Sortie du dictionnaire du libéralisme

Le discours libéral qui faisait partie ces dernières années des thèmes majeurs de division de la classe politique a disparu des débats de la campagne présidentielle. Pourquoi ? Mathieu Laine, maître d’œuvre d’un Dictionnaire du libéralisme qui vient de paraître, donne ses explications.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Dictionnaire du libéralisme Mathieu Laine

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sortie du dictionnaire du libéralisme

Publié le 26 avril 2012
- A +

Le discours libéral qui faisait partie ces dernières années des thèmes majeurs de division de la classe politique a disparu des débats de la campagne présidentielle. Pourquoi ? Mathieu Laine, maître d’œuvre d’un Dictionnaire du libéralisme qui vient de paraître, donne ses explications.

Par Robert Jules pour La Tribune.

Le discours libéral qui faisait partie ces dernières années des thèmes majeurs de division de la classe politique a disparu des débats de la campagne présidentielle. Pourquoi ? Mathieu Laine, maître d’œuvre d’un Dictionnaire du libéralisme qui vient de paraître, donne ses explications. D’un point de vue libéral…

Est-ce un effet de la crise économique – et d’identité – que traverse l’Europe ? En tout cas, le thème du libéralisme – ultra, hyper, néo, classique… -, accusé d’être à la source de tous les maux de la France, n’est plus un sujet de polémique. La preuve, nul n’en parle dans la campagne présidentielle. « Nicolas Sarkozy a prouvé qu’il n’était pas libéral, et François Hollande, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen sont antilibéraux avec virulence. Ils sont tous étatistes », soupire Mathieu Laine.

À la tête de la société de conseil Altermind, ce jeune professeur à Sciences-Po publie cette semaine un Dictionnaire du libéralisme aux éditions Larousse. Fruit de quatre ans de travail et de la collaboration de soixante-cinq spécialistes de tous horizons, la parution de cet ouvrage de plus de 600 pages semble décalée dans la conjoncture politique. « J’ai voulu montrer que le libéralisme n’est pas la caricature que se plaisent à en faire ses détracteurs », se justifie-t-il.

Lire la suite de l’article sur le site de La Tribune. Une critique du livre par Contrepoints est à venir prochainement.

Acheter l’ouvrage en ligne (En achetant par ce lien, vous permettez à Contrepoints de vivre!)

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment peut-on être libéral ? Pour beaucoup de nos concitoyens, le libéralisme est devenu la doctrine du diable. Évidemment, quand le gouvernement français est qualifié d’ultralibéral par certains, les repères s’estompent et les esprits se troublent. On en étonnera plus d’un en affirmant que le libéralisme, lato sensu, est la chose la plus naturelle du monde. Il accorde en effet la prééminence aux accords librement conclus entre individus par rapport à la réglementation étatique. Les Romains de l’Antiquité appelaient jus le droit civil émana... Poursuivre la lecture

Vendredi, Contrepoints proposait un article intitulé « Les sanctions contre le Kremlin sont justifiées d’un point de vue libéral ».

Curieux, je me suis demandé comment ces sanctions pourraient trouver une quelconque justification libérale. Et malheureusement, je dois dire que la lecture de l’article n'a pas apporté de réponse à ma question. Bien au contraire, les arguments que j’y ai lu sont à mon avis symptomatiques d’un profond désaccord sur la nature du libéralisme. En ne s’intéressant qu’aux conséquences collectives et hypothétique... Poursuivre la lecture

Bastiat
2
Sauvegarder cet article

Par Dan Sanchez.

 

Que faudrait-il pour que la liberté redevienne "une idée dont le temps est venu" ?

Ou, comme l'a dit Leonard Read, "De quoi la philosophie de la liberté a-t-elle le plus besoin ? ».

Sa réponse était : "de plusieurs milliers de penseurs créatifs, d'écrivains, de bavards, comme Frédéric Bastiat l'a été pour la philosophie de la liberté...".

Read estimait que dix mille pourraient faire l'affaire.

"Dix mille Bastiat ?" écrit-il, sachant que c'est un défi de taille. "Eh bien, diffic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles