Syrie : les visées des Russes, des Turcs et des Chinois

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Syrie : les visées des Russes, des Turcs et des Chinois

Publié le 10 février 2012
- A +

Plutôt qu’une intervention de l’ONU, Russes et Turcs proposent leur « médiation ».

Par l’aleps et Guy Sorman.

La ville de Homs, bombardée par l'armée syrienne.

La situation se dégrade chaque jour en Syrie. C’est un massacre quotidien de plusieurs centaines de personnes, ce sont des familles qui fuient, ce sont des quartiers entiers incendiés. Pour l’instant la dictature de Bachar El Assad se maintient grâce à une armée dont cependant certains éléments commencent à se désagréger – pour autant l’ASL (l’Armée Syrienne Libre) n’est qu’une troupe sans commandement, incapable de remporter quelque victoire significative. Quant aux opposants, comme en Égypte, comme en Tunisie, ils se divisent entre islamistes et jeunes libéraux – tandis que la laïcité est toujours le principe du pouvoir syrien.

Tous les diplomates de tous les pays occidentaux ont fait pression auprès du Conseil de Sécurité de l’ONU pour condamner (facile) la dictature et la combattre ouvertement (plus difficile). Russes et Chinois ne veulent pas entendre parler d’une intervention militaire.

Le monde libre peut-il rester spectateur impuissant devant ce drame vécu par la population syrienne, en particulier par la communauté chrétienne, très diminuée depuis quelques années, et persécutée de tous côtés ?

En fait, la question de la Syrie s’inscrit dans un conflit plus général qui agite le Moyen Orient depuis plusieurs années mais s’est exacerbé après les « printemps Arabes ». Le pouvoir va sûrement basculer dans le camp des islamistes, mais lesquels ? Salafites, sunnites, chiites ? Et qui inspirera les nouveaux dirigeants : l’Iran, ou l’Irak ? A vrai dire, Russes et Turcs, sans s’entendre pour autant, ont une visée commune : apparaître comme les arbitres et les pacificateurs de la région, pour en contrôler les richesses naturelles et conforter leur propre place dans le concert international. Soumis aux critiques de la plupart des démocraties, ils veulent rappeler que personne ne peut se passer d’eux.

—-
Sur le web

Le point de vue de Guy Sorman

Au siège de l’ONU à New-York, le représentant de la France m’explique le refus de la Chine et de la Russie, de toute condamnation du gouvernement syrien. Par principe, ces deux gouvernements autoritaires, indifférents à l’opinion publique, et aux droits de l’Homme, s’en tiennent à une idéologie souverainiste. Chacun en somme, est libre de tuer ses propres citoyens à l’intérieur de ses frontières.

Ce souverainisme en contradiction avec le droit ou devoir d’ingérence contre les États assassins – prévu par l’ONU – arrange aussi les affaires intérieures de la Chine et de la Russie. Si l’ONU intervenait en Syrie, ne risquerait-elle pas demain, de la voir s’intéresser de trop près aux Tibétains, Tchétchènes et autres Ouighours ? Les victimes syriennes sont ainsi prises en otage non seulement par leur dictateur mais tout autant par une sainte alliance des tyrans.

À la guerre froide Communisme contre Capitalisme, achevée en 1989, succède une nouvelle fracture autour de l’universalité ou non des principes de la démocratie ; s’y superpose une rivalité entre le capitalisme démocratique et le capitalisme autoritaire de modèle chinois.

L’ Histoire continue.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Il est plus que temps d’inventer un terme, et de l’utiliser systématiquement, pour définir précisément les modèles autoritaires chinois ou russe, qui ne reprennent du capitalisme que le nom. Le viol permanent de la vie, de la liberté et de la propriété privé a-t-il quoi que ce soit à voir avec le capitalisme ?

  • Décevant comme article…
    On croirait que cela défend l’ingérence

  • J’aimerais bien avoir des assurances quand à ces massacres, loin de moi l’idée de vouloir les nier mais le deux poids deux mesures, les interventions et l’information occidentale voir française ayant quelques sérieux ratés… !? (comment vont les paradis libyen, afghan et irakien ?)

    Si c’est pour remplacer une merde locale par la notre, couteuse, pas plus efficace sur le long terme mais qui intervient au nom du bien j’aurais quelques objections.

    Y a pas une fiole à exhiber au moins comme preuve ?

  • Il y a quand même quelque chose de troublant dans tous ces appels à l’intervention onusienne, à ce soi-disant nécessaire devoir d’ingérence. Depuis le début de cette affaire, le seul article réellement objectif que j’ai pu lire a été publié en fin d’année par les Inrocks.
    Oui, vous avez bien lu, les Inrocks.
    C’est le seul qui semble avoir été écrit par un type qui a été sur le terrain, sans guide officielle, sans escorte militaire, qui a été hébergé par des familles de Homs. C’est le seul qui a décrit le calvaire vécu par les civils, calvaire imposé non pas par l’armée mais par des bandes armées de rebelles islamistes qui font régner la terreur dans les quartiers qu’elles contrôlent. C’est le seul à avoir parlé de ces familles chrétiennes menacées de mort si d’aventure elles avaient le front de fêter Noël. C’est le seul à avoir parlé des menaces et violences subies par les familles musulmanes non intégristes.
    On a déjà aidé les fondamentalistes en Lybie, on a donné, merci. L’internationalisme façon BHL ou Sorman ça commence à bien faire. Comme disent les anglo-saxons « mind your own business ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par David Teurtrie. Un article de The Conversation

Début janvier 2022, le Kazakhstan a connu des manifestations contre la hausse des prix du gaz de pétrole liquéfié qui se sont rapidement étendues à plusieurs villes du pays avant de dégénérer en émeutes.

Le président Kassym-Jomart Tokaiev a d’abord réagi en limogeant son gouvernement, accusé d’être responsable de la crise, puis a promis un gel des prix des carburants afin de calmer la colère des manifestants. Mais la situation s’est encore aggravée à Almaty, capitale économique ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Ce qui m’a frappé au cours de cette année 2021, ce n’est pas le virus, mais l’extension de l’autoritarisme sous sa forme dramatique comme sous sa forme rampante et bureaucratique. J’ai remarqué également la numérisation et le retour en force des marchés qui « se vengent » des dictatures notamment par l’inflation. Bien sûr, le virus a joué son rôle, mais il a plutôt été l’occasion que la raison de fond.

La violence autoritaire

Cette violence a gagné une grande partie du monde, et s’il fallait donner un premier prix, il reviendrait au My... Poursuivre la lecture

Depuis plusieurs mois, une escalade militaire se dessine à la frontière ukrainienne, des déclarations inquiétantes sont formulées côté russe, des avertissements solennels sont donnés côté occidental. Des officiels et des medias rappellent que le risque de guerre entre l'Ukraine et la Russie n'a jamais été aussi élevé. Mais la guerre à l'Est aura-t-elle lieu ? Rien n'est moins sûr.... Faisons un tour de la question pour comprendre les enjeux et ressorts de cette situation problématique.

La montée des tensions à la frontière ukrainienne, l'... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles