Après le 6 mai, on a toute raison d’être inquiet !

Pas besoin de craindre les chars soviétiques comme en 1981 pour être très inquiet de ce qui se passera après le 6 mai 2012, quelque soit le gagnant.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après le 6 mai, on a toute raison d’être inquiet !

Publié le 9 avril 2012
- A +

Pas besoin de craindre les chars soviétiques comme en 1981 pour être très inquiet de ce qui se passera après le 6 mai 2012, quelque soit le gagnant.

Par Philippe Robert.

Je suis littéralement saisi d’effroi dès lors que je m’aventure à imaginer l’après 7 mai 2012. Mille signes de ce qui attend les Français au lendemain de cette date fatale parcourent en tous sens les moindres recoins de l’Hexagone.

En effet, la confusion mentale à l’origine du désordre généralisé, moral, politique, économique, social et plus encore qui s’est emparé de notre pays en voie avancée d’égarement me fait redouter le pire à brève échéance.

Car à constater la déficience intellectuelle affirmée des candidats actuellement en lice, tout spécialement dans le domaine fondamental de l’économie, je me demande sincèrement si la France est encore capable de sursaut.

La société civile est sûrement consciente du drame qui se noue meetings après meetings lesquels, d’ailleurs, ne sont rien d’autre que des cache-sexe destinés à dissimuler l’impuissance des prétendants à maîtriser l’avenir.

Mais je sais aussi que, parfois, lorsque le pays se trouve comme aujourd’hui tout près de sombrer, il peut advenir qu’un homme ou une femme d’exception peuvent tout à coup jaillir de l’ombre et susciter le sursaut libérateur :

“Voici l’État bafoué, la Nation défiée, notre puissance ébranlée, notre prestige international abaissé (…) et par qui ? Hélas ! Hélas ! par des hommes dont c’était le devoir, l’honneur, la raison d’être, de servir et d’obéir”.

À moins d’un mois du premier tour de l’élection présidentielle, je ne vois guère se dessiner quelque miracle de dernière heure susceptible, par sa seule survenance, de nous épargner les derniers outrages. Oui. Hélas ! Hélas !…


Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Qu’apporte cet article ?

  • Dans le cas précis, citer De Gaulle ne me gène pas mais la plupart du temps ça m’exaspère. Il est mort y a plus de 40 ans !
    Tous ces guignols qui se disent gaullistes me fatiguent.
    Quelle serait votre réaction si je vous disais que je suis Napoléonien ?
    Regardons devant et pas derrière.
    L’arrogance française d’une grandeur passée exaspère tout le monde, surtout vu de l’étranger.

    • La France serait plus admirée si elle prenait en main son avenir plutôt que de se gargariser de son passé…
      Mais cela n’arrivera pas, et on s’enfoncera encore un peu plus dans la médiocrité tout en glorifiant les morts.

    • Surtout que DeGaulle a fait quelques erreurs essentielles que nous payons cash aujourd’hui.

  • J’interviens parce que j’ai le sentiment de ne m’être pas exprimé correctement.
    C’est précisément parce que je me projette dans l’avenir que l’après 7 mai m’apparaît des plus sombres, justement, pour le futur immédiat de la France.
    Par ailleurs, si je cite le Général De Gaulle, ce n’est nullement par nostalgie du passé mais bien plutôt parce que j’ai cru trouver, dans cette citation, un bon exemple de la situation dans laquelle nos « élites » actuelles nous ont plongés et rien d’autre.
    Les Français me semblent devoir boire une coupe amère jusqu’à la lie et j’en suis absolument navré : car leur responsabilité dans cette triste affaire n’est pas aussi grande que celle des candidats qui briguent la présidence en racontant une fois de plus des histoires à dormir debout au peuple !

    • Vous vous trompez Monsieur, ce ne sont pas nos élites le (seul) problème. Trop facile, vous êtes comme les autres : la faute aux autres, la faute à ceux qui nous gouvernent.
      C’est le peuple.C’est lui qui demande du rêve, de l’évasion, qui exige la facilité.
      Le Grand Homme nous l’avons c’est Sarkozy !
      Sarkozy est un très grand Chef d’État qui fait ce qu’il peut avec ce qu’il a. Je n’ose imaginer là où nous en serions aujourd’hui après 5 ans de socialisme avec ce que nous avons traversé. AUjourd’hui nous sommes toujours là.
      Sarkozy aux États Unis aurait redynamisé l’Occident. Mais il est en France, vieux pays égoïste ou chacun à son explication égoïste aux problèmes collectifs.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
plan de relance france
0
Sauvegarder cet article

Par h16.

Aujourd'hui, soyons fous. N'ayons peur de rien, soufflons bien fort dans le appeau à trolls et imaginons que nous ayons toute latitude pour tenter de résorber la crise actuelle, ou, au moins, d'en atténuer au maximum les effets. Quelles pourraient être les mesures les plus efficaces pour relancer l'activité économique du pays et y créer des emplois ?

On pourrait pour commencer imprimer plusieurs centaines de milliards de billets de 100 euros et les distribuer aux pauvres, directement. Cela n'enrichirait pas tellement le... Poursuivre la lecture

Obama a de nouveau créé la polémique quand il a considéré que "Si vous dirigez une affaire, vous ne l'avez pas créée de vous-même. Quelqu'un d'autre a rendu cela possible." Peu étonnant que ces propos aient suscité l’émoi, ce fut une attaque contre l'un des crédos fondateurs des USA.

Par l'auteur du site Bobo Libéral

Obama a de nouveau créé la polémique quand il a considéré que " si vous dirigez une affaire, vous ne l'avez pas créée de vous-même. Quelqu'un d'autre a rendu cela possible". Peu étonnant que ces propos aient susci... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Ici nous présentons la cartographie électorale à partir des dernières élections (présidentielles et législatives). Cette carte de la France de gauche et de la France de droite, c’est la carte de la France protégée et de la France ouverte.

Par Jean-Baptise Noé. La géographie électorale des dernières élections (présidentielles et législatives) permet de dessiner le visage de la France de droite et de la France de gauche. A majoritairement voté à droite la France de l’Est et du Sud-est - avec une bande continue de la Bourgogne à la Savo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles