Où en est la dette publique française?

Point sur le niveau et la structure de l’endettement public français

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 535

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Où en est la dette publique française?

Publié le 5 janvier 2012
- A +

Un petit point sur le niveau et la structure de  la dette publique française à fin septembre 2011 (pour l’homogénéité des informations).

Par Georges Kaplan

À la fin du 3ème trimestre 2011, la dette publique française atteignait 1 688,9 milliards d’euros [1] – soit 85,3% du PIB. L’immense majorité de cette dette (1 330,7 milliards d’euros, soit 78,8% du total) a été contractée par l’État lui-même ; le solde (358,2 milliards d’euros, 21,2%) constitue la dette des administrations de sécurité sociale, des administrations publiques locales et d’autres organismes divers d’administration centrale. La dette négociable de l’État français – c’est-à-dire celle qui a été vendue sous forme d’obligations (OAT, BTAN ou BTF) sur les marchés financiers – s’élevait à 1 307,5 milliards d’euros [2] – soit la quasi-totalité (98%) de la dette de l’État et 77,4% de la dette publique totale.

Environ 862 milliards d’euros de cette dette négociable de l’État (65,9%) était détenue par des non-résidents [3]. Au total, si l’on suppose que les autres administrations publiques ne se sont endettées qu’auprès d’investisseurs résidents, c’est donc une bonne moitié (51%) de la dette publique française qui est détenue par des non-résidents [4].

Les OAT (obligations assimilables du Trésor) constituent la forme privilégiée de financement à long terme de l’État français. Au 30 septembre 2011, elles représentait 881 milliards d’euros (67,4% de la dette négociable de l’État ; 52,2% de la dette publique totale) ; 43% de ce montant étaient détenus par des investisseurs résidents dont 22% par des compagnies d’assurance, 14% par des banques et 2% par des fonds d’investissement (OPCVM) [5].

À la même date, les titres indexés sur l’inflation (OATI) représentaient 162 milliards d’euros (12,4% de la dette négociable de l’État ; 9,6% de la dette publique totale).


[1] Source : Insee. Par « dette publique », on entend la dette consolidée des administrations publiques (administration publique centrale, administrations publiques locales et administrations de sécurité sociale) au sens de Maastricht.
[2] Source : Agence France Trésor à fin septembre 2001. Exactement 1 307 504 808 589 euros avec une durée de vie moyenne de 7 ans et 64 jours.
[3] Source : Agence France Trésor à fin septembre 2011.
[4] On notera que « non-résidents » ne signifie pas nécessairement « étrangers » de la même manière que les résidents peuvent tout à fait ne pas être français.
[5] Source : Agence France Trésor à fin septembre 2011.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hourra, nous n’allons plus payer la redevance télé !

Génial : 138 euros de plus par an, cela va considérablement augmenter le pouvoir d’achat des Français en cette période d’inflation. À titre de comparaison, l’effet de l’inflation sur un salaire médian en France, c’est 1323 euros de pertes annuelles (un mois de SMIC), mais ce calcul ne frappe que le salaire, aucunement les pertes de valeur de l’épargne et des liquidités.

Mais cessons de nous plaindre ! Enfin un pas qui va dans le bon sens : la diminution de la pression fiscale ... Poursuivre la lecture

Le 20 mai dernier, Élisabeth Borne nommait son premier gouvernement. Le second gouvernement Borne, nommé dans la foulée des résultats des élections législatives de mi-juin, s’est révélé n’être en fait qu’un remaniement, sanctionnant les ministres défaits, en difficultés politiques ou nommés à d’autres fonctions. Aussi, les décrets d’attribution des ministères pris le 1er juin 2022 et 8 juin 2022 restent-ils en vigueur. Car les décrets d’attribution des ministres en disent plus sur la politique qui va être menée par le président de la Républiq... Poursuivre la lecture

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles