Los Angeles, ville poubelle ?

Les syndicats défendent ils autre chose que leurs intérêts propres? Un exemple avec le ramassage des poubelles à Los Angeles aux États-Unis.

Les syndicats défendent-ils autre chose que leurs intérêts propres ? Un exemple avec le ramassage des poubelles à Los Angeles aux États-Unis.

Par Pierre-Yves Saint-Onge, depuis Montréal, Québec.

La ville de Los Angeles est déterminée à éliminer de 50 à 60 entreprises pour le bien de la communauté. Et comme par hasard, le bien de la communauté bénéficie principalement aux syndicats.

Depuis trois ans, la municipalité de Los Angeles, avec un sérieux appui des syndicats, a travaillé sur une proposition qui découperait la ville en 11 zones franchisées. Une fois cela accompli, elle assignerait un monopole à une compagnie de ramassage de déchets pour tous les commerces de cette zone. Présentement, il y a plus d’une cinquantaine d’entreprises qui ramassent les poubelles non-résidentielles dans la ville. La proposition de zones franchisées forcerait la plupart de fermer leurs portes. Il leur sera légalement interdit de vendre leurs services à l’intérieur de la ville de Los Angeles. Cette mesure n’affecterait pas le ramassage résidentiel.

Un groupe de syndicats appelé le Los Angeles Alliance for a New Economy pousse fortement pour ce plan. Le LAANE dit que la compétition est trop féroce (ce qui veut dire, si on lit entre les lignes, que ces petits fournisseurs ne sont pas syndiqués), alors ils veulent mettre les 11 grands éboueurs syndiqués en charge de ramasser les déchets de toutes les entreprises à Los Angeles.


Sur le web