Los Angeles, ville poubelle ?

Les syndicats défendent ils autre chose que leurs intérêts propres? Un exemple avec le ramassage des poubelles à Los Angeles aux États-Unis.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Los Angeles, ville poubelle ?

Publié le 16 mars 2012
- A +

Les syndicats défendent-ils autre chose que leurs intérêts propres ? Un exemple avec le ramassage des poubelles à Los Angeles aux États-Unis.

Par Pierre-Yves Saint-Onge, depuis Montréal, Québec.

La ville de Los Angeles est déterminée à éliminer de 50 à 60 entreprises pour le bien de la communauté. Et comme par hasard, le bien de la communauté bénéficie principalement aux syndicats.

Depuis trois ans, la municipalité de Los Angeles, avec un sérieux appui des syndicats, a travaillé sur une proposition qui découperait la ville en 11 zones franchisées. Une fois cela accompli, elle assignerait un monopole à une compagnie de ramassage de déchets pour tous les commerces de cette zone. Présentement, il y a plus d’une cinquantaine d’entreprises qui ramassent les poubelles non-résidentielles dans la ville. La proposition de zones franchisées forcerait la plupart de fermer leurs portes. Il leur sera légalement interdit de vendre leurs services à l’intérieur de la ville de Los Angeles. Cette mesure n’affecterait pas le ramassage résidentiel.

Un groupe de syndicats appelé le Los Angeles Alliance for a New Economy pousse fortement pour ce plan. Le LAANE dit que la compétition est trop féroce (ce qui veut dire, si on lit entre les lignes, que ces petits fournisseurs ne sont pas syndiqués), alors ils veulent mettre les 11 grands éboueurs syndiqués en charge de ramasser les déchets de toutes les entreprises à Los Angeles.


Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
réforme syndicats
0
Sauvegarder cet article

En pleine crise sanitaire et économique, après une année 2020 terrible dont les conséquences sur l’emploi se profilent dans les prochains mois, une mobilisation de tous les Français est indispensable… Pendant ce temps-là, la CGT lance plusieurs préavis de grève.

 

Un syndicalisme politisé

Il y a longtemps que le syndicalisme français n’a plus comme priorité la défense des intérêts des salariés mais celle de sa propre organisation.

Si ce n’est pas encore devenu un parti politique le Syndicat français, dans sa grande m... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques.

C’est la loi du 11 février 1994, dite Loi Madelin, qui a permis aux travailleurs non-salariés non agricoles (TNS) de bénéficier de compléments de pensions de retraite par capitalisation.

C’était la loi du 25 mars 1997, dite Loi Thomas, qui proposait de créer les plans d’épargne retraite.

C’est aussi la loi du 21 août 2003, dite Loi Fillon, qui a instauré le Plan d’épargne retraite populaire (PERP), le Plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) ou l’Etablissement de retraite additionnelle de la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles