Djihad : La face cachée du salafisme en Tunisie

Le récent démantèlement d’un réseau terroriste en Tunisie ne cache-t-il pas la montée d’un autre, plus puissant, plus solide, mieux organisé ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
realites_nc2b01372_12-iv-2012_page_1

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Djihad : La face cachée du salafisme en Tunisie

Publié le 15 avril 2012
- A +

Le démantèlement d’un « réseau » composé de trois djihadistes n’est-il pas l’arbre qui cache la forêt ? En tout cas, un autre réseau salafiste djihadiste, plus solide, plus consistant et plus inquiétant agit en toute impunité.

Article publié dans le magazine Réalités – N° 1372 du 12 avril 2012, disponible aussi en ligne sur  le blog d’Habib Sayah .

Alors que Ben Ali se présentait comme le seul rempart efficace contre le terrorisme en Tunisie, avec l’annonce, le 14 février 2012, du démantèlement d’un réseau lié à Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) composé de trois personnes, le Ministre de l’Intérieur Ali Laarayedh entendait démontrer le contraire en persuadant le monde que la lutte contre le terrorisme n’est pas l’apanage des despotes prétendument éclairés qui gouvernaient le monde arabe, mais que c’est aussi l’affaire des dirigeants islamistes. On peut toutefois se demander si l’arrestation de trois djihadistes n’est pas qu’un coup d’épée dans l’eau, destiné à rassurer le public sur la capacité du gouvernement islamiste à maintenir la sécurité, et à se montrer à la hauteur des attentes des partenaires occidentaux.

Le démantèlement d’un « réseau » composé de trois djihadistes n’est-il pas l’arbre qui cache la forêt ? En tout cas, un autre réseau salafiste djihadiste, encore anonyme pour le grand public, plus solide, plus consistant et plus inquiétant agit en toute impunité. Ses actions, qui agitent régulièrement la société tunisienne depuis un an, sont souvent attribuées à tort au parti non autorisé Hizb ut-Tahrir, qui appartient en réalité à la mouvance du salafisme « politique », qui prône l’islamisation de la société par la voie de la persuasion.

… lire la suite de l’article sur le blog d’Habib Sayah. 


Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

Par Dora Triki, Alfredo Valentino, and Anna Dimitrova.

Bien que le nombre de décès dus au terrorisme ait diminué de 14 % en 2021, le nombre d’attentats terroristes dans les pays de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (MENA) reste élevé, et en conséquence, le terrorisme demeure une menace importante dans ces pays. Encore récemment, un attentat revendiqué des forces rebelles Houthis du Yémen a eu lieu à quelques kilomètres du site du Grand Prix de Formule 1 d’Arabie saoudite, qui réunissait fin mars l’élite du sport automobile inte... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Durant mon enfance, dans les années 1980, il était coutume d’entendre nos maîtres d’école attirer notre attention sur la menace que constituait l'URSS pour la France. L'importance de l’espace soviétique révélée sur les planisphères politiques de l'Europe accrochés aux murs des classes, accentuait chez nous cette impression de danger existentiel.

Notre compréhension enfantine du monde nous interdisait de le savoir, mais nous étions alors en pleine crise des euromissiles. C'était le temps révolu de la Guerre froide, dont nul n’envisageai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles