Soutien du PLD à François Bayrou : des conseillers nationaux prennent la parole

Un éventuel soutien du Parti Libéral Démocrate à François Bayrou qui est loin de faire l’unanimité

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Soutien du PLD à François Bayrou : des conseillers nationaux prennent la parole

Publié le 13 janvier 2012
- A +

Le Parti Libéral Démocrate vit un débat interne majeur avec la prise de décision sur un éventuel soutien à la candidature de François Bayrou à la présidentielle. Une proposition loin de faire l’unanimité et que des conseillers nationaux du parti ont choisi de dénoncer dans Contrepoints.

Un article de Philippe Briard, Eliette Carlier, Guillaume Nicoulaud, Yann Henry et Daniel Tourre.

À moins de cent jours des élections présidentielles, le Parti Libéral Démocrate est amené à faire un choix important. Comme vous le savez certainement, il est aujourd’hui envisagé d’apporter le soutien du PLD à la candidature de François Bayrou.

Nous sommes opposés à cette idée et ce, pour trois raisons :

1/ François Bayrou n’est pas libéral. Il est peut être moins antilibéral que la plupart des candidats mais il ne défend pas nos idées. Si apporter notre soutien au candidat Bayrou peut effectivement nous permettre de gagner en visibilité à court terme et d’attirer à nous un certain nombre de personnages publics, cette prise de position nous décrédibilisera pendant longtemps auprès de notre base libérale comme auprès du reste de nos concitoyens. Depuis vingt ans, les libéraux ne souffrent pas de trop d’indépendance, mais au contraire de trop d’alliances mal négociées, de fusions catastrophiques ou de ralliements prématurés à des candidats qui ne défendent pas le libéralisme sur le fond et la forme.

2/ Nous estimons que les bénéfices attendus de cette stratégie sont largement surévalués. François Bayrou a déjà une équipe de campagne, il a déjà fixé l’essentiel de son programme et il n’a certainement pas l’intention d’infléchir ses positions pour nous. Nous autorisera-t-il vraiment à présenter des candidats avec son étiquette plutôt que des hommes politiques professionnels, ralliés à sa campagne ? Par ailleurs, d’un point de vue strictement électoral, il très probable que le camp Bayrou volera en éclat dès le lendemain des élections, suite au ralliement à Hollande ou à Sarkozy.

3/ Enfin, nous sommes convaincus que, pour la première fois depuis des décennies, nos compatriotes sont prêts à redécouvrir les idées libérales et à les soutenir. C’est au sein des abstentionnistes, des déçus d’un demi-siècle de social-démocratie et d’étatisme que nous trouverons nos futurs adhérents et sympathisants : nous ne devons pas nous noyer dans une coalition hétéroclite mais devenir une véritable alternative.

En cohérence avec l’engagement que nous avons pris il y a 6 mois, lors de l’élection du Conseil national du PLD, nous proposons de ne soutenir aucun candidat et de nous opposer à tous. Nous proposons à tous les libéraux, qu’ils soient membres du PLD ou pas, d’unir leurs forces dans une campagne ouvertement libérale qui n’aura pas pour objectif de gagner des élections à très court terme mais de faire connaître nos idées au plus grand nombre durant cette période politique riche, où la défiance vis-à-vis de l’ensemble du spectre politique va monter à des sommets. Nous préférons monter en régime le temps de la période présidentielle avec une équipe dédiée chargée d’animer plusieurs axes de communication.

Philippe Briard, Conseiller national

Eliette Carlier, Conseiller national

Guillaume Nicoulaud, Conseiller national (Georges Kaplan sur Contrepoints et causeur.fr)

Yann Henry, Conseiller national

Daniel Tourre, Premier conseiller

Voir les commentaires (31)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (31)
  • Pour préciser mon point de vue dans un document qui a été (très) raccourci pour faire synthétique :

    Il s’agit de faire gagner le PLD en notoriété pendant les présidentielles, autoriser toutes les alliances locales, et ne faire des alliances nationales en vue de gagner des sièges qu’après avoir une notoriété propre.
    Nous ne pouvons pas gagner l’élection présidentielle ou les législatives cette année, mais nous avons tout de même des choses à faire très utiles et accessibles.

    • La pétition n’a pas été rédigée par moi, même si elle est pour des raisons pratiques publiée sous mon compte à contrepoints (et bien sur je l’ai signé à deux mains..)

  • En complément, sur le programme du candidat Bayrou et de sa compatibilité avec le libéralisme :
    http://yannhenry.blogspot.com/2012/01/bayrou-est-il-liberal-compatible-ou-est.html

    Certains points peuvent nous convenir et sont évoqués. Mais le tout reste très largement étatiste. Et n’oublions pas que les premières mesures qu’il abandonnera s’il arrive au pouvoir, ce seront les libérales.

    Morceaux choisis :
    – « supprimer les paradis fiscaux avec un calendrier contraignant. Taxer les transactions purement spéculatives et pour cela mettre en place la taxe Tobin. [..] » (p. 47)
    – « Nous rendrons obligatoire la parité dans les instances décisionnelles, qu’elles soient publiques ou privées. [ ..] La lutte contre les discriminations ne peut se faire sans une véritable égalité salariale entre homme et femme, égalité qui doit être imposée par le législateur. [ ..] Nous reviendrons sur la suppression de la HALDE. »
    – « La voie d’avenir, c’est de défendre un grand marché d’agriculteurs avec des prix garantis aux paysans. […] Favoriser l’organisation des petits producteurs entre eux pour faire face aux distributeurs ainsi que les exploitations familiales grâce aux aides publiques » (fiche Agriculture)
    – « Le FMI et la Banque Mondiale doivent voir leur gouvernance modifiée pour donner un poids plus grand aux pays émergents et en développement et pour renforcer leurs pouvoirs respectifs. Celui du FMI pour coordonner les politiques macroéconomiques et celui de la Banque mondiale pour assurer l’aide au développement. Enfin, la prégnance croissante des défis environnementaux impose la création d’une organisation mondiale de l’environnement de plein exercice. » (p. 50)

  • Etant de sensibilité plutôt libéral, je trouve effectivement que Bayrou est celui qui représente le plus les idées de votre mouvement. Bayrou veut libérer le travail dans le bon sens du terme et moi comme beaucoup, ça me plait.

  • Tout à fait d’accord.

    Moi je pense qu’il faut que nous ayons un candidat libéral en 2012 et comme personne ne veut y aller, j’y vais :

    http://cvincent.club.fr

    • Au point où nous en sommes dans la merde, et sachant que j’exclus l’abstention qui pour moi relève de la désertion face à l’ennemi, je me demande si le seul choix raisonnable ne serais pas d’être … totalement déraisonnable. De pousser à la roue du hurlement « ça suffit vos conneries ».
      Bayrou ne représente pas ce genre de hurlement. C’est Lepen (alors même qu’elle représente l’opposé en tout point de l’idéal libéral)

      Pour le second tour… on verra.

    • Vous avez raison. AUCUN n’evoque ne serait ce que l’idée de diminuer les depenses, diminuer l’envergure de l’Etat. Tous propose de immiscer ici ou là avec un nouveau loi-gadget comme si c’était la solution.

      J’aimerais bien pouvoir voter pour quelque chose auquel je crois plutot qu’un vote contestataire … ou de ne meme pas aller voter.

  • Je comprends les réticences à soutenir Bayrou ou un quelconque candidat. Mais dans ces conditions, pourquoi ne pas proposer un candidat du PLD ? L’élection présidentielle est une tribune, il faut l’utiliser comme le font Nathalie Arthaud et Philippe Poutou. C’est un moyen efficace d’attirer l’attention des médias de grande audience.

    • @Brice : apportez 500 signatures d’élus au PLD, et ils présenteront un candidat. La voilà, la plus grande barrière à l’entrée sur le marché politique en France.

      • il ne faut pas commencer par la tête, il faut commencer par s’ancrer, par une assise solide, par les pieds: par la base: le terrain. C’est ainsi que se font les grandes révolutions. AU contact des citoyens. IL faut des représentants partout en France.
        IL faut un programme mais il faut des faits, des preuves: oui ça marche: regardez ici, regardez là !
        Sinon, on restera dans l’idéologie qui le plus grand ennemi de la liberté de penser et d’agir et donc -j’espère qu’on est d’accord – du libéralisme.

  • Etant libéral convaincu, je suis aussi conscient que le libéralisme n’aura jamais de poids en France. Si on comptabilise les fonctionnaires et assimilés, ceux qui vivent des aides publiques, ceux qui travaillent dans des associations ou entreprises financées par l’Etat, les retraités de l’Etat, etc, on arrive vite à 50% (voir plus) de la population française.
    Toutes ces personnes n’ont aucun intérêt à votre pour réduire la voilure de l’Etat et feront certainement tout pour continuer à garder leur niveau de vie et leurs avantages.
    La « guerre » du libéralisme est une guerre perdue …

    • Toutes ces personnes croient n’avoir aucun intérêt à réduire la voilure de l’Etat.
      Mais une grande partie d’entre elles aurait un niveau de vie supérieur si elle acceptait l’abolition de ses privilèges. Il suffit de les en convaincre.
      Nuit du 4 août.

  • Chers amis,

    Si vous pensez qu’une campagne d’opposition à tous les candidats aura le moindre écho dans la population vous faites preuves de beaucoup de naïveté à la fois politique, et dans votre analyse des attentes des français.

    On n’obtient rarement une adhésion enthousiaste sur un rejet. On l’obtient sur l’espoir d’un avenir meilleur. C’est espoir doit être porté et incarné, que vous le vouliez ou non.

    Je sais que Daniel voit une stratégie de très long terme, à 20ans, sur le rejet de la classe politique. D’abord rien ne garantit qu’un tel rejet servira les idées libérales. Ensuite, dans 20ans, si aucun homme politique n’a entamé les réformes nécessaires, les jeunes comme moi auront quitté ce pays et je fais le pari qu’il n’y aura plus grand chose a sauver.

    Votre responsabilité de libéraux engagés, ce n’est pas d’attendre 20 ans un éventuel retournement de conjoncture, c’est de vous engager aujourd’hui POUR le changement. Et non contre le statut quo.

    Un autre argument est personnel. Bayrou n’est pas libéral, mais c’est le moins anti libéral. Le seul à vouloir reconstruire la France en s’appuyant sur la société civil. Il parle de la dette depuis une dizaine d’années. Ce n’est pas parce qu’il a été ministre qu’il incarne le système. Au contraire, son entêtement depuis 10 ans envers et contre les courants mainstream parle pour lui.

    Je pense que votre initiative a plus de chances de détruire notre mouvement libéral que le servir. Je sais que vous êtes des gens de conviction, des convictions que je partage. Nous divergeons sur la voie à suivre pour atteindre le même but.

    J’invite ceux qui pensent que le parti doit exister et se donner les moyens de convaincre le plus grand nombre par un engagement électoral dans cette campagne, à manifester leur opinion.

    Amicalement

    • C’est clair que soit on a un candidat et on le soutient, soit on en a pas et on soutient le moins mauvais, donc Bayrou. Le « tous pourri » est inaudible.

      • Inaudible, peut-être, mais réaliste.

      • « on soutient le moins mauvais, donc Bayrou »

        Staline a été moins mauvais que Pol Pot pour remplir les cimetières. Fallait donc le soutenir à l’époque ?

        Bayrou est moins antilibéral que ses adversaires entend-on. Il est donc antilibéral et à ce titre ne devrait recevoir le soutien d’aucun libéral.

      • Pas du tout. 30 % des Français pourraient envisager de voter Front national. Le « tous pourris » n’est donc pas du tout inaudible !

        Voyez aussi Geert Wilders aux Pays-Bas, et plus généralement tous les nouveaux partis d’esstrêm’ drouâte qui arrivent au pouvoir, s’en rapprochent ou émergent en Europe.

    • Vous avez raison Bayrou n’est pas la solution,car il n’a pas un programme libéral precis et chiffré. En conclusion il vaut mieux voter BLANC que Bayrou

  • dans la mesure ou en dessous de Parti Libéral il y a marqué: Démocrate le fait de rejoindre Bayrou ne nuit pas trop à l’image libérale de ce parti.

    Vous pourrez toujours justifier que Bayrou etait democrate comme vous à ce moment là . et plus tard vous direz mais beaucoup moins libéral que non.

    voili voila! en gros l’adhesion a bayrou ne changera rien. Parce que vous restez democrate. 😀

  • Très clairement, le PLD est mort si vous pactisez avec Bayrou dont le SEUL but, comme de fait bien d’autres candidats est de ratisser large, sans omettre au passage les libéraux.
    MAIS Bayrou n’est qu’un leurre, une torpille anti-FN de plus ; ceci dit, loin de moi l’idée de soutenir le FN.
    Mais je comprends que certains dirigeants du PLD aient envie d’avoir un poste politique qui, dès lors, les condamnera irrémédiablement à ne plus du tout être libéraux.
    En conclusion : JAMAIS je ne voterai Bayrou. JAMAIS. Ni pour aucun autre de fait ; à la limite, seule la position de P de voter FN afin de foutre un coup de pied dans la fourmilière peut se comprendre.

  • Débat intéressant, c’est bien de voir la démocratie en action au sein du PLD.

    Je trouve cette prise de position courageuse, face à une stratégie qui présente malgré tout son intérêt…

    Au final, le PLD a-t-il une position officielle, ou chaque membre prend-t-il position « dans son coin » ?

  • L’hypothèse de Bayrou au second tour ne me parait ne plus être infondée. Devant l’agitation de Sarkozy, la mollesse, l’absence de programme crédible de Hollande et la crise actuelle qui va se renforcer prochainement les électeurs peuvent être tentés par cette nouvelle voie.
    Je crois, dans cette hypothèse, que le PLD à tout à gagner en supportant Bayrou.

    • c’est sûr qu’en restant au niveau de l’idéologie pure, le PLD n’a aucune chance d’émerger non seulement en 2012 mais egalement en 2017 et de rester un defouloir de bloggeurs

  • Bayrou n’est pas crédible. Il vire de droite à gauche en fonction du vent et de plus il ne defend pas un point essentiel pour moi LA DEMOCRATIE DIRECTE

  • Vous êtes opposés à cette « proposition d’alliance » les gars ? Plus d’inquiétude : j’ai « une excellente nouvelle pour vous » : un CANDIDAT DES LIBERAUX à la présidentielle de 2012 vient de se déclarer !! Il s’appelle « Christophe Vincent », un « courageux (pour ne pas dire « téméraire ») militant de base des libéraux » qui « ose y aller », alors……SOUTENEZ- LE !!!

    http://lechamplibre.perso.neuf.fr/index.htm

    • Et si vous souhaitez rencontrer Christophe et lui poser « toutes les questions que vous souhaitez » sur son programme, il se tiendra « ce jour-même à votre disposition » à « 16 HEURES » à l’adresse suivante :

      The Bowler Pub Paris — 13 rue d’artois, 75008 Paris
      (son QG de campagne)

      Il vous attend NOMBREUX !!

      Il s’agit d’une candidature « sérieuse », Christophe ne fait pas cela ‘pour amuser son p’tit monde’ ! Preuve en est, il m’a confirmé que « si par le plus grand des miracles il venait à passer le et ‘au’ second tour et être élu Président de la République » il « prendrait effectivement ce siège » !! Voilà un « courage » peu commun de la part d’un « simple militant » (courage dont « personne ici-même ne peut se targuer » !), rien que pour cela il mérite au minimum « notre plus grand respect » !

      • « Ceux qui vivent des aides publiques » :

        « J’en fais partie, figurez-vous (bénéficiaire de « l’Allocation Adulte Handicapé ») ! Et pourtant ça ne m’empêche pas d’être « militante même chez les libéraux » ! Tout simplement parce que……heureusement que certains d’entre eux (même si ça n’est hélas qu’une minorité…..) font encore preuve d’un minimum de « responsabilité » pour refuser de « laisser crever les personnes ‘ne correspondant pas aux besoins du marché du travail actuel’ (exprimons-nous plutôt en ces termes puisque le mot « handicap » à l’évidence ‘fait polémique sur ma personne’….) ! Cela va de ceux qui défendent l’Allocation Universelle, à ceux, qui, comme Christophe Vincent justement, maintiennent au moins l’AAH ou instaure une allocation unique de « solidarité publique » (lisez bien « l’intégralité » du programme de Christophe, « vous la trouverez ») ! A l’évidence : « si Christophe n’avait pas cela dans son programme, je ne le soutiendrais pas » pour cette candidature !!
        Mais une fois encore, lisez-le « attentivement » ce programme : qui de vous osera prétendre, « rien qu’à cause de cela », qu’il ne s’agit pas d’un programme « libéral » ? Celui-ci les amis, serait « intellectuellement malhonnête » !!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Denis Dupuy.

J’ai analysé maladroitement la situation en Guadeloupe dans un article récent publié par notre précieux Contrepoints et un commentateur m’a justement reproché ma légèreté. Je passais en revue les inepties gouvernementales, en réaction à une épidémie guère menaçante passé mars 2020.

Je faisais référence à l’opposition métropole/outre-mer et aux pressions syndicales locales sans plus m’attarder. Je voyais la combinaison des deux maux, politique de santé aberrante et particularismes insulaires. Je minimisais les op... Poursuivre la lecture

François Bayrou
0
Sauvegarder cet article

par h16

Surprise : Bayrou est toujours en vie. Mieux, même : il émarge toujours joyeusement aux frais du contribuable, à l'un de ces postes douillets que les Fromages Républicains Français offrent à foison aux fidèles du pouvoir. Et comme Commissaire Au Plan, le voilà qui s'exprime sur le peuple, la démographie et les retraites.

Et s'il y a bien une chose qu'on peut déduire de ses saillies, c'est que lorsque l'extrême-centre cogne, il cogne extrêmement fort : dans une note transmise à l’Agence France-Presse (AFP), celui qu'on pe... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Feldman.

Au-delà de la polémique, volontaire ou involontaire, les déclarations du Haut commissaire au Plan et les réactions qu’elles ont suscitées sont très révélatrices à bien des égards.

François Bayrou a fait le buzz en prononçant le 7 février la petite phrase du week-end. De son intervention, il a été retenu que « 4000 euros par mois, on est de la classe moyenne ». Mais on en a oublié le contexte dans lequel cette phrase est survenue, et finalement le plus important.

? Est-on ri... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles