L’individualisme des libéraux

La citation du dimanche, de Wilhelm Röpke

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ropke

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’individualisme des libéraux

Publié le 15 janvier 2012
- A +

La citation du dimanche :

La conviction que la vraie puissance créatrice ne peut prospérer que dans la liberté et non dans le silence sépulcral des opinions prescrites, que sans individualité intellectuelle la société et l’État ne peuvent finalement que dépérir, que l’homme a droit à une protection contre le pouvoir arbitraire et les abus de pouvoir, que l’écrasement de toutes les divergences d’opinion et de toute forme individuelle d’esprit conduit finalement à un ennui dans lequel la vie intellectuelle de la nation est étouffée, dans lequel manquent la joie du rieur, le moindre signe d’humour, et le piment de la vie, et dans lequel rien ne s’épanouit à part le sérieux bestial du fanatique – cette conviction et rien d’autre constitue l’individualisme tant décrié et bien mal compris des libéraux. La plupart des antilibéraux la prennent pour une expression de matérialisme béat.

Wilhelm Röpke, End of an Era ? (1933)

—-

Wilhelm Röpke (10 octobre 1899 – 12 février 1966) est un philosophe et économiste allemand. Fondateur de l’ordo-libéralisme, il est avec Walter Eucken à l’origine de l’« économie sociale de marché » mis en œuvre par Ludwig Erhard, père du « miracle allemand ». Röpke succèda à Friedrich Hayek à la présidence de la Société du Mont-Pèlerin (1961-1962) avant de donner le relais à John Jewkes.

Son œuvre est tant économique que philosophique. Il se démarque des néo-classiques par le rejet de la mathématisation de l’économie. En outre, il s’oppose fermement, comme l’école autrichienne, à l’école historique allemande.

Il fait partie des trois intellectuels de l’époque moderne qui ont redonné tout son sens à l’expression « ordre spontané » — d’où le terme d’ordo-libéralisme. En effet, il est le premier à imprimer cette expression, avant Michael Polanyi et Friedrich Hayek. On retrouve cette trace en 1937, en Autriche, dans son livre édité en allemand (Die Lehre von der Wirtschaft) et qui ne fut traduit en anglais qu’en 1962 (Economics of the Free Society). Il explique qu’une économie de marché est un ordre spontané et non pas un ordre commandé.

Lire l’article consacré à Wilhelm Röpke sur Wikiberal, l’encyclopédie libérale, en ligne et gratuite.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
calepin et stylo
6
Sauvegarder cet article

Par Tonvoisin.

 

"Mon cœur s'est noyé dans l'océan de tes rêves !

Au loin, le temps, la vie des vagues silencieuses,

se brisait en cadence sur l'absence de trêve

Et le monde riait ! La folie est joyeuse !

 

J'aurais vécu pour rire dans un monde à pleurer

sans mépriser mes juges de ma peine cruelle

Enfant je suis, enfant je meurs. Me faut-il expliquer ?

La tristesse des autres est ma seule étincelle !

 

Je me croyais vivant et soudain je suis mor... Poursuivre la lecture

Si vous défendez en France le libéralisme classique vous êtes rapidement soumis à un exercice pénible. Face à l’ignorance de votre auditoire, vous êtes contraint d’expliquer les « droits naturels », de remonter à l’humanisme et à l’école de Salamanque, de justifier laborieusement que le libéralisme n’est pas que le marché et la concurrence loyale. Ni le capitalisme de connivence.

Définir facilement le libéralisme est si malaisé que beaucoup commencent par expliquer « ce qu’il n’est pas ».

Bref, en invoquant le libéralisme, vous ... Poursuivre la lecture

Faisant face à une popularité en chute libre, la Première ministre travailliste néozélandaise Jacinda Ardern a récemment démissionné de son poste. Alors que les politiciennes habituelles la défendront bec et ongle contre le « sexisme, » les libéraux sensés se réjouiront de la démission de ce tyran, quel que soit son sexe.

Rassurez-vous, le mot n’est pas utilisé à la légère. Comme trop de gouvernement « libéraux », Ardern a fortement restreint la liberté de mouvement de « sa » population durant la pandémie. Malheureusement, elle a pris ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles