourquoi ?

Sont-ce les Français qui, gorgés d’avantages (mal ?) acquis, ne songent plus qu’à obéir à la loi du moindre effort et, par le fait, en viennent à récuser les remises en cause qu’exigent pourtant avec insistance un monde en permanente ébullition ?

Si une telle situation ne relève pas de la seule responsabilité du peuple français, alors faut-il aussi, peut-être, en rechercher les causes premières auprès des élites qui portent la lourde responsabilité de gérer en conscience les affaires de la France.

Car si les Français se montrent si rétifs à l’idée d’un aggiornamento déchirant de leur Etat providence, c’est bien parce que lesdites élites, selon moi, se sont montrées politiquement si pusillanimes qu’elles ont fini par corrompre jusqu’à l’âme du peuple !

Si, en toute équité, les torts doivent donc être partagés, chacun ayant sa part dans la descente aux enfers que subit aujourd’hui la France, va-t-on pour autant continuer à contempler sans réagir la cinquième puissance du monde couler à pic ?

La joute à dagues tirées à laquelle se livrent aujourd’hui les deux finalistes issus du premier tour de l’élection présidentielle est complètement démente au point, d’ailleurs, d’utiliser cyniquement comme faire-valoir le malheureux peuple français !

Selon Bastiat : ce que l’on voit, ce sont de fausses promesses dont, naturellement, aucune n’est à la hauteur de l’enjeu puisque hors sujet; ce que l’on ne voit pas, c’est l’atrophie morale et intellectuelle qui affecte gravement la lucidité des deux jouteurs…