Djihad : La face cachée du salafisme en Tunisie

Le récent démantèlement d’un réseau terroriste en Tunisie ne cache-t-il pas la montée d’un autre, plus puissant, plus solide, mieux organisé ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
realites_nc2b01372_12-iv-2012_page_1

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Djihad : La face cachée du salafisme en Tunisie

Publié le 15 avril 2012
- A +

Le démantèlement d’un « réseau » composé de trois djihadistes n’est-il pas l’arbre qui cache la forêt ? En tout cas, un autre réseau salafiste djihadiste, plus solide, plus consistant et plus inquiétant agit en toute impunité.

Article publié dans le magazine Réalités – N° 1372 du 12 avril 2012, disponible aussi en ligne sur  le blog d’Habib Sayah .

Alors que Ben Ali se présentait comme le seul rempart efficace contre le terrorisme en Tunisie, avec l’annonce, le 14 février 2012, du démantèlement d’un réseau lié à Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) composé de trois personnes, le Ministre de l’Intérieur Ali Laarayedh entendait démontrer le contraire en persuadant le monde que la lutte contre le terrorisme n’est pas l’apanage des despotes prétendument éclairés qui gouvernaient le monde arabe, mais que c’est aussi l’affaire des dirigeants islamistes. On peut toutefois se demander si l’arrestation de trois djihadistes n’est pas qu’un coup d’épée dans l’eau, destiné à rassurer le public sur la capacité du gouvernement islamiste à maintenir la sécurité, et à se montrer à la hauteur des attentes des partenaires occidentaux.

Le démantèlement d’un « réseau » composé de trois djihadistes n’est-il pas l’arbre qui cache la forêt ? En tout cas, un autre réseau salafiste djihadiste, encore anonyme pour le grand public, plus solide, plus consistant et plus inquiétant agit en toute impunité. Ses actions, qui agitent régulièrement la société tunisienne depuis un an, sont souvent attribuées à tort au parti non autorisé Hizb ut-Tahrir, qui appartient en réalité à la mouvance du salafisme « politique », qui prône l’islamisation de la société par la voie de la persuasion.

… lire la suite de l’article sur le blog d’Habib Sayah. 


Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
Badshahi Mosque Islam
3
Sauvegarder cet article

Cet article est le troisième d’une série consacrée aux origines, à l’histoire et à la géopolitique actuelle de l’Islam, le « I » majuscule du mot « Islam » indiquant qu’il est question du monde musulman et non de la religion, qui s’écrit avec un « i » minuscule.

Le premier traitait des interrogations sur l’origine de l’islam, le second de l’histoire du monde musulman jusqu’au XXe siècle, et c’est en nous appuyant sur ces deux articles que nous allons aborder dans ce troisième article la situation géopolitique de l’Islam contemporain.Poursuivre la lecture

Badshahi Mosque Islam
4
Sauvegarder cet article

Poursuite de mon dossier consacré à l’Islam, avec un I majuscule c’est-à-dire le monde ou la civilisation musulmane et non pas seulement la religion qui s’écrit « islam » avec un i minuscule, avec la deuxième partie historique, des origines au courant du XXe siècle.

 

Pourquoi ce dossier ?

L’islam est une religion pratiquée par un peu moins d’un quart des habitants de la planète. C’est donc une réalité importante. Or elle est mal connue, même par les musulmans. Et cette méconnaissance tourne bien souvent à l’hostilité récip... Poursuivre la lecture

Par Anie Montigny.

Si le Qatar se trouve au cœur de toutes les attentions ces dernières semaines, son histoire et la structure de sa société demeurent mal connues. La cause ? Une transmission orale qui s’estompe et des archives militaires britanniques qui ne livrent que des faits de piraterie, de guerres tribales, de pêcheurs de perles et d’effets de la réforme religieuse wahhabite. En outre, les lacunes et les biais systématiques des données ne permettent pas d’estimer la profondeur historique de ce pays au-delà de deux... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles