Vive la liberté d’expression !

Au-delà de la polémique Vanneste, on propose ici une typologie du libéralisme qui aide à délimiter jusqu’où peut aller la liberté d’expression.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
gay-lib-vanneste-big1

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Vive la liberté d’expression !

Publié le 21 février 2012
- A +

Au-delà de la polémique Vanneste, on propose ici une typologie du libéralisme qui aide à délimiter jusqu’où peut aller la liberté d’expression.

Par Marc Crapez.

Ça n’est pas la peine d’entrer dans la polémique. Sur le fond, il n’aurait pas dit d’inexactitude historique. Sur la forme, c’était calamiteux. Et il n’en était pas à son coup d’essai. On comprend que l’UMP veuille l’exclure. Cette histoire est toutefois intéressante à plus d’un titre. En effet, elle résulte d’un contentieux entre Christian Vanneste et une association d’homosexuels proches de l’UMP, « Gaylib », qui se réclame du libéralisme.

Comme je l’ai exposé ailleurs, le libéralisme recouvre quatre dimensions : libéralisme politique, économique, intellectuel et culturel (ou libéralisme des mœurs). Toutes les combinaisons sont possibles entre ces quatre ingrédients, selon la manière dont on les classifie.

Une forme de libéralisme qui exclurait le libéralisme culturel serait un libéralisme conservateur. Une variante du libéralisme qui exclurait le libéralisme économique serait un libéralisme progressiste ou de gauche, au sens américain. En effet, le libéralisme est schématiquement à droite dans les pays latins, au centre dans les pays nordiques et à gauche en Amérique du nord.

Quatre libéralismes

Mais ne vous avisez pas de parler de libéralisme anglo-saxon à certains libéraux, car ils estiment que cette expression, « anglo-saxon », est presque raciste : elle négligerait les nouveaux arrivants dits de la « diversité » ! On se trouve là en présence d’un libéralisme qui n’exclut ni le libéralisme économique, ni le libéralisme culturel, mais le libéralisme intellectuel. À ce degré de sectarisme, qui exige de bannir des expressions innocentes, la question se pose : est-on encore dans le périmètre du libéralisme ?

La question se pose au sujet de Gaylib. L’association s’était opposée à l’investiture aux législatives de Vanneste (lequel avait réclamé l’exclusion de Gaylib de l’UMP), en utilisant le langage antifasciste du « sursaut républicain ». Elle avait annoncé qu’elle ne soutiendrait pas Sarkozy parce qu’il s’était prononcé contre le mariage homosexuel. Réaction étroitement communautariste. Alors qu’eux-mêmes subissent des rejets communautaristes. Leur participation au lobby gay est « régulièrement contestée », selon Wikipedia. En 2009, leur char est resté bloqué durant la Gay Pride. Les homos d’extrême-gauche mettent ainsi la pression sur ceux de droite, qui eux-mêmes cherchent à intimider la droite pas concernée.

La majorité des gens souhaite que les homosexuels aient les mêmes droits que les autres, au sens où ils ne doivent pas être lésés dans leurs droits fondamentaux. Mais souhaite-t-on, pour autant, une extension illimitée de leurs droits subjectifs d’individus, c’est-à-dire la promotion de leurs choix particuliers en modèles sociaux ? Questionnés sur des points précis, les Français répondent non : 67% désapprouvent l’affichage d’un baiser d’homosexuels dans les transports publics (sondage Ifop du 15 octobre 2005).

Quel dommage que les homosexuels aient été autrefois maltraités ! À leur tour, ils doivent respecter l’altérité de ceux qui trouvent que c’est dommage pour eux. Autant l’injure destinée à humilier doit être prohibée, autant ça suffit de considérer comme choquant le moindre propos dissonant. Vive la liberté ! Ce que Vanneste a dit est bête, mais il n’a rien dit de mal. S’il est exclu de l’UMP, alors demain ce sera le tour de Christine Boutin, après-demain celui d’un autre, et ainsi de suite, jusqu’au tour de ceux qui expriment aujourd’hui un lâche soulagement. La virulence du lobby gay d’extrême-gauche pourrait conduire aux mêmes phénomènes d’épuration que ceux des sectes révolutionnaires.

L’homophobe n’est déjà plus celui qui hait les homosexuels, ni celui qui hait l’homosexualité, mais seulement celui qui n’est pas catalogué « gay friendly ». Des associations militantes, qui se prétendent représentatives, mènent une guérilla juridique et un harcèlement médiatique. Un discours vindicatif et agressif fantasme sur une recrudescence de l’homophobie afin d’émouvoir l’opinion pour promouvoir un rétrécissement des libertés.

—-
Suivre les articles de l’auteur sur Facebook : http://www.facebook.com/pages/Marc-Crapez/188575747852794

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Tout a fait d’accord. Bien qu’etant allergique a Vanneste, qui entretient une veritable obsession sur ce sujet (mes soupcons etant aussi eveilles par les exemples satistiquement significatifs de censeurs « obsedes » hypocrites pratiquant en cachette ce qu’il reprouvent en public…:-)) et dit a mon sens beaucoup d’idioties (y compris pseudo freudiennes sur le « narcissisme », etc.), les reactions drapees d’indignation morale et de politiquement correct (utilisant le mot « nauseabond » etc.) sont toujours, elles aussi, fondamentalement suspectes. Je suis absolument contre les « hate speech laws » et nous devons appliquer le meme principe aux propos racistes (dans toutes les directions), antisemites, anti-genocide, islamistes anti-occidentaux, aussi bien qu’occidentaux anti-islam, pro-pedophiles, etc. : tout doit pouvoir etre *pense et dit* librement et pouvoir etre juge par tous dans le marche des idees, y compris et surtout ce qui nous semblent des enormites et des horreurs (au risque justement de faire de leurs auteurs des martyrs injustement persecutes). Seuls les *actes* doivent faire objet de sanctions (justice du jeu liberal : respecter les personnes et les biens). Ca n’empeche pas bien sur de faire preuve d’un peu d’intelligence et d’esprit d’anticipation, comme par ex. « pieger » un terroriste avec de faux agents avant qu’il n’attaque (fait accompli), surveiller des ados qui menacent leur ecole sur le web, etc. Mais ne jamais reprimer les *fantasmes* avant qu’il soit clairement etabli qu’il vont se tranformer en violence physique de facon imminente. Que pensez-vous de cette generalisation ?

  • « la promotion de leurs choix particuliers en modèles sociaux ? »

    Un « choix » ?

  • Oui un choix, le mariage ou certains comportements ostentatoires.
    Bien d’accord avec votre perception de Vanneste. Plus dubitatif sur votre approche libertarienne de la liberté d’expression, même si un libertaire homosexuel comme Guy Hocquenghem l’aurait peut-être partagée.
    Les choses étant ce qu’elles sont en Europe, et comme il faut bien qu’il y ait une limite à toute chose, je ne suis pas gêné par une dose d’interdit pour les injures de type « sale machin » qui, sinon, risquent de servir de défouloir.

    • Il me semble que s’agissant du mariage en particulier et comme mentionné dans l’article, les Français le soutiennent à une large majorité (63 % selon un sondage Ifop).

      Il serait donc hasardeux de mettre dans un même panier l’opinion qu’ils se font de la reconnaissance de certains droits par l’Etat et celle de certains « comportements ostentatoires ».

      Qui en gênent peut-être mais qu’il me semble tout aussi hasardeux de qualifier de « promotion », à moins de considérer qu’une orientation sexuelle se choisisse.

  • Je n’assimilais mariage et ostentation qu’en fonction du critère que vous souleviez du volontariat.
    Quand aux sondages, sur ces questions où les gens ont peur d’être considérés comme ringards je préfère le bon vieux vote a bulletin secret (les référendums à ce sujet sont beaucoup plus souvent hostiles que les sondages).
    Un libéral, attaché au pluralisme et à la libre « marche des idées », ne trouve-t-il pas intolérant (sinon maoïste) le propos de l’acteur Sean Penn déclarant que les adversaires du mariage gay feront honte à leurs petits enfants ?

  • Christian Vanneste n´a rien dit de mal ??
    « Chez les jeunes enfants qui montrent des troubles homosexuels, il faut envisager la possibilité de thérapies.
    L´homosexualité est inférieure moralement à l´heterosexualité et si on la poussait à l´universelle, il y aurait danger pour le monde. »

    ce n´est pas mal ?? des thérapies parce qu´il y a des enfants qui se découvrent ? Retour à l´hygienisme et pourquoi pas au phalanstère?
    désolé mais dans ces cas précis, on n´est pas dans le  » je n´aime pas les homosexuels mais je les respecte » on est dans de le bêtise qui frôle l´injure …on aurait remplacé gay par juif, ca aurait fait un sacré foin

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
4
Sauvegarder cet article

C’est bien connu, à force de jouer aux apprentis-sorciers, on risque bien d’agir fort imprudemment, au point de se trouver vite dépassé par des événements qu’on n’avait su anticiper. Les péripéties récentes, et celles peut-être à venir – ne le souhaitons pas – pourraient bien donner raison à cet adage.

 

Les dangers de la tambouille politique

Depuis la dissolution de l’Assemblée nationale par le président Macron, nous assistons, médusés, à une surenchère, comme nous ne l’avions jamais vue, de compromis ou compromissions, tr... Poursuivre la lecture

Avec Internet et les réseaux sociaux, la bêtise se porte mieux que jamais. Or, elle est « une défaite de la pensée critique », écrit Pierre-André Taguieff. Raymond Aron ou Karl Popper, parmi d’autres, s’inquiétaient du rôle majeur qu’elle joue dans l’histoire. Pourtant, elle est trop souvent négligée.

 

Une question majeure

« On lutte, avec raison et parfois avec quelque succès, contre l’ignorance, l’erreur, l’illusion et le mensonge. Au nom de la vérité et de la connaissance scientifique, on lutte aussi contre les rumeurs,... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

Le 7 juillet au soir, nous saurons quels sont les nouveaux rapports de force politiques dans notre pays. Chacun des camps opposés pourra compter son nombre de députés élus, et devrait suivre rapidement - probablement dès le lendemain ou dans les jours qui suivent - la nomination d’un nouveau Premier ministre par le président de la République (en attendant une éventuelle future démission de ce dernier, selon le scénario retenu, mais qui ne devrait pas être pour tout de suite). Avec les difficultés que l’on sait, car aucune majorité claire ne d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles