Cuba : les uns oui, les autres non…

Bienvenue à Cuba, au royaume du « deux poids, deux mesures ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 787 Cuba

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cuba : les uns oui, les autres non…

Publié le 28 février 2012
- A +

Un soir à La Havane, coup d’œil sur le journal télévisé. Bienvenue à Cuba, au royaume du « deux poids, deux mesures ».

Par Yoani Sánchez, de La Havane (Cuba).

J’ai allumé la télé dans un de ces accès de crédulité qui de temps en temps m’assaillent. Je voulais entendre le journal du soir, avoir quelques nouvelles, me rapprocher de la réalité syrienne si proche et si lointaine. Mais ici, les informations ne se mesurent pas à l’importance qu’elles ont pour le reste du monde… donc patience, encore patience. Nous avons d’abord eu droit à un reportage sur la récolte agricole, dont nous n’avons pas perçu la progression dans nos assiettes ; une chronique sur la croissance des haricots, des bananes ou des litres de lait qui continuent à jouer à cache-cache avec nos bouches. J’ai supporté. Je n’allais pas décoller les yeux de l’écran avant d’entendre ce qu’ils allaient dire sur les morts de Homs, les déclarations de la Ligue Arabe et la mort de deux journalistes des suites d’un bombardement.

Les minutes passent, désinformation et angoisse. Tout à coup je vois une photo sur laquelle apparait la blogueuse Myriam Celaya accompagnée d’autres connaissances, affublées des épithètes de « mercenaires » et de « traitres ». L’objet était leur participation à un atelier sur la presse numérique organisé dans la résidence d’un fonctionnaire du Bureau des Intérêts des États-Unis. À l’extérieur, un groupe de paparazzis officiels photographiaient fiévreusement l’événement pour le raconter ensuite à leur manière à la télévision nationale.

Raul Castro et les sénateurs nord-americains. Miriam Celaya et les fonctionnaires du même pays. Images Internet

Chaque fois qu’il se passe quelque chose de ce genre, je me demande pourquoi le gouvernement cubain maintient ouverte une représentation des USA sur l’île si, comme ils le disent, celle-ci est devenue un « nid de provocation ». La réponse est contenue dans la question : ils ne pourraient pas gouverner sans mettre sur le dos de l’autre, la désapprobation croissante. Si, de plus, les milliers de personnes qui, chaque semaine, font la queue à l’extérieur de cette représentation diplomatique pour émigrer, sentaient qu’il n’existait aucune issue à leur frustration, celle-ci se déverserait dans nos rues et sur nos places. Au total le Ministère des Relations Extérieures souffre visiblement d’un conflit évitement/rapprochement, amour/haine, éloigne-toi/j’ai besoin de toi.

J’aimerais bien savoir ce qui se passe pour les citoyens américains qui visitent le bureau cubain équivalent sur le sol du voisin du Nord. Voit-on également leurs visages dans les journaux accompagnés d’insultes ? La diplomatie, contrairement à ce que beaucoup croient ne se fait pas au niveau des gouvernements, ni dans les palais présidentiels, mais de personne à personne. Pour cela, chaque cubain doit avoir le droit souverain de visiter de la même façon l’ambassade d’Iran ou celle d’Israël, celle de Bolivie ou celle du Chili, celle de Russie ou celle d’Allemagne. Non seulement ces contacts ne doivent pas constituer un délit au code pénal mais ils doivent être permis et encouragés. Il devrait revenir au gouvernement de protéger ces échanges et non de les dynamiter.

Encore plus surprenant, j’ai vu l’autre jour au même journal ennuyeux, des images de Raoul Castro s’entretenant avec deux importants sénateurs américains. Mais dans ce cas on ne le présentait pas comme « traitre à la patrie » ou « ver de terre » mais comme le Premier Secrétaire du Parti Communiste. Je sais que beaucoup vont tenter de m’expliquer que « lui le peut puisqu’il est gouvernant ». Ce à quoi, permettez-moi de répondre en vous rappelant que le président d’une nation est seulement un serviteur public, qui ne peut pas se lancer dans des actes interdits ou diabolisés chez ses compatriotes. Si lui a le droit de le faire pourquoi Miriam Celaya ne l’aurait-elle pas ? Pourquoi n’invitent-ils pas cette femme, née cette même année 1959 – anthropologue et magnifique journaliste citoyenne – dans l’espace de quelque lieu public, pour qu’elle raconte son expérience dans l’utilisation de la presse numérique et ne doive pas se contenter du local offert par les « autres » ? Pourquoi n’osent-ils pas lui accorder une minute, même à la plus mauvaise heure du petit matin pour parler de la télévision officielle qui la censure et la stigmatise ?

Le plus triste est que la réponse à toutes ces questions n’apparaisse jamais ni dans le journal de 13 heures, ni dans celui du matin, ni dans celui de vingt heures, ni dans celui…

—-
Sur le web

Traduction : Jean-Claude Marouby.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Ce qui est aussi triste, c’est qu’il se trouvera aussi des Américains pour conspuer Miriam Celaya, de la même façon et pour les mêmes raisons artificielles et insoutenables que l’establishment cubain.

  • Chère Mercenaire,

    Que je sache, ni l’Allemagne, ni la Bolivie, ni le Chili, ni la Russie, … , n’impose un BLOCUS contre Cuba, c’est pourquoi se réunir avec les fonctionnaires de ces pays n’est pas (encore) un acte de traitrise.

    Au fait, peut-on savoir pourquoi, après avoir vécu deux ans en Suisse tu es retournée volontairement à Cuba ? Pour y conspirer peut-être ? On se demande.

    P.S.: vouloir se rapprocher de la réalité syrienne en regardant la télévison, même cubaine, est une illusion. Oublie !

  • Il n’y a pas de blocus contre Cuba, la seule limitation est que les entreprises américaines ne peuvent pas (théoriquement) commercer avec Cuba. Pour tous les autres Pays il n’ y a aucune limitation.

  • De plus si blocus y’avait cela se saurait. Pendant que le peuple manque de tout et que les j.Ziegler accusent le blocus US d’en être responsable. L’île reste truffé de clubs de vacances et des hôtels pour touriste qui regorgent de tout pour satisfaire leur clientèle. Si il y avait vraiment un blocus; il ne serait vraiment pas efficace.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des actrices et des chanteuses françaises, en signe de solidarité avec la révolte des femmes en Iran, se coupent les cheveux.

Femme, Vie, Liberté. Merci. #Iran #MahsaAmini pic.twitter.com/6yUlBTC8Rk

— Farid Vahid (@FaridVahiid) October 5, 2022

La classe politique n’est pas en reste. En coopération avec l’Union européenne, la diplomatie française veut sanctionner les responsables de la répression sanglante qui traverse l’Iran depuis maintenant plus de deux semaines. On parle d’au moins 92 perso... Poursuivre la lecture

Une doctorante dans le domaine des STEM (siences dures) de l'une des meilleures universités du monde m'a dit un jour :

"Je pense que tout le monde a raison."

Lorsque j'ai essayé d'argumenter que les faits et la vérité existent et que sa déclaration défie la définition de juste, elle m'a répondu : "nous pensons différemment, et c'est bien ainsi".

Une institution renommée ressemblait soudain à un jardin d'enfants.

Aujourd'hui, j'aime commencer un cours de philosophie en demandant aux étudiants s'ils peuvent dire que ... Poursuivre la lecture

Par Emma Camp.

Mercredi, la Foundation for Individual Rights and Expression (FIRE) a publié son classement annuel des universités en matière de liberté d'expression. Ce classement est issu d'une enquête menée auprès de près de 45 000 collégiens dans plus de 200 universités aux États-Unis. L'enquête est menée depuis 2020 et permet de recueillir un large éventail d'informations sur le climat politique du campus dans un éventail d'universités.

Reason Sean Stevens, chercheur principal de FIRE explique :

"Les écoles dont l'adm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles