La politique agricole commune a cinquante ans

Le seul intérêt de la PAC aura été électoral. Pour le reste, échec complet.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
PAC

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La politique agricole commune a cinquante ans

Publié le 2 février 2012
- A +

Un article de l’aleps

Grande opération de communication autour du cinquantième anniversaire de la PAC, qui n’en est pas tout à fait un puisque c’est en 1957 que l’affaire commence. On n’a pas manqué de vanter les mérites de cette initiative européenne : l’indépendance alimentaire des pays européens a été assurée (c’est important en cas de conflit mondial), la qualité des produits a été améliorée (on n’a donc plus besoin de se protéger contre les producteurs étrangers), le monde rural a pu se développer (on sait que tous les agriculteurs sont restés au pays).

En fait, la seule retombée positive a été la manne versée aux paysans européens. D’après l’INSEE, la part des subventions dans le résultat des exploitations agricoles européennes, qui était de 18 % en 1991, atteignait 97 % en 2005, ce qui veut dire que sans subventions la plupart de ces exploitations devraient disparaître. Le coût de ce soutien est considérable. Il a représenté jusqu’à 80 % du budget européen, mais après les réactions de Madame Thatcher et la révision de la PAC elle est encore aujourd’hui de près de la moitié. Elle coûte donc un demi point de TVA au contribuable européen.

La PAC aura eu pour principale conséquence l’apparition d’excédents agricoles énormes, et le développement d’une culture très intensive, qui révolte les écologistes. C’est que les paysans ont été payés en fonction des quantités produites et sur la base de prix européens très supérieurs aux cours mondiaux. On a fini par les obliger à geler 10 % des terres, à pratiquer des jachères. Les pertes subies alors par les paysans ont été « compensées ». Aujourd’hui les indemnités ne sont plus liées à la production mais sont forfaitaires, et leur niveau est objet de négociations annuelles et détendues avec les autorités de Bruxelles. Quant aux consommateurs européens, ils surpayent leurs produits alimentaires.

Il n’en demeure pas moins que la PAC demeure un modèle pour les partisans de l’Europe supranationale, planifiée et centralisée. Ils veulent une politique industrielle commune, une politique commerciale commune, sans parler évidemment d’une politique budgétaire commune.

—-
Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Chelsea Follet. Un article de Human Progress

 

Aujourd'hui marque le lancement d'une nouvelle série d'articles par HumanProgress.org intitulée "Les centres du progrès". Où le progrès se produit-il ? L'histoire de la civilisation est à bien des égards l'histoire de la ville. C'est la ville qui a contribué à créer et à définir le monde moderne. Cette chronique bi-hebdomadaire donnera un bref aperçu des centres urbains qui ont été le théâtre de progrès décisifs dans les domaines de la culture, de l'économie, de la politiqu... Poursuivre la lecture

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Les dommages causés par l'invasion de l'Ukraine par la Russie aux chaînes d'approvisionnements alimentaires mondiales semblent être encore plus importants que ce que l'on craignait. Selon certaines estimations, la production agricole de l'Ukraine destinée au marché mondial serait réduite de moitié. La pénurie mondiale d'engrais, également exacerbée par la guerre, menace de réduire les récoltes. Combinée à la sécheresse, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) met en garde : "Une action humanitaire ciblée es... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles