Morale et fiscalité : pourquoi le parti socialiste se réclame-t-il de la morale ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 990.jpg morale

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Morale et fiscalité : pourquoi le parti socialiste se réclame-t-il de la morale ?

Publié le 12 avril 2012
- A +

Rien n’a jamais été aussi clair en cette période de déficits publics records : laissez faire la société civile, laissez là vivre, elle n’a pas besoin d’intermédiaires, elle peut être solidaire sans avoir besoin d’usines à gaz fiscales.

Par Lucien Oulahbib.

Ainsi il faut punir les méchants (Grands) qui s’exilent parce qu’ils ne veulent pas que sur 100% il ne leur reste que 15% (le fameux nouveau faux plafond hollandéen des 85%) ou qui gagnent plus d’un million d’euros par an sans augmenter leurs gens (salariés), il leur faut l’impôt en glissement très progressif du désir de se faire plumer avec le sourire Buffett, et tout cela pour plus de « services publics », etc ; alors que le « privé », la société civile en fait, le peuple au fond, peut s’occuper de cela, ses propres affaires en réalité, sans avoir besoin d’un État non pas nounou cette fois mais redresseur de torses : pourquoi faire d’ailleurs si l’instruction, la santé, l’innovation, etc. peuvent être mieux animées et moins chers ? L’État régulateur oui, intermédiaire non. Du moins une régulation indépendante. Quant à inciter à l’augmentation des revenus du travail, il suffirait de pousser les salariés à devenir eux aussi actionnaires afin d’avoir un mot à dire sur les hauts revenus de leurs dirigeants. Point besoin que l’État ne s’en mêle en tapant sur les doigts des « riches » tout en s’en mettant dans les poches. Racisme anti « riches » alors que trop d’impôt tue l’impôt. Il tue aussi la croissance : pourquoi travailler plus si l’argent s’en va dans les puits sans fond de structures à bout de souffle (le fret ferroviaire par exemple). Il vaut mieux créer des situations de croissance que de l’assistanat.

Il est au fond très étonnant que le PS parle de morale alors qu’il s’en moque (à bas l' »ordre moral » disent tout le temps ses intellos), tout en faisant en sorte de promouvoir « les » morales, y compris les plus fermées.

En fait rien n’a jamais été aussi clair en cette période de déficits publics records : laissez faire la société civile, laissez là vivre, elle n’a pas besoin d’intermédiaires, elle peut être solidaire (par exemple les Resto du Coeur, les Fondations) sans avoir besoin d’usines à gaz fiscales qui veulent punir celles et ceux qui réussissent, tout en croyant mieux faire qu’eux alors que rien n’est moins sûr, surtout lorsque la société civile se dote de contre pouvoirs suffisamment forts.

Ce sont ces thèmes que l’on aurait aimé voir aborder dans une campagne de plus en plus ennuyeuse, elle s’enlise même, attendant le verdict d’un peuple préférant peut-être l’assistanat, réfugié dans la consommation méthadone.


Taxer les riches ? Ce qu’en dit Contrepoints !

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • très belle leçon de la part d’un fonctionaire protégé du secteur public.excuse moi ,mais j’ai raremement vu un texte aussi creux!libérer les énergies ,tous les politiques sont d’accord avec le succès que l’on constate depuis 1970

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pascal Salin.

Parmi les quatre thèmes proposés par Emmanuel Macron pour le Grand débat national nous voudrions évoquer un certain nombre de problèmes qui nous paraissent particulièrement importants et qui se trouvent concerner les deux premiers thèmes (fiscalité et organisation de l'État).

Le débat sur la fiscalité est à l'ordre du jour et l'on peut d'ailleurs considérer comme positif qu'il y ait une prise de conscience des excès de la fiscalité française et de ses effets destructeurs. Comme on le sait bien, la France bat – ... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure.

Les libéraux n’ont jamais été vraiment écoutés en France. Aujourd’hui, avec la crise de la Covid-19, ils sont inaudibles et certains s’en réjouissent.

Nous sommes entrés, nous dit-on avec délice, dans « un moment keynésien », comme s’il s’agissait d’une nouveauté alors que ce moment dure depuis six décennies. On fête aussi déjà la fin du libéralisme, comme si nous laissions derrière nous une longue et calamiteuse période d’un État modeste et régalien.

Mais c’est l’étatisme qui règne en France, pas le lib... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

La flat tax s'invite à l'occasion des débats pour la présidentielle 2022 et plus particulièrement chez Éric Ciotti.

Cet impôt à taux fixe modéré qui s’applique à tous est le gage d’une incontestable efficacité.

Pour ceux qui l’ignoreraient, il s'agit d'un impôt à taux unique, voire à deux taux, qui remplacerait l’impôt sur l'ensemble des revenus (travail et autres sources) devenu lourd à gérer et trop souvent l’objet de contournements.

La flat tax éviterait également de nombreuses fraudes ou mon... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles