Rousseau, une philosophie à pleurer !

Que penser de Rousseau dans une perspective libérale ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jean-Jacques Rousseau (Image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rousseau, une philosophie à pleurer !

Publié le 14 janvier 2012
- A +

Que penser de Rousseau dans une perspective libérale ? L’Aleps propose une réponse, en complément de ce qu’en dit déjà Wikibéral.

Un article publié en collaboration avec l’Aleps

Michelet a admiré Rousseau : « Il a vaincu, tous ont pleuré. »

Des milliers de ses contemporains ont été conquis par ses bons sentiments, sa sensibilité : ses appels au cœur, aux passions ont masqué toutes les incongruités de son œuvre. Les pleurs tiennent lieu de raison. Rousseau ne se proposait-il pas de « perfectionner la raison par le sentiment » ? Ont aussi pleuré sans doute les millions de victimes des dictatures, de la Terreur au marxisme, qui ont tiré leur légitimité de la philosophie de Rousseau.

De l’état de nature à l’état social : la grande corruption

Chez Rousseau l’état de nature est un paradis sur Terre, où l’Homme est bon, même s’il est amené à user parfois de la force. Mais c’est une force naturelle. La nature est bonne, Rousseau est le vrai père de tous les écologistes.

Mais voilà que le paradis s’est perdu. Le monde d’abondance naturelle et d’harmonie spontanée disparaît avec la multiplication des Hommes qui crée une rareté des ressources, et avec elle un processus d’appropriation : les Hommes se regroupent pour lutter pour la propriété des terres. Alors les inégalités apparaissent : la société a corrompu l’Homme. La science, la connaissance, la division du travail qui créent des solidarités artificielles : tout cela ne constitue pas un progrès, mais une régression. Avec l’état social apparaît l’oppression, l’aliénation, et Rousseau a pu passer pour  libéral à cause de sa révolte contre le despotisme des monarques et de la religion.

Le contrat social fondé sur la volonté générale

Alors, Rousseau anarchiste ?

Point du tout, car il propose la solution alternative à la propriété et au despotisme : le contrat social. Ce n’est ni celui de Hobbes, ni celui de Locke, c’est un contrat jailli spontanément des peuples. Le peuple est une entité issue du subconscient collectif, il n’est pas le produit d’une institution, mais d’un sentiment commun. La communauté n’est pas bâtie sur l’échange ni sur les relations interpersonnelles, mais sur le sentiment d’appartenance. Rousseau est ainsi le philosophe du holisme, de la supériorité du tout sur l’élément.

Grâce au contrat social, les règles de la société holiste s’imposeront à tous, au nom de la volonté générale, seule source du droit : le pouvoir naît de la souveraineté populaire. Les règles naissent de la démocratie, c’est-à-dire du suffrage universel. Mais Rousseau prend soin de disséquer les procédures de vote, en soulignant que l’opinion personnelle qui s’exprime dans l’isoloir n’a plus d’importance une fois le vote majoritaire acquis, car chacun se retrouve dans le résultat, quel qu’il soit, puisqu’il exprime la volonté générale.

La démocratie populaire

Rousseau peut ainsi passer pour l’inventeur de la démocratie populaire moderne. Expression de la volonté générale, la démocratie ne saurait être contestée. Elle n’est pas représentative, il n’y a pas d’élus exprimant des opinions différentes et investis d’un mandat impératif, il n’y a que des législateurs œuvrant dans le sens du bien collectif.

La tâche prioritaire du législateur (ici le singulier est un signe fort) est de mettre en place un système d’éducation, puis une religion officielle, sous l’autorité d’un État dont on ne sait avec clarté ni qui le constitue ni comment. L’éducation d’État a pour mission de maîtriser l’individualité de l’enfant pour l’amener à se fondre dans le collectif. Et la religion civile consubstantielle au pouvoir politique ne peut être reniée ou combattue que par des individus insociables, « incapables d’aimer sincèrement les lois, la justice », et qui seront naturellement « punis de mort ».

Voilà qui nous ramène à l’état de nature !

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Bonjour,
    Le rédacteur de ce billet a-t-il lu Rousseau ?
    Vu son niveau de compréhension de cet auteur, je n’ose lire ce qu’il dit de Locke ou de Bastiat, qui semblent pourtant davantage être ses maîtres à penser. Retournez vite à vos manuels de macroéconomie, laissez la philosophie à ceux qui lisent.

    • @Jean jacques
      Que lui reprochez-vous, exactement, à cet article? vous semblez le critiquer, avec même une certaine dose d’d’agressivité, mais vous ne parraissez même pas savoir indiquer quels points seraient éventuellement litigieux ou érronés ?

      quant au « laissez la philosophie à ceux qui la lisent », il faudrait bien intégrer que la philosophie n’appartient à personne, et personne n’a a décider qui peut la lire ou non.

      Bon week-end
      GianLuca R.

  • Pfff ! c’est la perspective libérale qui est à pleurer !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

union européenne
1
Sauvegarder cet article

Comme si souvent, l’Union européenne vient de démontrer encore une fois son manque de connexion avec la réalité et sa préférence avant tout pour la communication politique. Étant donné les circonstances actuelles dans lesquelles se trouve l’Ukraine – sa lente mais inéluctable défaite militaire et son économie en chute libre – que fait alors l’Union européenne ?

 

Un geste politique

Est-ce qu’elle fait ce qui aurait été le plus logique, le plus humain et le plus à même de limiter des victimes et des dégâts ultérieurs en Ukra... Poursuivre la lecture

Le monde francophone compte plusieurs centres de réflexions libéraux. L'un des principaux est l'Institut économique de Montréal, situé au Québec. Il est dirigé par Michel Kelly-Gagnon que nous avons l'honneur d'interviewer. Michel fut l’un des cofondateurs des Amis de la Liberté au milieu des années 1990 et a contribué à la relance de l’IEDM à partir de 1997, notamment grâce à ses talents de leveur de fonds. Après avoir dirigé l’IEDM de 1999 à 2006, il a été président du Conseil du patronat du Québec de mars 2006 à décembre 2008. Au début de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles