La fraude fiscale est une escroquerie intellectuelle

Comment peut-on voler de l’argent que l’on a soi-même produit?

Comment peut-on voler de l’argent que l’on a soi-même produit ?

Par Fosc Zaga, depuis la Belgique

Citoyen européen en plein bondage fiscal festifAlors que 27 pays de l’Union ce sont accordés pour inscrire dans leurs textes fondateurs la fameuse règle d’or qui veut que les États signataires aient des budgets en équilibre, sous peine de sanction et de mise sous tutelle par l’Union Européenne, ces mêmes textes fondateurs, censés protéger les droits fondamentaux des citoyens, ne fixent aucun plafond à la confiscation par l’impôt des revenus des citoyens. Le ton est donné. Un déséquilibre majeur entre l’État et le citoyen est instauré.

Pendant ce temps-là, le nouveau secrétaire à la fraude fiscale déclare (sur quelle base ?) que la fraude représente 20% du PIB en Belgique.

Le concept même de fraude fiscale est une escroquerie intellectuelle.

Comment peut-on voler de l’argent que l’on a soi-même produit ? L’article 2 de la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789  stipule que « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression. »

… La propriété est donc imprescriptible y compris par le caractère confiscatoire des impôts, ce que confirme l’article 14 du même texte : « Les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée. »

Les citoyens ont donc le droit de consentir librement à la contribution publique. Ils ont de surcroît le droit inaliénable à la résistance à l’oppression, y compris fiscale. Pour conclure, j’ajouterai que la France a intégré ce texte fondateur dans sa constitution par une loi du 17 Juillet 1956.