« Ces Mythes qui ruinent la France »… et les Français!

Recension du nouvel ouvrage d’Alain Mathieu

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
mythes qui ruinent la France

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Ces Mythes qui ruinent la France »… et les Français!

Publié le 27 décembre 2011
- A +

Recension du nouvel ouvrage d’Alain Mathieu.

Par Alain Dumait

Avec son dernier ouvrage, « Ces mythes qui ruinent la France » (*), Alain Mathieu, président de Contribuables Associés, s’inscrit dans une longue lignée de penseurs, catégorie économistes-essayistes, qui s’efforcent de remettre les pendules à l’heure, d’appeler un chat un chat et d’expliquer à leurs contemporains qu’il arrive un moment où il faut cesser de prendre des vessies pour des lanternes !…

J’étais étudiant à Sciences-po Paris quand Alfred Sauvy fit paraitre (chez Payot) son célèbre «Mythologie de notre temps». On disait de lui : « c’est un esprit libre et engagé. » J’ai donc spontanément repensé à mon vieux professeur en lisant le dernier ouvrage d’Alain Mathieu.

Au départ, Alain voulait donner une suite à son magistral « Modèle anti-social français » (2008) où il avait implacablement démontré que l’État-providence ne fonctionnait pas en priorité pour les pauvres, mais plutôt pour les scribes de la sphère publique, qui se servent, avant que de servir… Après avoir montré combien notre système était dévoyé, il souhaitait prouver qu’il était inefficace. Il a donc commencé par un constat indiscutable : sur tous les critères, depuis 20 ans, la France, au plan économique, recule. Que les classements soient établis par des instituts sis à Paris, Londres, New-York ou Shangai. La raison essentielle réside dans l’accroissement des charges mises sur le dos de Français – en tête desquels les entreprises – pour financer un secteur public de moins en moins efficace et donc de plus en plus couteux. La comparaison avec l’Allemagne permet de chiffrer à 140 milliards d’euros le surpoids dont souffrent les entreprises françaises.

Pourtant, Alain Mathieu fait partie de la catégorie des optimistes : il est encore temps selon lui d’engager les réformes nécessaires. Pour réduire le coût de la fonction publique. Les propositions sont précises. « Supprimer les 35 heures. » « Aligner les retraites (et les salaires) du public sur le privé. » « Faire travailler les enseignants à plein temps. » « Baisser les dépenses sociales », mais aussi le budget de l’armement et de la culture…

Comment s’y prendre ? La campagne pour l’élection présidentielle de mai prochain peut être une chance. Sinon ce sont les marchés et le FMI qui s’en chargeront… Avec Alain Mathieu, notre association Contribuables Associés profitera de cette période pour promouvoir le thème de la Démocratie directe. Plusieurs candidats (ou candidates) à la présidence de la République se disent d’ores et déjà d’accord avec la proposition de loi déposée, en concertation avec nous, par le député UMP Christian Vanneste. Car la démocratie représentative doit, de nos jours, être équilibrée par le droit légitime du peuple à initier des referendum d’initiative populaire.

Et les réformes nécessaires, urgentes, de bon sens, recensées par Alain Mathieu, ne seront mis en œuvre qu’en bousculant le statu quo du politiquement correct, qu’en débordant le petit monde de l’oligarchie parisienne.

*184 pages. 14,90€, Les Editions du Cri (42 rue des Jeuneurs 75002-Paris) tel 01 42 21 16 24 <www.lecri.fr>

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Je lisais hier dans Le Monde une enquête assez larmoyante sur la vie pas si rose que ça des femmes enceintes et des futures mères. On nous y expliquait que face au récit convenu de la maternité forcément heureuse, la parole des femmes se libère de plus en plus pour témoigner d’un envers du décor essentiellement constitué de souffrance, déprime, vergetures et isolement. Là n’est pas le thème central de mon article du jour, mais j’y trouve néanmoins un parfait exemple de ce que je veux vous dire.

Car après une longue série de complainte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles