Comment être un dictateur

Augmentez les taxes. C’est beaucoup mieux de décider qui obtient à manger que de laisser les gens se nourrir eux-mêmes

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Charlie Chaplin in The Great Dictator By: Cassowary Colorizations - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment être un dictateur

Publié le 4 janvier 2012
- A +

Par Alex Korbel.

Alastair Smith est professeur de sciences politiques à la New York University. Récipiendaire de trois bourses de la Fondation nationale des sciences et auteur de trois livres, il a été choisi comme lauréat 2005 du Prix Karl Deutsch, donné tous les deux ans au meilleur chercheur en relations internationales de moins de 40 ans.

À l’occasion de la publication de The Dictator’s Handbook: How Bad Behaviour is Almost Always Good Politics (2011) dont il est co-auteur, il s’est entretenu avec le magazine The Economist. Extrait choisi :

Il est pratiquement impossible de trouver un exemple où les dirigeants politiques n’agissent pas dans leur propre intérêt. Si vous êtes en démocratie, vous changez le découpage électoral. Cela réduit considérablement le nombre de votes qu’un président a besoin de gagner lors d’une élection. Puis vous augmentez très fortement les taxes. C’est beaucoup mieux de décider qui obtient à manger que de laisser les gens se nourrir eux-mêmes. Si vous avez un bas niveau de taxation, les gens travailleront plus mais le fruit de leur travail viendra d’eux-mêmes, il ne viendra pas à travers vous. Or, quand vous êtes un leader politique, tout doit venir de vous.

Regardez les subventions agricoles en Afrique. Le gouvernement achète les récoltes à un prix inférieur au marché aux agriculteurs. Les agriculteurs n’ont pas le choix : c’est une sorte de taxe sur les agriculteurs. Mais le gouvernement récompense aussi les agriculteurs : il subventionne les engrais. Ce qu’il prend d’une main, il le redonne de l’autre. En Tanzanie, les subventions d’engrais sont distribuées dans les circonscriptions loyales au parti au pouvoir, pas à celles qui en ont le plus besoin.

Il y a une limite : si vous augmentez trop les taxes, les gens cessent de travailler. C’est le grand débat aux États-Unis. Les républicains disent que les démocrates ont trop augmenté les impôts. Mais quand ils étaient au pouvoir il y a cinq ans, les républicains n’avaient aucun problème avec les impôts et les dépenses publiques puisque cela leur permettait de taxer la population (dont les démocrates) et de redistribuer cet argent à leurs amis républicains.

 

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce doit être un effet de la pensée complexe jupitérienne qui veut ça, une pensée complexe dont je suis à l'évidence complètement dépourvue, mais le fait est que selon mon point de vue, les déclarations élyséennes, toujours très enflammées, toujours très littéraires, se succèdent avec une belle cadence sans vraiment coller logiquement les unes aux autres.

Ceci avec le risque non négligeable de voir se poursuivre inlassablement la hausse de la dette et des dépenses publiques françaises que le FMI, après beaucoup d'autres organismes, vien... Poursuivre la lecture

cortège de grève
4
Sauvegarder cet article

Oui nous sommes les champions du monde : déficit, endettement, heures travaillées, absences au travail, grèves…

Oui cela fait 40 ans que ça dure !

Oui les politiques connaissent le problème mais refusent de le gérer !

À chaque fois nos journalistes télé subventionnés trouvent trois abrutis pour « comprendre » le mouvement de grève et même l’approuver. L’immense majorité de mécontents est condamnée au silence.

À chaque fois nos ministres du Travail compatissent avec les usagers mais il n’est pas question de remettre... Poursuivre la lecture

Le débat du 21 novembre sur LCI entre les trois candidats à la présidence des Républicains a été fort décevant.

Comme à son habitude, Éric Ciotti a joué la carte de la fermeté en défendant une droite « qui ne s’excuse plus d’être elle-même » ; Bruneau Retailleau s’est fait le partisan d’une droite « fière de ses valeurs avec une ligne claire sur le régalien et l’économie » ; Aurélien Pradié n’a rien trouvé de mieux que de vanter son expérience de maire et de pompier.

Dans son éditorial du journal Le Figaro des 26 et 27 novembre ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles