Soutien du PLD à François Bayrou : des conseillers nationaux prennent la parole

Un éventuel soutien du Parti Libéral Démocrate à François Bayrou qui est loin de faire l’unanimité

Le Parti Libéral Démocrate vit un débat interne majeur avec la prise de décision sur un éventuel soutien à la candidature de François Bayrou à la présidentielle. Une proposition loin de faire l’unanimité et que des conseillers nationaux du parti ont choisi de dénoncer dans Contrepoints.

Un article de Philippe Briard, Eliette Carlier, Guillaume Nicoulaud, Yann Henry et Daniel Tourre.

À moins de cent jours des élections présidentielles, le Parti Libéral Démocrate est amené à faire un choix important. Comme vous le savez certainement, il est aujourd’hui envisagé d’apporter le soutien du PLD à la candidature de François Bayrou.

Nous sommes opposés à cette idée et ce, pour trois raisons :

1/ François Bayrou n’est pas libéral. Il est peut être moins antilibéral que la plupart des candidats mais il ne défend pas nos idées. Si apporter notre soutien au candidat Bayrou peut effectivement nous permettre de gagner en visibilité à court terme et d’attirer à nous un certain nombre de personnages publics, cette prise de position nous décrédibilisera pendant longtemps auprès de notre base libérale comme auprès du reste de nos concitoyens. Depuis vingt ans, les libéraux ne souffrent pas de trop d’indépendance, mais au contraire de trop d’alliances mal négociées, de fusions catastrophiques ou de ralliements prématurés à des candidats qui ne défendent pas le libéralisme sur le fond et la forme.

2/ Nous estimons que les bénéfices attendus de cette stratégie sont largement surévalués. François Bayrou a déjà une équipe de campagne, il a déjà fixé l’essentiel de son programme et il n’a certainement pas l’intention d’infléchir ses positions pour nous. Nous autorisera-t-il vraiment à présenter des candidats avec son étiquette plutôt que des hommes politiques professionnels, ralliés à sa campagne ? Par ailleurs, d’un point de vue strictement électoral, il très probable que le camp Bayrou volera en éclat dès le lendemain des élections, suite au ralliement à Hollande ou à Sarkozy.

3/ Enfin, nous sommes convaincus que, pour la première fois depuis des décennies, nos compatriotes sont prêts à redécouvrir les idées libérales et à les soutenir. C’est au sein des abstentionnistes, des déçus d’un demi-siècle de social-démocratie et d’étatisme que nous trouverons nos futurs adhérents et sympathisants : nous ne devons pas nous noyer dans une coalition hétéroclite mais devenir une véritable alternative.

En cohérence avec l’engagement que nous avons pris il y a 6 mois, lors de l’élection du Conseil national du PLD, nous proposons de ne soutenir aucun candidat et de nous opposer à tous. Nous proposons à tous les libéraux, qu’ils soient membres du PLD ou pas, d’unir leurs forces dans une campagne ouvertement libérale qui n’aura pas pour objectif de gagner des élections à très court terme mais de faire connaître nos idées au plus grand nombre durant cette période politique riche, où la défiance vis-à-vis de l’ensemble du spectre politique va monter à des sommets. Nous préférons monter en régime le temps de la période présidentielle avec une équipe dédiée chargée d’animer plusieurs axes de communication.

Philippe Briard, Conseiller national

Eliette Carlier, Conseiller national

Guillaume Nicoulaud, Conseiller national (Georges Kaplan sur Contrepoints et causeur.fr)

Yann Henry, Conseiller national

Daniel Tourre, Premier conseiller