Le FMI recherche 500 milliards de dollars

Personne ne veut les donner : triste sort pour le « prêteur en dernier ressort »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le FMI recherche 500 milliards de dollars

Publié le 28 janvier 2012
- A +

Personne ne veut les donner : triste sort pour le « prêteur en dernier ressort ».

Un article de l’aleps

Christine Lagarde, directrice du FMI

Le FMI est actuellement à la tête de 500 milliards de dollars. Madame Lagarde cherche 500 milliards de plus, car elle veut parer à deux dangers dont on reconnaîtra qu’ils sont purement théoriques : les dettes souveraines des États de l’Euroland ne seraient pas remboursées, et les marchés financiers exigeraient des taux si élevés qu’ils casseraient tout effort de rééquilibrage des économies européennes.

Dans ces cas, le FMI pourrait tendre une main secourable à l’Espagne, l’Italie et autres, comme elle l’a fait avec la Grèce. Mais le Saint Bernard des États enfouis sous les avalanches des dettes n’a plus assez de rhum dans son tonneau.

Le FMI est alimenté par les cotisations de ses États membres, et en principe les plus gros souscripteurs (aujourd’hui et de loin les États-Unis) ont aussi les quotas de voix les plus élevés au sein de l’Assemblée Générale qui fixe les choix stratégiques du Fonds. Madame Lagarde s’est donc tournée vers les États-Unis et la Grande Bretagne, mais a essuyé un double refus : ces égoïstes ne veulent pas payer l’ardoise des mauvais élèves de la zone Euro. Elle n’a pas eu davantage de succès du côté des pays émergents, notamment du BRIC (Brésil Russie Inde et Chine) qui exigeraient de voir leurs quotas révisés à la hausse, ce dont les Américains ne veulent pas.

C’est donc bien généreux de vouloir prêter de l’argent à Pierre, encore faut-il que ce ne soit pas avec l’argent de Paul. Aujourd’hui, les fourmis renvoient les cigales à leurs danses.

Les naufragés de l’Euroland cherchent en vain un « prêteur en dernier ressort » qui leur épargne les rigueurs du marché financier. Le Fonds Européen de Stabilisation financière a déjà épuisé tous ses moyens, au point d’être lui-même déclassé. Le FMI n’a pas l’argent voulu, et l’attend d’États en mauvaise posture. Reste, en dernier ressort du dernier ressort, la Banque Centrale Européenne qui, pour sa part, dispose du moyen illégal de fabriquer de la fausse monnaie.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Madame Lagarde, s’exprimant au nom de la BCE, a indiqué, en évoquant l’hypothèse d’un ralentissement économique : « Nous ne croyons pas que cette récession sera suffisante pour dompter l'inflation ». Fabio Panetta ajoute « Lors du calibrage » des décisions, « nous devons faire très attention à ne pas amplifier le risque d'une récession prolongée ou de provoquer une dislocation du marché ».

La BCE considère donc, d’une part, qu’un durcissement monétaire est nécessaire pour réduire l’inflation au-delà de l’effet du ralentissement de l’in... Poursuivre la lecture

Les rapports de notre propre Cour des comptes comme ceux des grands organismes économiques internationaux se suivent et se ressemblent : la France doit impérativement mettre un terme à sa fuite en avant dans la dépense publique, les déficits et la dette.

Qu'on s'illusionne tous collectivement au point de voir dans cette folle cavalcade de notre modèle économique et social l'aboutissement sublime de la solidarité, de l'égalité et du « quoi qu'il en coûte » propre à une France supérieurement juste et généreuse ne change rien à l'affaire... Poursuivre la lecture

Par Éric Mengus et Guillaume Plantin.

 

Le 23 septembre au Royaume-Uni, l’annonce du mini-budget et les événements qui ont suivi jusqu’à l’annonce de la démission de la Première ministre Liz Truss, le 20 octobre, ont suscité un regain d’intérêt pour le risque de « dominance budgétaire », c’est-à-dire une situation dans laquelle la banque centrale abandonne son objectif de stabilité des prix pour aider le gouvernement à financer ses déficits.

Mais dans quelle mesure cette séquence d’événements doit-elle nous pousser à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles