La dépense publique freine la croissance

La dépense publique freine la croissance

Renouer avec la croissance et réduire la dette publique passe donc par ce que la Bulgarie, la Slovaquie et la Suède font depuis dix ans : réduire le poids relatif de l’État dans l’économie

Renouer avec la croissance et réduire la dette publique passe donc par ce que la Bulgarie, la Slovaquie et la Suède font depuis dix ans : réduire le poids relatif de l’État dans l’économie. 

Par Alex Korbel

Peu d’observateurs ont tenté d’analyser le rôle que le poids relatif de l’État dans l’économie joue dans la crise des dettes publiques européennes.

Pourtant, de 2000 à 2010, 24 des 27 États membres de l’Union européenne (UE) ont vu leur niveau de dépenses publiques augmenter par rapport à leur produit intérieur brut (PIB).

Seules la Bulgarie, la Slovaquie et la Suède ont diminué leur niveau de dépenses publiques depuis dix ans.

Tableau 1 : Niveau des dépenses publiques des États membres de l’UE en pourcentage du PIB, de 2000 à 2010

Source : Eurostat, via http://www.munkhammar.org/blog/pdf/1398DR1.doc(page 5)

Beaucoup d’États membres de l’UE, comme par exemple la France, ont fortement augmenté leur niveau de dépenses publiques à partir de 2008-2009 afin d’essayer de contrecarrer les effets de la crise financière.

Comme on le voit dans le tableau 1, d’autres pays comme le Royaume-Uni et l’Irlande n’ont pas attendu 2008 pour augmenter les dépenses de l’État : on assiste au contraire à leur accroissement continu depuis une décennie.

Dans une nouvelle étude émanent du Parlement suédois (http://www.munkhammar.org/blog/pdf/1398DR1.doc), l’évolution du niveau des dépenses publiques des États membres de l’UE est comparée avec les résultats économiques des pays considérés.

Il ressort de cette étude que l’augmentation du niveau de dépenses publiques est corrélée à une croissance économique plus faible ainsi qu’à des déficits et des dettes publiques plus élevés.

Tableau 2 : PIB par habitant des États membres de l’UE, de 1999 à 2010

Source : Eurostat, via http://www.munkhammar.org/blog/pdf/1398DR1.doc(page 4)

Tableau 3: Dette publique des États membres de l’UE en pourcentage du PIB, de 2000 à 2010

Source : Eurostat, via http://www.munkhammar.org/blog/pdf/1398DR1.doc(page 5)

En revanche, comme on le voit dans les tableaux 2 et 3, les pays qui ont diminué la taille relative de l’Etat dans leur économie et qui ont maintenu des finances publiques saines durant la crise financière ont été les champions de la reprise économique.

La croissance économique n’est pas créée par le gouvernement : elle est le résultat d’une plus grande coopération entre entrepreneurs, investisseurs et travailleurs.

Comme le montrent les données chiffrées présentées plus haut, en augmentant le niveau des dépenses publiques, on augmente également le niveau d’endettement public et on retire des ressources aux créateurs de croissance.

Renouer avec la croissance économique et réduire le fardeau de la dette publique passe donc par ce que la Bulgarie, la Slovaquie et la Suède font depuis dix ans : réduire le poids relatif de l’État dans l’économie grâce à des politiques de libéralisation et de privatisation réfléchies et audacieuses.

La dépense publique freine la croissance

—-
Texte originellement publié le 13 octobre 2011 sur 24hGold