La politique agricole commune a cinquante ans

Le seul intérêt de la PAC aura été électoral. Pour le reste, échec complet.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
PAC

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La politique agricole commune a cinquante ans

Publié le 2 février 2012
- A +

Un article de l’aleps

Grande opération de communication autour du cinquantième anniversaire de la PAC, qui n’en est pas tout à fait un puisque c’est en 1957 que l’affaire commence. On n’a pas manqué de vanter les mérites de cette initiative européenne : l’indépendance alimentaire des pays européens a été assurée (c’est important en cas de conflit mondial), la qualité des produits a été améliorée (on n’a donc plus besoin de se protéger contre les producteurs étrangers), le monde rural a pu se développer (on sait que tous les agriculteurs sont restés au pays).

En fait, la seule retombée positive a été la manne versée aux paysans européens. D’après l’INSEE, la part des subventions dans le résultat des exploitations agricoles européennes, qui était de 18 % en 1991, atteignait 97 % en 2005, ce qui veut dire que sans subventions la plupart de ces exploitations devraient disparaître. Le coût de ce soutien est considérable. Il a représenté jusqu’à 80 % du budget européen, mais après les réactions de Madame Thatcher et la révision de la PAC elle est encore aujourd’hui de près de la moitié. Elle coûte donc un demi point de TVA au contribuable européen.

La PAC aura eu pour principale conséquence l’apparition d’excédents agricoles énormes, et le développement d’une culture très intensive, qui révolte les écologistes. C’est que les paysans ont été payés en fonction des quantités produites et sur la base de prix européens très supérieurs aux cours mondiaux. On a fini par les obliger à geler 10 % des terres, à pratiquer des jachères. Les pertes subies alors par les paysans ont été « compensées ». Aujourd’hui les indemnités ne sont plus liées à la production mais sont forfaitaires, et leur niveau est objet de négociations annuelles et détendues avec les autorités de Bruxelles. Quant aux consommateurs européens, ils surpayent leurs produits alimentaires.

Il n’en demeure pas moins que la PAC demeure un modèle pour les partisans de l’Europe supranationale, planifiée et centralisée. Ils veulent une politique industrielle commune, une politique commerciale commune, sans parler évidemment d’une politique budgétaire commune.

—-
Sur le web

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Il y a bien un déclin de la France au niveau de l’Europe et du monde, et une tentative de contrôle toujours grandissant de la Commission européenne sur les politiques nationales.

Selon Georgina Wright, « il faudrait déplorer à la fois le déclin du poids de la France au sein de l’Union européenne et la mainmise de Bruxelles sur la politique menée par Paris ».

Dans un article publié par Le Monde, Georgina Wright, directrice à l’Institut Montaigne déplore que les Français considèrent, à tort, que l’Europe serait la cause du « d... Poursuivre la lecture

Lors de la visite du président Xi Jinping en Europe, le rôle des liens entre la Chine et la Russie dans les relations de l'UE est examiné à la loupe.

Article original du South China Morning Post.

Lors de la conférence de presse conjointe avec M. Macron à Paris, M. Xi s'oppose aux critiques formulées à l'encontre de son pays en raison de ses liens étroits avec la Russie. L'Europe est préoccupée par la guerre en cours en Ukraine, et les relations Chine-Russie créent des défis supplémentaires", déclare un analyste du groupe de réflex... Poursuivre la lecture
La préoccupante faiblesse minéralogique de l’Union européenne

Publiée le 16 mars 2023 puis enregistrée au Journal Officiel de l’Union européenne le 03 mai 2024, la  communication émanant de la Commission européenne centrée sur la problématique des matières premières critiques assortie d’un plan d’action prendra effet à partir du 23 mai 2024. Débuté sous la référence COM(2023) 160 puis devenu le règlement (UE) 2024/1252, le document est plus communément cité sous le vocable de Critical Raw Materials Act, ce qui se traduit en français par Loi s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles