Comment la Grèce peut faire s’effondrer Wall Street

Si la Grèce fait défaut mais personne ne peut anticiper l’ampleur de la catastrophe financière en chaîne qu’engendrera le déclenchement des CDS

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
traders

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment la Grèce peut faire s’effondrer Wall Street

Publié le 23 février 2012
- A +

Si la Grèce fait défaut, personne ne peut anticiper l’ampleur de la catastrophe financière en chaîne qu’engendrera le déclenchement des CDS.

Par Fabrice Drouin Ristori.

Le nouveau plan de renflouement Grec voté avant-hier a été annoncé comme un succès.

Il ne permet qu’une seule chose : aider les politiques (n’oublions pas que nous sommes dans une année électorale pour de nombreux pays) à gagner du temps avant un défaut total de la Grèce, sauver encore quelques temps le projet technocrate « Européen » et prévenir (pour le moment) toute sortie d’autres pays de la zone Euro.

Mais le véritable danger que représente un défaut de la Grèce est le déclenchement des CDS (Credit Default Swap), ces fameux « paris » permettant de s’assurer contre le défaut de remboursement d’un État sur sa dette.

La taille du marché des CDS est estimée à 32 Trilliards de dollars. 95% de l’exposition des banques à ce marché des dérivés de crédit est détenue par 5 banques : JP Morgan Chase, Citigroup, Bank of America, HSBC et Goldman Sachs.

Le marché des dérivés de crédit n’est pas régulé, il n’y a pas d’obligation pour les vendeurs de CDS de détenir en réserve le montant nécessaire au paiement de ces contrats en cas de déclenchement.

Ces CDS ont été émis majoritairement par des banques américaines qui ne pourront faire face au paiement de ces « paris ».

Ce danger est accentué par un effet de levier tel, on parle de 40 sur ce marché des « dérivés » de crédit, qu’un simple défaut de la Grèce pourrait donc avoir des conséquences catastrophiques et faire imploser un système financier mondial interconnecté.

Les CDS sur la Grèce représentent une bombe à retardement financière.

Jusqu’à maintenant l’organisme de régulation du marché des dérivés de crédit (qui décide si les CDS doivent être payés), la International Swaps and Derivatives Association (ISDA) a qualifié le défaut Grec de « volontaire », garantissant l’explosion en vol de MF Global qui avait massivement souscrit à ces CDS grecs et s’attendait logiquement à toucher les bénéfices de ces paris lorsque la Grèce a annoncé un défaut sur sa dette de l’ordre de 50%. L’ISDA en a décidé autrement…

Ce tour de magie de l’ISDA, semble révéler que les grandes banques US vendeuses de CDS ne sont pas prêtes à faire face à un paiement de ces assurances. L’organisme de régulation des CDS est majoritairement contrôlé par les grandes banques internationales, ce qui peut certainement expliquer pourquoi le défaut grec a été qualifié de « volontaire » jusqu’à maintenant.

Les choses risquent de se compliquer pour les institutions financières si les élections d’avril en Grèce amènent au pouvoir un parti politique décidant d’un défaut total sur la dette, car les CDS seront dus… Que va décider l’ISDA ?

Nous serons fixés en Mars, si le gouvernement grec actuel décidait d’un défaut total devant le chaos social généré par l’application des mesures d’austérité, ou en Avril après les élections en Grèce. La Grèce est un pays relativement petit dans l’économie mondiale, mais l’effet de levier dans le secteur financier est tel que sa faillite peut avoir des conséquences systémiques.

La situation en Grèce n’a pas d’issue, on ne soigne pas un malade en lui administrant des doses énormes de morphine (augmentation de la dette) tout en lui demandant de faire un régime radical à base de cailloux (mesures d’austérités).

Elle est prise dans un étau, entre l’obligation de rembourser une dette colossale et l’incapacité de la rembourser car aucune croissance ne peut s’amorcer dans un contexte d’application de mesures d’austérité aussi radicales, donc aucune rentrée fiscale ne permet le remboursement de la dette.

La Grèce fera défaut mais personne ne peut anticiper l’ampleur de la catastrophe financière en chaîne qu’engendrera le déclenchement des CDS : Faillites bancaires ? Nationalisations ? Nouveaux plans de renflouement (dette supplémentaire, monétisation) ? Certainement.

La Grèce doit pour s’en sortir suivre l’exemple de l’Argentine d’il y a quelques années, en faisant défaut sur sa dette, mais avec les conséquences que je viens d’expliquer quant à l’explosion du marché des dérivés de crédit.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « 95% de l’exposition des banques à ce marché des dérivés de crédit est détenue par 5 banques : JP Morgan Chase, Citigroup, Bank of America, HSBC et Goldman Sachs. »
    L’exposition brute ne dit malheureusement pas grand chose sur le risque encouru. La question est de savoir quelles institutions sont des émetteurs nets de CDS et si elles font courir un risque systémique en cas de faillite.

    • ——
      Les choses risquent de se compliquer pour les institutions financières si les élections d’avril en Grèce amènent au pouvoir un parti politique décidant d’un défaut total sur la dette, car les CDS seront dus…
      ———
      1 C’est prêter beaucoup de pouvoir aux politiques que de décider à la place de la réalité!

      2 Ce n’est pas parce que les COS seront dûs que les choses se compliquent, mais parce que la réalité est têtue.
      ——–
      La situation en Grèce n’a pas d’issue, on ne soigne pas un malade en lui administrant des doses énormes de morphine (augmentation de la dette)
      ——–
      J’invite l’auteur à relire ‘L’Ours et l’Amateur des jardins » de La Fontaine où est très bien décrite la situation grecque actuelle.

      Il y apprendra que, au delà de la morphine qu’on veut injecter à la Grèce pour l’endormir, mais que quand la première phase est réalisée, on veut aussi tuer à coups de pavé, la mouche qui, tournant autour du nez de l’endormi (et non du malade), est censée l’importuner encore.

  • Je suis bien sur Contrepoints ? En quoi l’Argentine est un exemple ? Les Argentins ont tout perdu.
    Les Kirchner ont continué de faire marcher la planche à billet à plein régime, avec une inflation à 25% l’an dernier, les commerçants doivent changer leurs prix quotidiennement: http://www.bloomberg.com/news/2011-03-29/no-one-cries-for-argentina-embracing-25-inflation-as-fernandez-leads-boom.html

    Et c’est sur Contrepoints qu’on dit que l’Argentine est un ‘exemple’?

  • Je n’arrive pas à croire que les banques n’aient pas pensé à une façon de ne pas faire faillite. Les PIGS ça fait quand même des années qu’on en parle.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Vincent Collignon.

Une dépêche du 27 septembre de l’agence Reuters, retransmise par l’AGEFI (Agence économique et financière), nous informe

que le secteur bancaire européen est surdimensionné et pourrait avoir besoin d’une cure d’amaigrissement, probablement à travers des fusions ou des fermetures.

Des signes annonciateurs

Ces propos ont été tenus par madame Danièle Nouy, qui n’est autre que la responsable de la supervision bancaire au sein de la Banque centrale européenne. Et d’ajouter :

Au final, il semblerai... Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

« Grèce : le gel d’une mine d’or adresse un mauvais signal », titre Le Figaro.

Quoi ? La Grèce ! Pourtant, on nous disait que tout allait tellement mieux…

Le pays a pu s’endetter en fanfare sur les marchés financiers cet été, consécration nous dit-on de cette bonne santé économique. Hé oui, à l’ère du « créditisme » un pays qui va bien est un pays qui peut s’endetter à moindres frais.

« ‘Un succès absolu’, ‘une réussite totale’, ‘des bases solides’. Le gouvernement grec ne manquait pas, m... Poursuivre la lecture

faillite de la Grèce
0
Sauvegarder cet article

Par Louis Rouanet.

Dans la première partie, nous avons vu la période 1981-2009 durant laquelle l’économie se délabrait. Aujourd’hui nous allons revisiter la période faste qui vit la disparition de la drachme et l’instauration de l’euro.

La Grèce : la grande gagnante de l’euro, 2002 – 2009

La création monétaire n’est pas neutre, elle implique une modification de la distribution des revenus et du patrimoine.

C’est au début du 18ème siècle que l’économiste franco-irlandais Richard Cantillon remarqua que les premiers à recevo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles