Mahmoud Ahmadinejad reçu à Cuba

De mercredi à jeudi, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a été reçu pour une visite de 24 heures à Cuba

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 577

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mahmoud Ahmadinejad reçu à Cuba

Publié le 13 janvier 2012
- A +

De mercredi à jeudi, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a été reçu pour une visite de 24 heures à Cuba, avant-dernière étape d’une tournée dans quatre pays d’Amérique latine classés dans le camp anti-américain.

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba

La dernière fois que Mahmoud Ahmadinejad a mis les pieds sur le sol cubain, la maladie de Fidel Castro était annoncée depuis quelques semaines et avait provoqué des tonnes de spéculations. Ce mois de septembre 2006, le président iranien avait été témoin de la façon dont on donnait la présidence du Mouvement des Pays Non Alignés à un chef d’État en incapacité physique de l’exercer. Au lieu du Leader Maximo, c’est  de son frère cadet qu’il entendit le discours dans le Palais des Conventions, pendant que dans les couloirs et devant les caméras les porte-parole officiels annonçaient le retour prochain du Commandant en Chef. Mais ils mentaient. Sur la photo de clôture de l’événement – sur la pelouse et sous un soleil espiègle – figurent les gouvernants invités mais l’hôte principal est absent. À la lumière d’aujourd’hui cette photo était presque une image  prémonitoire car elle a marqué la perte du rôle de l’ancien guérillero dans la vie politique internationale.

Aujourd’hui, Ahmadinejad est revenu pour un nouvel instantané. Cette fois cela se fera à huis clos, presque sans témoin et sur le lieu de convalescence de Fidel Castro, là où il rédige ses très longues réflexions. Beaucoup de choses ont changé pour les deux hommes au cours de ces cinq années. Le premier se trouve pris dans une escalade de tension avec Washington et a même menacé de fermer le détroit d’Ormuz ; le second voit l’affaiblissement progressif de son image à l’intérieur et à l’extérieur du pays et il a perdu une grande partie de l’ascendant qu’il avait autrefois.

Le politique impulsif qu’il fut, sur le point de déclencher en 1963 la troisième guerre mondiale pendant la crise des missiles, reçoit aujourd’hui le leader perse qui pourrait être partie prenante du prochain conflit. Les deux ont d’urgence besoin  de cette nouvelle photo de famille. L’un pour prouver qu’il n’est pas aussi seul que la diplomatie nord-américaine veut le faire croire, et l’autre parce qu’il a besoin de démontrer qu’il est encore vivant, contrairement à ce que l’on murmure sur les réseaux sociaux. Mais ce sera un portrait en sépia, car il manquera la couleur verte, devenue au cours de ces cinq années une teinte désagréable pour les deux. À Fidel Castro, elle rappelle ce qu’il fut, l’uniforme duquel émanait une part importante de son pouvoir, tandis qu’elle évoque pour Ahmadinejad les protestations des jeunes dans les rues, Leda et l’été 2009.

—-
Sur le web

Traduction : Jean-Claude Marouby

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans le numéro de juillet-août 2015 de La Revue de l’Énergie j’écrivais au sujet de l’accord nucléaire iranien signé le 14 juillet 2015 :

« Avec l’exportation du gaz iranien, le rôle du gaz russe va être redimensionné au point que l’on se demande quelle contrepartie la Russie a bien pu obtenir pour laisser ce futur grand concurrent venir sur le marché international du gaz. ».

Cette interrogation reste plus que jamais d’actualité et explique pourquoi le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, est allé rencontrer le maitre de... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Actualité chargée, à Cuba, en ce lundi 15 novembre 2021. Après de longs mois de fermeture des écoles et des frontières en raison du coronavirus, l’île s’ouvre à nouveau au tourisme international et les élèves du primaire retournent en classe. Mais surtout, après les manifestations monstres du dimanche 11 juillet dernier aux cris de « Liberté ! », « À bas la dictature ! » et « Nous avons faim ! », l’opposition cubaine appelle à nouveau à une grande marche de protestation dans tout le pays pour demander la libérati... Poursuivre la lecture

Par Natasha Lindstaedt, University of Essex. Un article de The Conversation

Ils encerclent désormais Kaboul et négocient avec le gouvernement du président Ashraf Ghani une transition pacifique du pouvoir. Leur emprise sur le pays est désormais quasi totale. Leur victoire éclair intervient à peine un mois après le retrait des troupes américaines.

Au cours des vingt dernières années, les États-Unis ont déversé des milliers de milliards de dollars sur l’Afghanistan pour chasser les talibans. Cet effort financier col... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles