Économie de l’amour

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 730 économie de l'amour

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Économie de l’amour

Publié le 14 février 2012
- A +

L’étude des choix individuels et de leurs conséquences est l’objet de l’économie, une discipline dont les concepts de base peuvent être appliqués aussi bien aux choix de placement qu’aux dilemmes amoureux.

Par Michel Kelly-Gagnon, Montréal, Québec.

Et si, en ce jour de Saint Valentin, ce coquin de Cupidon décoche deux flèches sur vous par erreur de sorte que vous ayez le coup de foudre pour deux jumelles (ou jumeaux), en tout point identiques ? Quelle sera votre réaction ?

Et que faire si ces deux personnes sont jalouses ? Et si la seule différence entre ces deux jolies femmes (ou ces deux hommes élégants) est que l’une est riche comme Crésus tandis que l’autre est pauvre comme Job. Question : laquelle de ces deux personnes voudriez-vous épouser ?

Ou bien, si vous trouvez l’idée de tomber amoureux avec plus d’une personne en même temps saugrenue, imaginez plutôt que chacune de ces deux personnes vous invite à un dîner romantique la même nuit. Imaginez aussi que vous pensez que vous pourriez tomber amoureux aussi bien de l’une que de l’autre. Quelle invitation accepteriez-vous ?

Bien sûr, comme nous le savons tous, l’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue un peu. L’étude des choix individuels et de leurs conséquences est l’objet de l’économie, une discipline dont les concepts de base peuvent être appliqués aussi bien aux dilemmes amoureux qu’aux choix de placement.

Dans les deux cas, nos décisions sont fondées sur des préférences individuelles subjectives. Il est donc tout à fait plausible qu’une personne choisisse un partenaire amoureux plus pauvre, s’il se distingue par ailleurs par d’autres caractéristiques souhaitables, au regard de ses préférences.

En effet, l’économie ne s’intéresse à l’argent que comme moyen — parmi d’autres – pour parvenir à nos fins. Dans son ouvrage Hidden Order: The Economics of Everyday Life, David Friedman, qui s’est spécialisé dans l’analyse économique du droit, montre qu’au fond, l’économie n’est pas qu’une question d’argent.

L’analyse économique de l’amour a des choses intéressantes à dire sur le monde réel. Une économiste américaine, Margaret Brinig, s’est demandée pourquoi la coutume des bagues de fiançailles, quasiment inconnue aux États-Unis jusque dans les années 1940, a fini par se répandre comme une traînée de poudre – avant de redevenir moins importante deux décennies plus tard.

Son explication est que dans les années 1940, il devenait de plus en plus fréquent pour les fiancés d’avoir des relations sexuelles, même si toute jeune femme était au courant que la perte de sa virginité pouvait contrarier ses chances de se marier avec un autre homme. La bague de fiançailles était donc une forme de compensation si le prétendant finissait par refuser de l’épouser. À mesure que l’importance sociale de la virginité s’est flétrie, la coutume de donner des bagues de fiançailles est devenue relativement moins importante.

Un autre spécialiste de l’analyse économique du droit est Richard Posner, un juge fédéral aux États-Unis, auteur de Sex and Reason. Posner soutient que la théorie économique du sexe explique pourquoi les formes et la fréquence des rapports sexuels, à distinguer du désir et des préférences sexuelles, peuvent être interprétées comme des réponses rationnelles face aux opportunités et aux contraintes.

Par exemple, si le coût du sexe (en termes de risque) tombe grâce à une meilleure contraception, on pourrait s’attendre, toutes choses égales par ailleurs, à ce que la quantité de consommation de sexe augmente. De fait, c’est exactement ce qui s’est passé au cours de la révolution sexuelle.

Tout ceci montre que, même dans les aspects les plus spontanés ou passionnels de nos vies, nous demeurons « rationnels » dans le sens où, étant données nos émotions et nos passions, nous agissons en réponse aux contraintes et aux opportunités.

—-
Sur le web
Traduction : Raphaël Marfaux pour Contrepoints.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Mouais… Sachant d’autre part que la nouvelle micro-economie est en train de reveler justement a quel point « l’homo economicus » rationnel parfait est une legende, et qu’il tombe inevitablement dans des patterns de comportement irrationnel, equivalents cognitifs des illusions d’optiques (sur/sous-evaluation, mauvaise estimation des risques, de la rarete, attachement aux proportions vs. valeurs absolues, etc.) dans tous les domaines de decision qui incluent beaucoup moins d’emotions que l’amour, on reste un peu sceptique sur le tableau renverse que vous depeignez (c.a.d. la reapparition soudaine d’une rationalite)… Par ex. il est connu que beaucoup de personnes ont le biais d’etre (inconsciemment) attirees par des partenaires qui leur conviendront le plus mal au long terme (« le point commun entre toutes mes relations ratees, c’est moi »)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Adrien Faure.

Je vous partage aujourd'hui la première partie d'une nouvelle réflexion qui portera cette fois-ci sur la philosophie politique de Milton Friedman et sa conception de la liberté. Dans cette première partie introductive, je présenterai brièvement l'auteur et proposerai quelques premiers éléments sur sa conception de la liberté.

Milton Friedman, un libéral utilitariste

Milton Friedman, économiste américain néo-classique et positiviste de l'École de Chicago, Prix Nobel d'économie en 1976 et père de l'anarchiste lib... Poursuivre la lecture

Par Pierre Robert.

C’est devenu un lieu commun de dire que la culture économique des Français est défaillante et de remettre aussitôt la question sous le tapis. Elle mérite pourtant qu’on s’y arrête un peu plus longuement afin de mieux mesurer ce que cette ignorance coûte à notre pays et de mettre en place les moyens de la combler.

Que signifie avoir une culture économique ?

Au niveau des individus cela renvoie à un type de connaissances que l’on a ou non acquises.

Schématiquement ces connaissances sont de deux ordres ave... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jacob Falkovich. Un article de Quillette

La sexualité va mal. Peu d’entre nous ont des rapports. Ceux qui en ont en ont de moins en moins et ont tendance à les trouver plus laborieux et moins satisfaisants que ce qu’ils espéraient. La question est donc la suivante : comment cela peut-il se produire dans une société qui valorise la sexualité plus qu’elle ne l’a jamais fait dans son Histoire ?

Le fait que la culture mainstream et ses myriades de sous-cultures considèrent le sexe comme quelque chose de positif va de soi. Les dé... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles