Le FMI recherche 500 milliards de dollars

Personne ne veut les donner : triste sort pour le « prêteur en dernier ressort »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le FMI recherche 500 milliards de dollars

Publié le 28 janvier 2012
- A +

Personne ne veut les donner : triste sort pour le « prêteur en dernier ressort ».

Un article de l’aleps

Christine Lagarde, directrice du FMI

Le FMI est actuellement à la tête de 500 milliards de dollars. Madame Lagarde cherche 500 milliards de plus, car elle veut parer à deux dangers dont on reconnaîtra qu’ils sont purement théoriques : les dettes souveraines des États de l’Euroland ne seraient pas remboursées, et les marchés financiers exigeraient des taux si élevés qu’ils casseraient tout effort de rééquilibrage des économies européennes.

Dans ces cas, le FMI pourrait tendre une main secourable à l’Espagne, l’Italie et autres, comme elle l’a fait avec la Grèce. Mais le Saint Bernard des États enfouis sous les avalanches des dettes n’a plus assez de rhum dans son tonneau.

Le FMI est alimenté par les cotisations de ses États membres, et en principe les plus gros souscripteurs (aujourd’hui et de loin les États-Unis) ont aussi les quotas de voix les plus élevés au sein de l’Assemblée Générale qui fixe les choix stratégiques du Fonds. Madame Lagarde s’est donc tournée vers les États-Unis et la Grande Bretagne, mais a essuyé un double refus : ces égoïstes ne veulent pas payer l’ardoise des mauvais élèves de la zone Euro. Elle n’a pas eu davantage de succès du côté des pays émergents, notamment du BRIC (Brésil Russie Inde et Chine) qui exigeraient de voir leurs quotas révisés à la hausse, ce dont les Américains ne veulent pas.

C’est donc bien généreux de vouloir prêter de l’argent à Pierre, encore faut-il que ce ne soit pas avec l’argent de Paul. Aujourd’hui, les fourmis renvoient les cigales à leurs danses.

Les naufragés de l’Euroland cherchent en vain un « prêteur en dernier ressort » qui leur épargne les rigueurs du marché financier. Le Fonds Européen de Stabilisation financière a déjà épuisé tous ses moyens, au point d’être lui-même déclassé. Le FMI n’a pas l’argent voulu, et l’attend d’États en mauvaise posture. Reste, en dernier ressort du dernier ressort, la Banque Centrale Européenne qui, pour sa part, dispose du moyen illégal de fabriquer de la fausse monnaie.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le marché français est en baisse de 6 % depuis jeudi.

Les actifs tangibles comme l’or et le pétrole résistent plus. L’or a baissé de 10 % depuis son record du mois de mars. Mais il affiche toujours un léger gain sur 6 mois. Et le baril de pétrole reste au-dessus des 100 dollars... bien au-dessus des niveaux de l’an dernier.

Au contraire, le marché-actions est en baisse de 12 % sur les 6 derniers mois.

La plupart des investisseurs croient sans doute à l’abandon des tentatives de normalisation de la part de le Fed. Les auto... Poursuivre la lecture

Les actions ont d’abord grimpé suite aux annonces de la Fed, cette semaine.

Certains investisseurs pariaient sur une hausse de 0,75 %. Du coup, une hausse de 0,50 % - moins que prévu - a envoyé un signal d’achat.

La Fed a peu de chances de tenir dans sa voie actuelle de hausses de taux. Même d’ici cet été, elle pourrait faire demi-tour.

Les médias parlent ces temps-ci « d’atterrissage en douceur » (en anglais, Soft landing).

Selon ce scénario, les autorités mettent fin aux mesures de soutien - taux proches de zéro ... Poursuivre la lecture

Par Elie Blanc.

La grande catastrophe annoncée est-elle sur le point d’arriver ? Voilà des années maintenant que de nombreux économistes nous avertissent du danger de la politique de Quantitative Easing (création monétaire importante par le rachat massif de dettes souveraines) menée par la BCE depuis mars 2009 (et qui, rappelons-le, devait initialement s’arrêter en septembre 2009).

Aujourd’hui, il se pourrait bien que leur prédiction soit plus proche que jamais de se réaliser : après des années de faible inflation, la création m... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles